Evaluation nationale de l’éco-quartier de Bazouges-sous-Hédé (35)

Hédé-BazougesHédé-Bazouges
Hédé-BazougesHédé-Bazouges
Hédé-BazougesHédé-Bazouges

Infos pratiques

Adhérent depuis 2006
Maire : Jean-Christophe Bénis
Adresse : 7 Place de la Mairie, 35630 Hédé-Bazouges, France
Téléphone : 02 99 45 46 18
Nbre d’habitants : 2051
Superficie : 22 km²
Intercommunalité : Pays de la Bretagne Romantique
www.hede-bazouges.fr
Contact BRUDED : Mikael Laurent

Autres expériences de Hédé-Bazouges

Il y a 10 ans, la municipalité de Hédé-Bazouges réalisait le lotissement « Les Courtils », à Bazouges-sous-Hédé. Sensibilisée aux enjeux du développement durable,  la mairie, accompagnée de l’équipe d’architecte Menguy-Le Garzic, innove sur de nombreux aspects : des espaces et cheminements piétons privilégiés, une gestion des eaux de pluie sur place, une orientation bioclimatique des parcelles, des haies d’essences locales… et prend deux mesures fortes pour les futures habitations : « l’interdiction du parpaing en élévation de mur et du PVC pour les menuiseries ; l’obligation d’une cuve de récupération d’eau de pluie et de panneaux solaires thermiques ». Le quartier, composé de 32 logements (10 logements locatifs sociaux et 22 maisons individuelles) sort de terre en 2005.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Une évaluation de l’éco-quartier sollicitée par le Ministère

Cet effort a été remarqué et le lotissement est le premier quartier de Bretagne à avoir reçu la labellisation « ÉcoQuartier » attribuée par le Ministère du Logement et de l’Habitat Durable. Ils sont 2 aujourd’hui avec le quartier de l’Europe à Saint Brieuc à avoir obtenu le label.

Dans la lignée de cette labellisation, la municipalité de Hédé-Bazouges a été sollicitée par les services de l’État pour participer à une évaluation nationale, à l’instar de 18 autres éco-quartiers en France. Localement, la réalisation de cette étude a été confiée au réseau BRUDED : Bretagne rurale et rurbaine pour un développement durable.

Analyse des thématiques “Energie – eau – déchets”, mais aussi du volet social et de l’impact économique

Cette évaluation consiste à étudier et analyser, tant du côté des pratiques de la municipalité que de celles des habitants, trois paramètres : l’énergie, l’eau et les déchets. Les données ont été collectées auprès des 15 foyers volontaires sur les 32 logements du lotissement. Elles ont été analysées, et les chiffres confirment les attentes ! Au-delà de ces trois paramètres, BRUDED a interrogé les habitants sur leur ressenti par rapport à la vie sociale au sein du quartier et a également analysé l’impact de l’éco-quartier du point de vue économique pour la collectivité, pour les habitants et pour le développement local.

Pour chaque foyer, l’ensemble des données collectées ont été synthétisées dans des fiches “habitants” reprenant :

  • le type constructif des constructions : part d’auto-construction, ossature, type d’isolants, résistance thermique des parois …
  • le volet “énergie” : consommations de chaque foyer, type et consommation de chauffage, panneaux solaires thermiques, sentiment de confort ressenti
  • le volet “déchets” : production par type de déchets par foyer
  • le volet “eau” : consommations spécifique à chaque foyer
  • l’approche économique : coût des constructions et économies réalisées et énergie et en eau.

L’ensemble des fiches est téléchargeable ci-dessous.

Energie : des économies pour les habitants et la collectivité

Sur les 15 logements, 14 ont été construits avec des matériaux bio-sourcés. Les maisons consomment environ 60% d’énergie de moins que la moyenne régionale et les appartements locatifs environ 40 % d’énergie en moins. Les habitants ont particulièrement insisté sur la notion de confort qui se dégage de leurs logements, cette perception est directement liée aux types de matériaux utilisés.

Pour la collectivité, les économies d’énergie sont principalement liées à l’éclairage public : grâce à une diminution du nombre de luminaires et à la limitation des plages horaires d’allumage, elle ne consomme que 7,2 kWh/hab/an, contre 86 kWh/hab/an au niveau national, soit une économie de 90% !

Préserver la ressource en eau et inciter à utiliser l’eau pluviale

Afin de favoriser le recours à l’eau pluviale dans les usages du quotidien, l’achat d’une parcelle comprenait la fourniture d’une cuve de récupération des eaux pluviales de 7000L en béton. Résultat : les habitants consomment en moyenne 16,9 m³/hab/an : presque moitié moins d’eau que les foyers d’Ille et Vilaine.

Les cuves sont en général reliées aux toilettes, au lave-linge et servent à arroser le jardin.

Pour la collectivité, le choix des plantations et la conception des espaces publics ont été pensés de manière à ce qu’aucun arrosage ne soit nécessaire. La gestion des eaux pluviales se fait également de manière alternative : l’infiltration dans le sol est favorisée via un réseau de fossés le long des chemins et les surfaces imperméabilisées sont limitées, tant sur l’espace public que privé : presque 100% des parcelles privées sont perméables !

Produire 5 fois moins de déchets, c’est possible!

Très impliqués dans la réalisation de l’étude, les habitants ont accepté de peser l’ensemble de leurs déchets pendant un mois. Ces chiffres on été extrapolés et on estime la production d’ordures ménagères résiduelles (OMR), autrement dit la poubelle grise à 35 kg/hab/an en moyenne ! Ainsi les habitants produisent presque 5 fois moins de déchets que la moyenne locale (161 kg d’OMR/hab/an sur le SMICTOM d’Ille et Rance) et 7 fois moins que la moyenne nationale (250 kg d’OMR/hab/an – source CESER).

De son côté, la collectivité ne produit aucun déchet : l’intégralité des déchets issus de l’entretien des espaces verts sont broyés et laissés sur place au pied des arbustes.

Plus qu’une zone d’habitat : la création d’un lieu de vie…

Les échanges avec les habitants confirment l’existence d’un vrai lien social dans le lotissement. Cela a commencé dès la création du quartier : pour communiquer sur son projet, la mairie organise en 2003 le « forum de l’habitat sain » permettant aux  1ers habitants de se rencontrer et d’échanger sur leurs projets respectifs. S’en suivent la mutualisation de certains services et beaucoup d’entraide lors des travaux.

Par ailleurs, la collectivité a conçu l’aménagement du lotissement afin de favoriser la rencontre entre habitants : un réseau de cheminements doux parcours le lotissement et des placettes desservent les parcelles et accueillent les garages des maisons. Cet espace, rappelant le principe d’une « cour commune », s’est naturellement transformé en lieu d’échange entre les voisins et en espace de jeu sécurisé pour les enfants. « La placette est socialement importante pour la rencontre des voisins, il y a beaucoup de spontanéité dans les échanges » explique un habitant du lotissement.

… qui contribue à l’attractivité de la commune et au développement local

Le lien entre les habitants s’est conforté au fil des ans avec l’envie de faire des choses ensemble : 14 foyers sur 15 sont impliqués dans des associations locales. Ils ont ainsi impulsé différents projets comme la création d’un bar associatif ou d’un marché biologique hebdomadaire. Cette dynamique a eu un réel impact sur le développement local et l’attractivité de la commune : cela a motivé l’installation d’une boulangerie biologique à proximité du quartier, d’un apiculteur ; le magazine « La maison écologique » s’est également installé dans le lotissement pendant plusieurs années.

Pour voir le film DREAL “les éco-quartiers en milieu rural c’est possible !”  sur la démarche EcoQuartier dans les communes rurales, cliquez ici.

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

La Grigonnais Approvisionnement bois localLa Grigonnais Approvisionnement bois local
La Grigonnais Approvisionnement bois localLa Grigonnais Approvisionnement bois local
La Grigonnais Approvisionnement bois localLa Grigonnais Approvisionnement bois local
Saint Martin des ChampsSaint Martin des Champs
  Recevez nos Brèves mensuelles !