Pôle enfance-jeunesse construit avec des matériaux biosourcés à Quistinic (56)

QuistinicLe Pôle petite enfance (Trophée régional du développement durable 2016)
QuistinicQuistinic
Quistinic

Infos pratiques

Adhérent depuis 2008
Maire : Gisèle Guilbart
Adresse : 11, rue de la Mairie, 56310 Quistinic
Téléphone : 02 97 39 71 08
Nbre d’habitants : 1407
Superficie : 42 km²
Intercommunalité : Lorient Agglomération
www.quistinic.fr
Contact BRUDED : Bruno Servel

Autres expériences de Quistinic

Le choix de la paille pour l’isolation et d’enduits terre a été l’occasion d’organiser des chantiers collectifs qui ont mobilisé les habitants de la commune désireux de s’impliquer dans ce projet ou de découvrir de nouvelles techniques de construction.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

L’augmentation régulière de la population et le rattachement récent à Lorient agglo permettent à cette commune de 1 500 habitants d’envisager l’avenir sereinement. Elle se doit maintenant d’offrir des équipements qui répondent aux attentes de ses habitants et notamment des 120 élèves répartis équitablement entre le public et le privé et des ados. Si les 2 écoles sont dynamiques, leurs cantines n’étaient plus aux normes. Plutôt qu’il y ait deux rénovations, la municipalité a proposé de construire un équipement unique sur un terrain à égale distance des 2 établissements. Le bâtiment abritera aussi une garderie, un relais d’assistantes maternelles et un local pour les jeunes.

Une volonté d’innover

Ici, le développement est inscrit depuis 2008 dans une approche globale durable : aménagement et densification du bourg, zéro phytos, démarches participatives… Cela leur a permis de bénéficier d’aides éco-conditionnées qui ont rendu possible autant de réalisations. En amont de ses projets, la municipalité s’appuie régulièrement sur ce qui se fait au sein du réseau BRUDED. C’est en visitant les premières constructions en paille et terre qu’a germé l’idée d’utiliser des matériaux bio-sourcés pour leur nouveau bâtiment. Ces retours d’expériences les ont aussi convaincus de l’intérêt et de la faisabilité de proposer des chantiers participatifs pour leur mise en œuvre. C’est en effet l’occasion pour les participants de découvrir les techniques d’écoconstruction et de mieux s’approprier le projet pour les futurs usagers.

Une MOE dans l’esprit

Ces attentes ont été précisées dans le cahier des charges du recrutement de la maîtrise d’œuvre (MOE), puis dans le dossier de consultation des entreprises pour les lots concernés. Les élus ont voulu recruter une MOE en phase avec la démarche communale et la philosophie du projet, qui soit en capacité à travailler avec les acteurs associés très tôt aux réflexions des élus : les usagers du futur pôle (enseignants, parents d’élèves et agents communaux), le CAUE, la DDTM et BRUDED. C’est Florence Devernay, architecte à Hennebont qui a été retenue pour la qualité de son approche et son expérience des éco-matériaux.

Des enjeux humains, techniques et financiers

Les aspects humains et de lien social ont été particulièrement pris en compte dans ce projet. Réunir tous les élèves dans une cantine unique permettra de réduire le clivage public/privé encore vivace et d’optimiser le travail du personnel communal. Ce sera aussi la possibilité de sensibiliser les enfants au bien manger en valorisant la filière bio locale et aux bienfaits pour la santé de la marche avant et après le repas. Les ados auront dorénavant leur espace. Côté technique, les performances énergétiques du bâtiment seront poches du passif grâce à l’orientation sud du bâtiment, sa compacité et sa bonne isolation, le traitement des surchauffes estivales. Les faibles besoins de chauffage minimes seront apportés par un poêle à granulés. Son empreinte environnementale sera faible du fait de l’utilisation de matériaux bio-sourcés : bois pour l’ossature, paille pour l’isolation et terre pour les enduits. Côté finances, le bâtiment aura coûté moins cher que prévu. Cela s’explique par l’optimisation des surfaces, la mutualisation de certaines d’entre elles et à un degré moindre l’économie liée aux chantiers participatifs.

Les chantiers participatifs

L’appel d’offres précisait la volonté de la municipalité et le cadre fixé à l’entreprise pour leur déroulement. Ils ont fait l’objet d’une communication pour recruter les participants qui ont signé une convention de bénévolat. Couverts par l’assurance de la mairie, ils ont été encadrés par l’entreprise Echo paille de Larré (56) qui garantit la bonne réalisation de ce lot avec sa décennale. Le chantier s’est déroulé sur une semaine avec des groupes de 12 personnes, pas toutes de la commune. La récolte et le stockage de la paille bio avait été, l’été précédent, l’occasion d’un premier chantier sous la houlette de Denis Le Gall, adjoint aux travaux et agriculteur bio. Pour Gisèle Guilbart : « Ils n’enlèvent pas du travail aux entreprises car l’encadrement demande du temps. La participation à un tel chantier comme bénévole n’est pas suffisante pour se lancer ensuite soi-même dans un tel projet. Cela contribue surtout à sensibiliser aux éco-matériaux et à soutenir l’émergence de ces nouvelles filières ».

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

TréveneucTréveneuc
TreveneucCentre bourg réaménagé- Tréveneuc
TreveneucTreveneuc
Hede bazouges skateparkHede bazouges skatepark
Hede bazouges skateparkHede bazouges skatepark
Hede bazouges skateparkHede bazouges skatepark
  Recevez nos Brèves mensuelles !