La Chevallerais (44) : visite du restaurant scolaire de Treffieux -juillet 2019

 

Les élus de La Chevallerais, commune de 1 500 habitants en Loire-Atlantique, ont lancé, depuis plusieurs mois, le projet de construction d’un nouveau restaurant scolaire. Aujourd’hui, les enfants déjeunent dans des bâtiments modulaires, qui ont fait leur temps et qui sont devenus trop petits en raison de l’augmentation des effectifs. Un pré-programme et une étude de faisabilité ont d’ores et déjà été réalisés (cette mission a été confiée au cabinet de programmation Galand Menighetti). Les élus ont visité plusieurs écoles sur des communes voisines (Les Touches, La Chevrollière, Sainte Luce sur Loire) avec le CAUE de Loire-Atlantique.

Pour consolider ses réflexions, la commune fait appel à BRUDED pour organiser la visite d’un autre restaurant scolaire. Le choix s’est porté sur la cantine de Treffieux, intégré au groupe scolaire. En effet, les attentes exprimées par les élus de la Chevallerais convergent avec le projet voulu par Treffieux à l’époque, à savoir une attention portée à la fonctionnalité, au confort acoustique, mais aussi à la sobriété du bâtiment, en termes d’énergie, et d’eau et aux qualités sanitaires des matériaux. Par ailleurs, dans les 2 projets, la possibilité de passer de la liaison chaude à la préparation des repas sur place est envisagée.

Le 1er juillet 2019, BRUDED, le maire de Treffieux (M. Bourrigaud), Mme Bargain, secrétaire générale et M. Cavé, architecte du Cabinet Louvel qui a conçu l’école de Treffieux, ont accueilli la délégation de la Chevallerais, composée à la fois d’élus et d’agents.

Au début de son projet, la commune de Treffieux s’est appuyée sur le CAUE 44, qui l’a aidée à définir ses besoins, rédiger le cahier des charges ainsi que le pré-programme. Le CAUE a aussi accompagné les élus dans l’étude des candidatures de maîtrise d’œuvre et a participé aux auditions. Le Cabinet Louvel a été retenu.

Avec un budget de 1,3 millions d’euros pour l’ensemble du groupe scolaire, s’étendant sur une surface au plancher de 860 m2, le choix a été fait de compacter le bâtiment et mutualiser des espaces (notamment le hall d’entrée qui dessert l’école et la cantine), permettant de réserver le budget à la dimension écologique du bâtiment. Une attention particulière a été portée à l’étanchéité thermique, à la luminosité et à l’acoustique (éviter une forme de bâtiment en cube, prévoir un revêtement à trou sur les murs et du flotex au sol pour absorber les bruits).

Avec un démarrage en liaison chaude, Treffieux prévoit de produire les repas sur place. Cela nécessite l’installation d’une cuisine. Dans ce cas, deux solutions sont à envisager dès la conception du projet : surdimensionner le bâtiment pour installer la future cuisine et les équipements ou bien prévoir une extension. Dans ces deux situations, il est important de bien penser les besoins, la marche en avant et le fonctionnement de la cuisine. Le travail avec un cuisiniste est indispensable, de même que l’intégration, le plus en amont possible, des agents de cantine dans la réflexion. Ils doivent être amenés à se projeter dans leur futur lieu de travail et non se focaliser sur la situation existante. A Treffieux, les élus ont fait le choix de surdimensionner le restaurant, jugé plus facile pour le montage du projet et l’obtention des subventions.

La visite s’est terminée sur la conclusion suivante : l’importance de faire consensus sur ce que veut la commune pour ouvrir les discussions avec le maître d’œuvre.

Rédigé en août 2019
Thématique : Écoles et périscolaire, Équipements publics

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !