Retour sur la visite du Cloître-Saint-Thégonnec – place et commerce

le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3
le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3
le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3

 

Près d’une trentaine de personnes se sont rendues au Cloître-Saint-Thégonnec le 15 octobre 2018 pour découvrir le réaménagement de la place de l’église réalisée en 2017 avec l’équipe Bivouac, un collectif de paysagistes, architectes et urbanistes spécialisés dans des démarches participatives pour mener à bien des aménagements d’espaces publics avec des matériaux locaux et les gens du territoire. Petit retour sur cette belle réussite. La visite a permis aussi de découvrir d’autres projets et réalisations, dont la mise en route d’une épicerie, dépôt de pain et petit bar rouvert début 2018 et qui fonctionne bien, très bien même.

Véronique Pereira, maire est intervenue pour expliquer la démarche de la commune. À partir d’une volonté de faire revivre des espaces publics et une rencontre heureuse avec l’équipe Bivouac, les élus ont passé commande auprès d’eux pour réaliser un diagnostic et proposer des scenarii d’aménagement.

Julien Léon, architecte au CAUE du Finistère a expliqué la démarche auprès de la commune : un diagnostic global en 2016 puis un accompagnement de cette démarche originale et valorisation de celle-ci au sein de son réseau et même sur Tébéo dans l’émission “archi à l’ouest”, émission diffusée aux participants en début de rencontre.

Léo et Glenn Pouliquen ainsi qu’Alexandre, équipe de Bivouac, ont ensuite expliqué leur démarche :

  • suite à la rencontre avec les élus validant leur démarche, un premier contrat d’étude est passé avec eux ;
  • ils s’installent en résidence (dans l’ancien bar-restaurant de la place) pendant deux semaines et travaillent/réfléchissent avec les habitants sur un diagnostic et des scenarii d’aménagement
  • Ils proposent ainsi d’aménager la place, avec des matériaux locaux (pierres des bords de route, bois local façonné dans la scierie de la commune, terre végétale des services techniques…) et les services techniques + toutes les personnes intéressées.
  • La commune décident, suite à l’enthousiasme collectif que cette proposition suscitait, de demander à la même équipe de réaliser l’aménagement.
  • une seconde période de “résidence” est ainsi organisée en octobre 2017 pour réaliser le chantier : repérage et collectage des matériaux, dessin sur la place, sciage du bitume et désimperméabilisation des fosses créées, pose rochers, fleurissement/paillage, création mobilier bois, signalétique au sol

La réussite du projet tient au fait que la municipalité a choisi de miser sur la matière grise plus que sur la sous-traitance à des entreprises qui auraient pu faire du “standard” souvent onéreux et reflétant peu la vie du bourg et les envies des habitants. L’effet “fédérateur” du projet a été un élément clef de sa réussite et de son appropriation par les habitants.

Les coûts : étude / 10 000€ – travaux – 22 000 € : on arrive à un coût de 30€/m²

On a de nouveaux projets sur des aménagements paysagers (ie dans le cimetière et autre) sur la commune. C’est sûr qu’on optera pour une démarche similaire, peut-être même encore avec la même équipe, très appréciée des habitants

Véronique Pereira, maire

Visite de la place de l’église

Un an après la réalisation des travaux, on constate que la végétation a bien pris. L’originalité et la sobriété de l’aménagement en fait tout son intérêt. Les percées avec blocs et végétation sont esthétiques et leur entretien très faible (surtout en cette première année où la végétation a peu poussé, du fait de la sécheresse globale).

Nous avons volontairement prévu une végétation très dense. Nous n’avons pas impliqué les habitants pour le choix ou l’apport des végétaux car nous avions un parti pris sur les espèces à privilégier : rustiques et vivaces.

Si c’était à refaire, nous retravaillerions la signalétique qui a du être revue par la municipalité et qui nuit un peu à la qualité esthétique (des panneaux réglementaires que l’on avait volontairement pas inclus dans la réalisation)

Léo Pouliquen, Bivouac

Quelques points de vigilance

Peu de difficulté rencontrées  et aucune à même de remettre en question le projet, ni sur le fond ni sur la forme. On peut évoquer quelques points :

  • les blocs rocheux étaient très volumineux et ont du être limités en taille (pour les adapter aux engins des services techniques)
  • la terre végétale a été prélevée dans les stock communaux : on y trouve aujourd’hui, malheureusement la renouée du japon, espèce invasive avérée ;
  • certains habitants ont trouvé dommage de perdre 3 places de stationnement (alors que cet espace n’est jamais rempli et qu’il y a des nombreux espaces prévus à cet effet dans le bourg) ; une habitante a “poqué” sa voiture sur une roche ;
  • il n’existe aucun plan des réseaux sous-terrains… l’équipe s’est appuyée sur la connaissance fine des services techniques pour savoir où creuser pour les fosses…
  • Les fosses ont été creusées sur une cinquantaine de centimètres et rempli à 10 cm du bord supérieur (permettant l’absorption de toutes les eaux pluviales sans risques de débordement)
  • Une couche épaisse de paillage (8 à 10 cm) permet d’éviter la pousse de plantes indésirables (“mauvaises herbes”) tout en permettant la perméabilité ; l’épaisseur aurait pu être plus faible ;

Visite de l’épicerie-dépôt de pain

La visite s’est poursuivie par une rencontre informelle avec Fabrice, gérant de l’épicerie-dépôt de pain. Alors que les boulangers fermaient la boutique à l’automne 2017, Fabrice, habitant d’une commune voisine s’est proposé d’assurer un service de dépôt de pain et journaux. Un an après, ce commerçant a su diversifier son activité : petit bar, épicerie, animations ponctuelles… de quoi redonner vie au cœur de bourg dans ce lieu très fréquenté par les habitants. Il est ouvert 7j/7 et Fabrice sait comment fidéliser une clientèle qui est demandeuse de tels services.

La commune lui loue les murs (100€/mois) et met en place les équipements nécessaires : création d’un terrasse en bois et mobilier bois pour le rangement de l’épicerie (avec bois de la commune, façonnée dans la scierie du Cloître), meuble réfrigérant et adapté pour boulangerie/viennoiseries et produits frais.

En savoir plus : Actu / mai 2018 à ce sujet

Rédigé en octobre 2018
Thématique : Aménagements de bourgs et d’espaces publics, Associer la population à ses projets, Chantiers participatifs, Commerces

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !