Des médecins salariés au centre médical municipal du Sourn (56)

le sourn_2016-maison médicalele sourn_2016-maison médicale
le sourn_2016-maison médicalele sourn_2016-maison médicale
Le SournLe Sourn

Infos pratiques

Adhérent depuis 2008
Maire : Jean-Jacques Videlo
Adresse : 26, rue du commerce, 56300 Le Sourn
Téléphone : 02 97 25 12 52
Nbre d’habitants : 2088
Superficie : 16 km²
Intercommunalité : Pontivy communauté
www.lesourn.fr
Contact BRUDED : Maïwenn Magnier

Autres expériences de Le Sourn

À l’heure où les médecins «de campagne» deviennent une denrée rare, la commune du Sourn a choisi l’option de salarier deux, puis bientôt trois médecins dans le centre médical : les professionnels de la santé et les habitants s’y retrouvent pour le contentement de tous.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le Sourn est une commune de 2 127 habitants en centre Bretagne, très proche de Pontivy dont elle « subit » la forte attractivité des commerces et services. La population de la commune a doublé en 40 ans. Le Sourn possède un tissu associatif très fort lui permettant de maintenir une qualité de vie intéressante alors qu’une partie de la population est surtout active sur d’autres communes.
Il y a environ 30 ans, un médecin s’est installé sur la commune, seul. En 2015, l’heure de la retraite sonne alors que le médecin avait annoncé son départ un an à l’avance. La pharmacie a aussi alerté du risque de disparaitre à son tour si le médecin n’était pas remplacé. En effet, 80% du chiffre d’affaire d’une pharmacie repose sur le médecin local.
Dès lors, la commune a pris les choses en main. Appuyée par les pharmaciens du secteur et le médecin, une étude est lancée afin de déterminer l’origine géographique de la patientèle. Un accord est trouvé avec le médecin partant afin de mettre a disposition l’ancien cabinet en location ainsi que le matériel médical car une construction neuve n’était pas envisageable dans ce court délai. Il semblait aussi difficile de convaincre un médecin libéral de s’installer ici alors qu’il en manque partout ailleurs.

S’appuyer sur une démarche déjà testée

Devant ces constats et le souhait de maintenir une offre médicale, la municipalité s’est inspiré de ce qui a déjà été fait, entre autres, à la Ferté-Bernard (72 – 8 800 habitants) et à Domats (Yonne – 850 habitants) et choisit de créer deux postes salariés de médecins. Elle a contacté les acteurs et partenaires pour les aider : l’Agence régionale de Santé (ARS), le trésor public, l’ordre des médecins et les directeurs du centre hospitalier du centre Bretagne.

Le recrutement

En mars 2015, la commune lance le recrutement (annonces dans divers réseaux et média tels le Télégramme en page région, l’Équipe et le Parisien, journaux très lus par des éventuels praticiens et leurs familles…). La commune reçoit une dizaine de candidatures de tous âges (moitié françaises, moitié étrangères). Le recrutement se fait avec le médecin qui partait en retraite et ceux des communes voisines avec qui il travaillait. Au final, deux trentenaires sont retenus : un spécialiste gynécologue et un spécialiste en gériatrie, ce qui correspond à une demande forte localement. Suite à la validation par l’ARS et l’ordre des médecins, ils démarrent leur activité en septembre 2015.
Les habitants du Sourn ont été bien informés. Le 11 septembre 2015, une réunion publique les réunit autour de l’ancien et des nouveaux médecins pour expliquer le fonctionnement du centre médical. « Je n’ai jamais vu la salle polyvalente aussi pleine » nous confie le maire. À partir de là, les rendez-vous s’enchaînent et le cabinet ne désemplit pas.

Comment ça marche

La commune loue le local à l’ancien médecin après y avoir effectué rapidement des aménagements simples et peu couteux afin de créer un accueil et un second cabinet. Les médecins, comme les secrétaires, sont salariés. Le produit des consultations est encaissé par une régie municipale (par les secrétaires médicales) et la mairie assure le suivi administratif. La CPAM et l’ARS ont été sollicitées pour qu’elles reconnaissent officiellement l’établissement de santé.
Afin de laisser le temps aux choses de se mettre bien en place, la commune se donne trois ans pour évaluer la validité et la rentabilité de la démarche.

On a choisi de prendre le temps de mettre les choses en place : on s’est donné trois ans pour équilibrer le projet

     Jean-Jacques Videlo, Maire

Les difficultés rencontrées

Les organismes de santé étaient plutôt septiques sur l’entreprise. Les relations avec les médecins libéraux ne sont pas toujours faciles et cette « mise en concurrence » peut apparaître comme déloyale, alors même que la concentration d’activités est bénéfiques pour des petits territoires.
La principale difficulté consiste à conserver les médecins au vu de la forte concurrence existante entre les territoires. Un médecin a été arrêté plusieurs semaines et a démissionné : il a fallu six mois pour trouver un remplaçant. Un troisième médecin est arrivé en mars 2017 puis est reparti après 4 mois d’exercice. Il faut donc trouver à nouveau le troisième médecin…
Le travail de secrétariat est très lourd pour la commune.

Coût de l’opération

Investissement  :20 000 € : mobilier, aménagements divers
Fonctionnement: 280 000 €/an : 2 * 4 500 € nets/mois à 35 heures/semaine * 41 semaines  + secrétariat et entretien/location des locaux.

Et la suite ?

Dans un premier temps, la commune envisage d’acquérir la maison médicale afin de l’agrandir : créer un troisième cabinet, un accueil et une salle d’attente aux normes. Si tout se passe bien, la commune envisage de créer une Maison de Santé pluri-professionnelle en centre bourg. On y trouverait le cabinet médical ainsi qu’un espace «bien-être» et para-médical (ostéopathe, sophrologue, médiatrice sociale, neuropsychologue…)

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Monteneuf_réserve naturelle_2016Chemins de randonnée
Silfiac- Moutons d'Ouessant autour des lagunes
  Recevez nos Brèves mensuelles !