Langoëlan (56) : Retour sur la visite accessibilité du 6 avril 2018

 

La question de l’accessibilité est un véritable enjeu de développement durable : c’est certainement l’idée forte retenue par la quarantaine de participants à la visite du 6 avril à Langoëlan et du témoignage de Yann Jondot, le maire paraplégique de cette commune de 420 habitants

Il leur a expliqué que permettre l’accessibilité aux handicapés (équipements et espaces publics, logements, patrimoine religieux) est facteur de dynamisme et d’attractivité pour toute collectivité et particulièrement pour les petites communes rurales. C’est le sens du combat de l’action qu’il mène pour que soit appliquée la loi de 2005 dont l’application a été repoussée à 2023, car les collectivités n’ont pas les finances pour la mettre en œuvre.

Des solutions simples et peu coûteuses sur la commune

« Notre responsabilité d’élu, c’est de trouver des solutions concrètes, en faisant appel à notre bon sens à défaut d’avoir des moyens financiers suffisants. Soyons aussi convaincus qu’elles sont utiles à tous » affirme Yann Jondot, élu en 2014. Malgré de faibles ressources financières, mais grâce à son expertise personnelle et à l’appui de l’équipe municipale, le bourg est devenu peu à peu accessible à moindres frais, en partant de l’existant et tout en respectant les normes attendues par les handicapés :

  • Mairie : rampe, toilettes, amplificateur de voix à l’accueil, signalétique au sol
  • Épicerie : rampe et sonnette extérieure
  • Église : rampe d’accès menant à une porte secondaire (solution simple négociée avec l’architecte des Bâtiments de France)

« Le chiffrage initialement proposé par la commission pour de nouveaux toilettes était de 24 000 €. En adaptant avec du bon sens nos toilettes, nous avons dépensé 5 000€, soit 5 fois moins d’argent pour un même résultat « précise le maire.

Côté logements, il s’est battu pour que soit construit deux logements communaux adaptables à tous les handicaps en cœur de bourg. De plain-pied, ils ont vocation à accueillir des personnes âgées handicapées qui veulent rester ou venir vivre sur la commune. « Le déracinement est très difficile à surmonter pour les personnes âgées. Ces logements leur donnent la possibilité de demeurer sur leur lieu de vie au plus près de leurs familles et proches ». Les loyers sont de 350€/mois et à la fin du prêt (printemps 2021)ils rapporteront de 200 €/mois au budget communal. « Il coûterait moins cher de concevoir dès le départ les logements que de les adapter ensuite ! » selon Yann Jondot.

Côté patrimoine, la municipalité souhaite valoriser ses chapelles en facilitant leur accessibilité. Une réflexion est en cours avec les services du patrimoine du département pour installer des bornes bluetooth qui donneront accès à de l’information sur l’édifice et son histoire, pour un coût de 35€ par borne (2 ans de durée de vie).  « Cela pourrait même intéressant dans les bourgs » estime le maire

Présentation des rampes amovibles

Yann Jondot devant l’épicerie

Un maire engagé pour la cause des handicapés

Yann Jondot se bat aussi pour la cause de l’ensemble des handicapés (12 millions en France, tous handicaps). Fin 2017, Il a gravi le Kilimandjaro pour que son message soit entendu des plus hautes instances de l’État : mission réussie puisqu’il a notamment obtenu le soutien du président du Sénat, ce qui a permis de faire du Morbihan le département pilote pour expérimenter 3 actions simples  préconisées dans son livre blanc :

  • Doter chaque commune d’une rampe d’accès amovible mise à disposition par la mairie en cas de besoin.
  • Installation d’une sonnette accessible aux handicapés devant les établissements publics lorsque l’accessibilité ne peut être assurée ou tout simplement pour demander le déploiement de la rampe amovible.
  • Création d’un autocollant qui permet une relation avec la population sur les efforts entrepris par la municipalité pour l’accessibilité. Cette démarche d’auto-évaluation par les élus du niveau (A/B /C) atteint par leur commune. « Je leur fais confiance pour qu’ils le fassent avec objectivité. Il en va de leur crédibilité. » selon l’édile. Il serait apposé sur le panneau d’entrée de la commune.

Langoëlan : Yann Jondot présente les auto-collants

« Le plus simple et le moins cher c’est l’autocollant, une sonnette c’est 50 euros, une rampe c’est 600 euros. Une commune peut s’équiper pour 800 euros. Ce n’est pas insurmontable. »  pour le maire. Dans un premier temps, pour tester ces mesures, Il est prévu que les rampes soient distribuées gratuitement par le conseil départemental à toutes les communes morbihannaises à l’automne. Le restaurant du bourg qui a accueilli les participants à cette matinée s’est déjà doté de sa propre rampe amovible pour être aux normes.

Grandchamp (56) : des actions pour inclure les personnes handicapées dans la vie communale

Madame Bouché-Pillon, adjointe à Grandchamp (5300 habitants) était aussi invitée à présenter la démarche de cette ville en plein essor, aux portes de Vannes. La commune dispose de plusieurs hébergements et équipements pour personnes handicapées : IME, ESAT, MAS, Foyer de vie, EPSMS. L’objectif des élus est que la population côtoie et vive avec ces personnes handicapées. Pour cela elle mène différentes actions :

  • Création d’un label handicap solidarité (logo : cœur et fauteuil roulant)
  • Classe sectionnalisée pour accueillir les enfants d’IME dans l’école ordinaire ce qui permet une autre approche du handicap pour les enfants
  • Sensibilisation des associations sportives à l’ouverture aux personnes handicapées (tennis, judo)
  • Ouverture de la nouvelle salle de sport avec mur d’escalade : travail avec asso pour accueillir des personnes handicapées
  • Inclusion d’adultes handicapés : aide pour la cantine (service), pour les espaces verts, la médiathèque, la maison de l’enfance, …
  • Démarche ‘l’outil en main’ auprès des enfants de 8 à 14 ans : les artisans transmettent leurs savoirs à des jeunes
  • Mise à disposition de terrains pour accueillir en 2020 : nouvel IME, nouvelle MAS, ESAT (soit 7000m² de bâtiments)
  • Adaptation des équipements publics (poignées de portes …)
  • Logements adaptés avec l’anticipation de la possibilité de rails en charpente pour aider les personnes handicapées et son accompagnant.
  • Sensibilisation de la population : conférence sur l’autisme, …

En conclusion, Madame Bouché-Pillon a résumé la volonté de la municipalité : « On veut réunir les conditions pour une vraie tolérance, pour changer le regard sur le handicap »

Une déambulation dans le bourg

Durant celle balade les participants ont pu visiter les aménagements à la mairie et à l’épicerie, les logements adaptables à tous les handicaps. Le maire a fait une démonstration de l’utilisation de différentes rampes amovibles sur des trottoirs et à l’église.

Au final, cette matinée a été très appréciée des participants qui ont été particulièrement impressionnés par l’énergie communicative et la volonté de faire de Yann Jondot. La vidéo ci-dessous vous donnera un aperçu de ce qui s’est dit et vu.

Rédigé en mai 2018
Thématique : Aménagement, urbanisme et habitat, Équipements publics

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !