Contre l’étalement urbain : un territoire recense ses gisements fonciers et immobiliers (35)

pays vallon de vilaine

Infos pratiques

Le Pays des Vallons de Vilaine veut aider les collectivités membres à mieux maîtriser leur foncier. Durant l’été 2013, le syndicat mixte du Scot a donné mission à un étudiant de collecter des données sur les disponibilités foncières et immobilières dans six communes volontaires du territoire. Ce travail de recensement, riche d’enseignements, est prolongé et étendu à tout le pays.

Cette expérience est extraite du site de Territoires Conseils / Banque des territoires, groupe Caisse des Dépôts. Elle est retranscrite ici dans le cadre d’un partenariat entre nos deux structures.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

La Bretagne compte parmi les régions françaises les plus consommatrices de terres agricoles. Les élus du Pays des Vallons de Vilaine (Ille-et Vilaine, 2 communautés de communes, 36 communes, environ 66.000 habitants) veulent lutter contre l’étalement urbain en favorisant la création des nouveaux logements là où le tissu urbain est déjà existant. Après avoir inscrit dans leur Scot des dispositions privilégiant la densification et le renouvellement urbain, ils ont voulu en mesurer la faisabilité sur le terrain. Pour cela, ils ont fait appel à un étudiant du master Aménagement et collectivités territoriales de l’université de Rennes 2, qui était à la recherche d’un stage de fin d’étude : de juin à septembre 2013, Frantz Daniaud a testé la faisabilité par un travail de recensement des gisements fonciers et immobiliers sur six communes volontaires. Et ce sous la houlette du directeur-animateur du Pays des Vallons de Vilaine, Jean-François Herbinot.

Repérer les parcelles disponibles et les logements vacants

Le stagiaire-étudiant a tout d’abord réalisé un premier travail de repérage des terrains disponibles par photo-interprétation, en utilisant un système d’information géographique (SIG) : il a listé les parcelles déjà urbanisées ou non qui possèdent un potentiel pour l’accueil de nouvelles populations. Ensuite il s’est rendu sur le terrain afin de confronter ces données à la réalité. L’autre travail de repérage a porté sur l’immobilier disponible. De nombreux logements sont en effet inoccupés, mais il est extrêmement difficile de les repérer. Le stagiaire-étudiant a dû arpenter les communes et repérer par des signes extérieurs (volets fermés, mauvais entretien des murs ou jardinets…) les logements visiblement à l’abandon.

Contacter les propriétaires : tâche chronophage pourtant indispensable

A l’issue de ce travail de terrain, j’ai créé un tableau en listant les parcelles et les logements disponibles que j’avais repérés, explique-t-il, et je suis allé voir les élus. Ils étaient surpris de constater qu’il y avait autant de potentiel

Frantz Daniaud, Chargé d’études

La question est maintenant de savoir ce qu’ils peuvent faire de ce gisement foncier, au service de quel projet urbain ils vont le mettre. Après validation par les élus des parcelles repérées, des contacts peuvent être pris avec les propriétaires. Un courrier leur est envoyé par la mairie et le chargé d’études fait le point avec ceux qui le souhaitent. Une étape indispensable mais très consommatrice de temps. Elle a donc été limitée à deux communes.

Dynamique enclenchée : l’étude se déploie sur 36 communes

L’enjeu consiste à convaincre les maires que les communes du territoire peuvent se développer sans s’étendre, qu’il est possible d’anticiper le développement urbain à 20 ou 30 ans et de poser des options d’aménagement dans un cadre intercommunal

Jean-François Herbinot, Directeur-animateur du pays

Cette étude a convaincu le pays de poursuivre sa démarche. “Nous avons embauché Frantz Daniaud en tant que chargé d’études pour qu’il étende son travail de recensement aux 36 commune du pays”, explique le directeur–animateur du Pays des Vallons de Vilaine. La mission du chargé d’études consiste également à élaborer un guide technique présentant ce qui serait possible de réaliser sur les terrains repérés. La parution de ce guide sera prolongée, à l’automne 2014, par une formation destinée aux élus et aux techniciens. “L’enjeu consiste à convaincre les maires que les communes du territoire peuvent se développer sans s’étendre, qu’il est possible d’anticiper le développement urbain à 20 ou 30 ans et de poser des options d’aménagement dans un cadre intercommunal”, conclut le directeur–animateur du pays.

Pour en savoir plus

Nombre d’habitants : 65848
Nombre de communes : 36
Site officiel : http://www.paysdesvallonsdevilaine.fr
Nom de la commune la plus peuplée : Guichen (7648 hab.)

Contacts

Pays des Vallons de Vilaine – ZA La Lande Rose 12 rue Blaise Pascal BP 88051 – 35580 Guichen
02 99 57 08 82

Joël Sieller – Président

Jean-François Herbinot – Directeur-animateur du pays – jf.herbinot@paysdesvallonsdevilaine.fr

Frantz Daniaud – Chargé d’études – scot@paysdesvallonsdevilaine.fr

 

article publié le 16 juin 2014 sur le site de Territoires conseils  et rédigé par Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

banque territoires_conseil_logo 2018

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Pleslin-Tragavou - Ehpad
  Recevez nos Brèves mensuelles !