Le fleurissement de La Vraie-Croix (56)

La Vraie CroixLa Vraie Croix
La Vraie Croix chapelle mairieLa Vraie Croix chapelle mairie
La Vraie CroixLa Vraie Croix

Infos pratiques

Adhérent depuis 2007
Maire : Pascal Guiblin
Adresse : 1, place du Palais, 56250 La Vraie-Croix
Téléphone : 02 97 67 23 62
Nbre d’habitants : 1501
Superficie : 17 km²
Intercommunalité : Questembert Communauté
lavraiecroix.bzh
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de La Vraie-Croix

Ce petit village du Morbihan aux jolies maisons de granit gris semble avoir trouvé un moyen original d’enrayer le processus de dévitalisation qui le frappait progressivement : miser sur un fleurissement remarquable, embellissant son cadre de vie.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

La politique d’embellissement de la Vraie-Croix ne date pas d’hier. Il faut remonter en 1971, lorsque le maire de l’époque s’inquiétait de l’état du bourg, peu entretenu. En plein centre, la jolie chapelle classée était notamment menacée par les ronces… Un sentiment d’abandon comme reflet de la baisse progressive du nombre d’habitants de la commune depuis les années 1920.

Le pouvoir des fleurs

Après quelques actions urgentes de débroussaillage, le maire s’est lancé dans le fleurissement de la place de autour de l’église et a incité ses concitoyens à faire de même chez eux. C’était le début d’un travail de longue haleine qui presque 15 ans plus tard, apporterait à La Vraie-Croix le premier prix d’une longue série de décorations. 1er prix Arrondissement et Département en 1985, 1ère Fleur en 1988, 4ème Fleur depuis 1993, Grand Prix national en 1994 et Grand Prix Européen en 1996… Un palmarès impressionnant, surtout lorsque l’on connaît l’exigence des critères d’attribution. « Ils ont beaucoup évolué depuis les années 80, précise Nicole Royant, adjointe au fleurissement. Au départ, c’était la beauté des fleurs, les couleurs… Maintenant, les jurys demandent davantage de plantes pérennes, des plantations en pleine terre plutôt que dans des jardinières, pas de désherbants chimiques, des cheminements doux… Le tournant a été difficile ! » Un revirement vers des critères plus environnementaux auxquels les services techniques ont dû s’adapter. Un coup de main (verte) des habitants Pour mener à bien ce fleurissement, la commune fait appel aux bonnes volontés. « Il y a eu une véritable osmose entre la population et les élus, sous forme de bénévolat » commente Monique Danion, maire de la commune. Une liste de bénévoles s’est constituée au fil des années et réunit aujourd’hui encore une trentaine de retraités, qui répondent aux sollicitations de Jean-Luc Labas, le responsable service technique. « Chacun a ses compétences : certains sont spécialistes du bouturage et de la mise en pot, d’autres des plantations, du débroussaillage et du nettoyage des massifs et des sentiers, de la mise en place des jardinières et des vasques… » Les bénévoles se retrouvent avec plaisir sur ces divers chantiers qui rythment l’année. Et après l’effort, le réconfort autour d’un pot ou d’un repas prolongeant ce moment de convivialité. En remerciement de leur investissement, les bénévoles sont régulièrement invités à des voyages de découverte d’autres villages fleuris. Ces excursions très appréciées renforcent encore le lien de l’équipe, en plus de faire germer de belles idées. « Et travailler avec les habitants est aussi une occasion d’avoir des retours sur les autres politiques de la commune … » note M. Danion.

L’impact sur l’attractivité de la commune

Si à l’origine, les fleurs étaient un moyen de fédérer les habitants, elles confèrent surtout au village son identité, un « faire-valoir » plus large aux retombées économiques visibles, notamment au début. Jean-Luc Labas se souvient des afflux touristiques, suite aux diffé- rentes récompenses nationales et internationales : « C’était la folie ! Des cars arrivaient dans tous les sens, on ne pouvait plus circuler dans le bourg ».

La fréquentation s’est depuis estompée, en lien avec 2 facteurs :

  • Le changement dans la politique de fleurissement, plus orientée vers le développement durable et moins spectaculaire : les annuelles très colorées et les jardinières gourmandes en entretien reculent peu à peu « Le grand public n’est pas pré- paré à cela » remarque Christophe Stevant, des services techniques.
  • La diffusion de l’expérience aux autres communes : « La Vraie-Croix était précurseur : les communes autour ont suivi, et peu à peu le village a perdu de son caractère exceptionnel » poursuit C. Stevant.

Mais l’impact touristique de la politique de fleurissement reste réel. Juin et septembre sont ponctués de la visite de cars de tourisme, acheminant principalement un public de retraités. Et « le dimanche, il y a toujours du monde à venir » souligne M. Danion. « Nous devons d’ailleurs travailler avec les commerces pour améliorer l’accueil des visiteurs ». La participation en 2014 aux Floralies (manifestation prestigieuse organisée à Nantes tous les 5 ans) profitera d’ailleurs à la Vraie-Croix via un rayonnement médiatique majeur.

Des animations et innovations pour maintenir la dynamique

Pour la saison 2013, les services techniques ont créé le « Circuit des jardins », en association avec des naturalistes et une artiste locale : il s’agit d’un parcours cheminant à travers les divers jardins de la commune, balisé de totems colorés créés par l’artiste et foisonnant de surprises disséminées tout au long de la route. Le défi de demain : continuer d’innover et de réinventer l’embellissement de la commune, en parvenant à renouveler l’équipe bénévole.

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

BlainBlain
BlainBlain
BlainBlain
La ChevalleraisLa Chevallerais
La ChevalleraisLa Chevallerais
La ChevalleraisLa Chevallerais
  Recevez nos Brèves mensuelles !