Retour sur la journée biodiversité à Saint-Lunaire (35) – 22 mars 2019

Expérience > Un Atlas de la biodiversité communale à Saint-Lunaire (35)

Cette journée a réuni 40 participants de toute la Bretagne : élus et agents de collectivités, techniciens de structures environnementales, citoyens. 11 communes, 2 communautés d’agglo et 2 communautés de communes étaient représentées. L’objectif était dans un premier temps d’échanger des informations sur la mise en place d’un atlas de la biodiversité et sur toutes sortes d’actions favorables à son développement, sur les façons d’associer et d’impliquer les habitants par différents outils de communication et de sensibilisation.  Puis, d’aller à la découverte concrète sur le terrain des résultats de ces actions dans différents espaces de la ville de Saint-Lunaire : parcs et jardins, cimetière, zones urbanisées, vallées…

Pourquoi Saint-Lunaire ?

La commune est très avancée pour la prise en compte de la biodiversité : charte de la biodiversité, Atlas communal de la biodiversité, label « Ville Nature » 3 libellules. Des résultats très significatifs ont été enregistrés, ce qui en fait un territoire référence reconnu. Vincent Bouche/adjoint à l’environnement et Emmanuel Cibert/ chargé de mission urbanisme et développement durable ont expliqué que c’est une démarche très participative qui implique et fédère les habitants et pour laquelle les élus font beaucoup de communication et de pédagogie. La biodiversité est ainsi devenue un enjeu prioritaire qui est pris en compte dans la politique d’urbanisme de la ville.  De plus, la biodiversité crée du lien entre les habitants et c’est un facteur d’attractivité et de notoriété pour notre commune. ».

Il est évident qu’il est possible de concilier le développement de la biodiversité avec le développement urbain et économique

Michel Penhouët, maire
 

Volonté politique, communication et participation citoyenne

Les participants se sont dits convaincus que les leviers principaux sont une volonté politique forte et des actions de sensibilisation pour toucher tous les habitants afin de les impliquer dans la démarche. Cela passe par une communication positive qui s’appuie sur des outils originaux, interactifs voire ludiques notamment pour toucher les plus jeunes. Pour les communes qui n’ont pas de compétence en interne ou les moyens d’en avoir, il est essentiel de faire appel à des structures, souvent associatives, qui peuvent apporter leur savoir-faire en termes de méthodologie et d’actions sur le terrain. Vincent Bouche a souligné « l’importance de s’appuyer sur des connaissances scientifiques avant toute action. Ainsi, créer une mare isolée n’a pas d’intérêt : il faut un réseau pour favoriser les échanges entre les milieux et la reproduction de leurs habitants ».  Les associations locales et les habitants ont un très grand rôle à jouer du fait de leur connaissance du terrain et de leur capacité à faire des observations au quotidien.

Des acteurs optimistes

La journée s’est terminée sur un constat unanime : la biodiversité est un sujet qui intéresse et fédère les habitants sur tous les territoires.  Il en est également ressorti qu’il est possible d’agir à moindre frais avec des résultats visibles très rapidement.  La nature ne demande qu’à revenir, il faut juste lui créer des conditions favorables à son développement.

Ci-dessous la présentation de la démarche de Saint-Lunaire    
document diversdocument divers
couverture-22-bâtiments-durables-v3couverture-22-bâtiments-durables-v3
  Recevez nos Brèves mensuelles !