La Chevallerais (44) : premières réfexions pour la construction d’un restaurant scolaire fonctionnel et économe

La ChevalleraisLa Chevallerais
La Chevallerais NautilusLa Chevallerais Nautilus
La Chevallerais NautilusLa Chevallerais Nautilus
La Chevallerais NautilusLa Chevallerais Nautilus
La ChevalleraisLa Chevallerais

 

Les élus de La Chevallerais, petite commune de 1500 habitants située au nord de la Loire-Atlantique, viennent de lancer une étude de faisabilité pour la construction du futur restaurant scolaire. “Aujourd’hui et depuis 17 ans, la cantine se trouve dans des bâtiments modulaires qui ont fait leur temps et sont trop petits pour les effectifs actuels“, témoigne la maire Elisabeth Cruaud. Jacky Clouet, adjoint, complète : “nous devons réaliser trois services ce qui implique un temps de pause méridienne ralongé“.

Un projet évolutif

Pour pallier au problème, les élus ont d’abord envisagé de construire un pôle enfance qui comprendrait des locaux périscolaires (ALSH) et le restaurant scolaire . Finalement, cette piste représentait un coût d’investissement trop élevé pour la commune. “Nous nous orientons plutôt vers la construction d’un bâtiment qui accueillerait le restaurant scolaire, et pour lequel la possibilité d’une extension serait envisagée dès le départ pour accueillir une classe supplémentaire ou un espace ALSH ; nous souhaitons nous donner la possibilité d’adapter les locaux aux besoins scolaires et périscolaires à venir“, témoignent les élus.

Le restaurant fonctionne aujourd’hui en liaison chaude (prestataire Convivio de Blain) ; afin d’anticiper une éventuelle préparation des repas sur place, l’étude de faisabilité comprend une option de construction de cuisine : “le fait d’inclure cette réflexion dès à présent va nous permettre de penser un outil futur, à moindre coût“, indiquent les élus.

Etude de faisabilité

La commune a confié la réalisation d’un pré-programme et d’une étude de faisabilité au cabinet de programmation Galand Menighetti ; celle-ci a permis d’envisager l’organisation des locaux, les surfaces nécessaires et les coûts d’investissements à prévoir.

Pour cette première étude de défrichage, nous avis mis en avant notre volonté de réfléchir à un bâtiment le plus fonctionnel possible. Un autre enjeu important est celui des coûts de fonctionnement que nous souhaitons anticiper au maximum ; cette vigilance a été précisée dès les premiers échanges avec le cabinet qui assure l’étude de faisabilité.”

Un projet durable et partagé

En parallèle de l’étude, la comune a lancé l’achat d’une grande parcelle contigüe à l’école actuelle ;

le terrain est entouré d’arbres sur un côté, et jouxte l’école bardée de bois. Nous souhaitons mener ce nouveau projet dans la même philosophie que l’école, avec une attention portée à la fonctionnalité, au confort et à la sobriété du bâtiment, en termes d’énergie, d’eau en particulier.”

Pour cela, les élus ont visité plusieurs écoles sur des communes voisines (Les Touches, La Chevrollière, Sainte Luce sur Loire) avec le CAUE de Loire-Atlantique. Afin de les soutenir dans la définition des objectifs de développement durable, des visites sont prévues en lien avec BRUDED : sont pressentis le restaurant scolaire de Saint-Dolay (avec cloison de terre crue dans le réfectoire) et le groupe scolaire de Treffieux.

Rédigé en octobre 2018
Thématique : Cantines en bio et local, Écoles et périscolaire, Équipements publics

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !