Au pays de Châteaugiron, salarié et bénévoles font de la médiathèque Philéas Fogg un outil d’animation locale (35)

Infos pratiques

Dès le départ, la médiathèque ouverte en 2011 à Saint-Aubin-du-Pavail avait vocation à être un centre de la vie sociale et culturelle de cette commune de 755 habitants. Cette vitalité est soutenue par une équipe constituée d’un responsable salarié et de nombreux bénévoles. La municipalité valorise l’engagement de ces derniers. Et cela fonctionne, puisque fin 2014 la moitié des habitants étaient inscrits.

Cette expérience est extraite du site de Territoires Conseils / Banque des territoires, groupe Caisse des Dépôts. Elle est retranscrite ici dans le cadre d’un partenariat entre nos deux structures.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Au sein de la communauté de communes du pays de Châteaugiron (Ille-et-Vilaine, 8 communes, 23.500 habitants), les élus de Saint-Aubin-du-Pavail veulent depuis longtemps faire de leur commune située à 15 kilomètres de Rennes “un lieu vivant et attractif, et surtout pas une cité-dortoir”, souligne la maire-adjointe à la culture, Laurence Lourdais-Rocu. Lorsque la municipalité décide de construire une nouvelle médiathèque, elle multiplie les réunions publiques avec les habitants.
“Le responsable salarié de la médiathèque a proposé la démarche de ‘troisième lieu’, née aux Etats-Unis et développée en Europe du Nord, qui vise à mettre l’usager au cœur des lieux socioculturels, se souvient l’élue. Nous avons été emballés par le projet de créer un espace culturel très convivial qui tient à la fois de la bibliothèque, de la salle de spectacle et du centre socioculturel.”

Faire vivre l’équipe de bénévoles : mobiliser, recruter, former, accompagner…

A partir d’un petit noyau de volontaires très impliqués pendant le projet de construction, nous avons créé une dynamique qui a attiré d’autres habitants

Gildas Carrillo, responsable de la médiathèque

A l’ouverture de l’équipement en 2011, l’animateur salarié devient responsable de la médiathèque et anime une équipe de bénévoles qui rapidement compte 19 personnes. “A partir d’un petit noyau de volontaires très impliqués pendant le projet de construction, nous avons créé une dynamique qui a attiré d’autres habitants”, précise le responsable de la médiathèque, Gildas Carrillo.
L’équipement culturel propose de nombreuses animations – loisirs créatifs, couture, café palabre, (ateliers d’artistes, réalisation de court-métrages, spectacles…) – autant d’opportunités de rencontrer des bénévoles potentiels. Car chaque année, il faut remplacer les départs et rééquilibrer l’équipe. C’est une véritable procédure de “recrutement” qui s’enclenche, avec un ou plusieurs entretiens menés par le responsable de la médiathèque. De l’accueil au travail de médiathécaire, de l’animation d’ateliers à la communication, l‘éventail des tâches proposées au candidat bénévole est varié et le responsable de la médiathèque n’impose aucun poste. Selon la personne, l’engagement varie de 5 heures à des dizaines d’heures par mois. Puis commence la formation du nouveau bénévole, via un tutorat avec un bénévole plus ancien. Les bénévoles animent notamment de nombreux ateliers.

La municipalité valorise cette complémentarité et l’engagement des bénévoles

“Le profil du responsable salarié est très important, tient à préciser l’élue. Graphiste doté de compétences multimédia, il travaille les soirs et les week-ends, ce qui implique une souplesse organisationnelle dans la définition du poste. Inversement, sans l’aide des bénévoles, le responsable salarié n’aurait pas la disponibilité suffisante pour préparer et organiser toutes ces animations”, constate l’élue. Chaque année la municipalité et les bénévoles réaffirment leur volonté de continuer à travailler ensemble en signant une charte de coopération (voir document joint). Ce travail collaboratif est en outre reconnu et valorisé grâce à des articles réguliers dans le journal municipal.

Quelques inconvénients et beaucoup d’avantages

La principale difficulté réside dans l’absence de lien hiérarchique entre le responsable salarié et les bénévoles. Jusqu’à présent, la gestion des conflits n’a pas nécessité la médiation des élus. La solution passe par le dialogue, notamment lors de la réunion d’équipe qui est prévue toutes les 6 semaines. Autre difficulté, réussir à concilier les emplois du temps de 19 personnes, dont 95% sont des actifs.
“Reste qu’il y a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients à travailler avec des bénévoles, assure le responsable de la médiathèque. D’abord, nous bénéficions ainsi d’une équipe dynamique aux profils très différents qui crée de la vie. Nos bénévoles, essentiellement des femmes, ont de 20 à 60 ans, des métiers, des passions et des niveaux culturels divers qui favorisent les débats et la multiplicité des propositions. Cela se ressent dans l’ambiance du lieu même”.
Il estime que ces bénévoles l’aident à rester au plus près des centres d’intérêt de la population. “C’est en grande partie grâce aux bénévoles et aux usagers que le rayon musical de la médiathèque attire les pré-ados de la commune».

La médiathèque Philéas Fogg a reçu le Prix coup de cœur 2013 du jury du Grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques francophones.

En partenariat avec l'ADGCF

 

Contacts

Médiathèque Philéas Fogg – 13 rue de la Mairie – 35410 Saint-Aubin-du-Pavail – 02 99 62 98 39 –mediathequedupavail@yahoo.fr
Nombre d’habitants : 755

Laurence  Lourdais-Rocu – Adjointe à la culture

Gildas Carrillo – Responsable de la médiathèque – 02 99 62 98 39 – mediathequedupavail@yahoo.fr

 

Photo : Commune nouvelle de Châteaugiron (https://www.ville-chateaugiron.fr/Annuaire-des-services-et-equipements/Mediatheque-Phileas-Fogg)

article publié le 7 avril 2015 sur le site de Territoires conseils  et rédigé par Cécile Perrin pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

banque territoires_conseil_logo 2018

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Ercé-près-LiffréErcé-près-Liffré
erdre-et-gesvres
  Recevez nos Brèves mensuelles !