L’île de Sein (29) témoigne sur le risque “tempête”

Île de seinÎle de sein
Île de seinÎle de sein
Île de seinÎle de sein

Le 11 janvier 2011 à l’Université de Bretagne Ouest à Brest, les étudiants du master « Sciences de la mer et du littoral » s’interrogeaient : face au risque de tempête sur les côtes françaises « Faut-il lutter ou fuir ? ». Jean-Pierre Kerloc’h, le maire de l’Ile de Sein est venu témoigner et pour les habitants de l’île, il n’y a pas le choix, il faut lutter.

Cela se traduit bien sûr par des grands travaux, indispensables pour réparer les digues aujourd’hui fortement endommagées notamment lors de la tempête du 10 mars 2008, mais aussi par la lutte contre l’urbanisation sur des zones submersibles. Et puis un plan de sauvegarde, qui définit la procédure à suivre en cas de tempête a été mis en œuvre (sur les 10000 communes concernées en France, seules 2000 ont défini ce plan), avec un point de repli à l’école, située sur la zone la plus haute et équipée d’un centre de premiers secours. Les îliens sont très conscients du risque et savent ce qu’il faut faire en cas de tempête, c’est sans doute pourquoi il n’y a pas eu de victime en 2008. Et lorsque la tempête menace, ils sont sur le pied de guerre. Mais sur le caillou, la lutte se traduit aussi au quotidien, par de petites actions auxquelles les habitants sont fortement sensibilisés : surveillance de l’état des digues et petits travaux de réparation (et sur ce point, le maire souligne que des salariés dédiés à cette tâche seraient bien utiles sur les zones côtières concernées pour éviter d’en arriver à de telles dégradations), lutte contre l’enlèvement de galets que les touristes ont pris l’habitude d’emmener avec eux, gestion de l’arrachage des goémons qui participent sur certains points à « casser » les vagues et participent ainsi à lutter contre l’érosion, …

 

La table ronde était également animée par Roland Nussbaum (directeur de la Mission des risques naturels), Hubert Oliviero (directeur de la Fondation Maif), Cédric Peinturier (représentant du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement) et Florence Richard (chargée de mission risques littoraux, Dreal Bretagne) qui sont venus apporter leur éclairage sur la situation en France et en Bretagne en particulier. Ils ont notamment évoqué le « plan digues », plan de prévention des submersions marines et des crues rapides, aujourd’hui en concertation.

Rédigé en janvier 2011
Thématique : Aménagement, urbanisme et habitat, Aménagements de bourgs et d’espaces publics

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !