Saint-Sulpice-la-Forêt (35) : mesures d’urgence suites aux mesures de confinement

« L’Etat a (enfin !) précisé le fonctionnement à venir des collectivités locales pour les prochaines semaines liées au confinement. La nouvelle équipe élue au 1er tour est bien élue ! En attendant que le conseil d’installation puisse se tenir, il appartient cependant à l’ancienne équipe, par prorogation, de gérer la commune, avec une obligation de communiquer sur ce qu’elle fait à la nouvelle équipe. Savoir qui et comment allaient être prises les décisions en période de confinement et électorale était un préalable » précise Yann Huaumé, actuel maire de Saint-Sulpice et réélu dès le 1er tour. « Nous avons géré l’urgence entre quelques adjoints, la DGS et moi. Nos réunions, échanges se sont tenus en visio (cf éditorial) ».

Les premières mesures ont concerné l’équipe salariée, composée d’une quinzaine d’agents. « Il a fallu faire du ‘cousu main’ entre le droit des agents, les facteurs risques, l’impact sur les services et la continuité de l’action publique.  Après avoir entendu et affiné le cadre général des ‘services publics essentiels’ et moyens à mobiliser, on a questionné chaque salarié. Il était essentiel de savoir qui avaient besoin de garder ses enfants, ou connaître ceux dont l’état de santé était incompatible avec le fait de venir travailler en période de COVID-19 avec du public (enfants des soignants…). Nous avons dans le même temps fait état des stocks des masques et gels hydroalcooliques pour notre personnel et remis le surplus à l’ADMR et en pharmacie. 

Au final les mesures suivantes ont été prises :

–       Pour le Pôle administratif composé de 3 personnes : « Deux agents alternent 1 jour sur 2 le télétravail ou la présence physique en mairie pour maintenir une présence permanente en mairie. La DGS continue son travail à plein temps dont 50% en télé-travail ».

–       Pour le Pôle scolaire/périscolaire : « les 7 agents sont en autorisation spéciale d’absence. Il y a toutefois un roulement pour qu’ils se répartissent collectivement les heures de ménage de la mairie, de l’école et du périscolaire à hauteur de 2 à 3h chacun par semaine. L’animatrice enfance-jeunesse s’occupe de l’accueil des enfants des soignants et autres professionnels impliqués aux côtés des enseignants. Nous avons donné la possibilité au cuisinier de télé-travailler mais sa charge de travail est forcément très réduite car le service cantine est fermé. »

–       Pour le Pôle technique : « j’ai demandé à ce qu’il y ait toujours un agent en présentiel  pour assurer une continuité de service. Le responsable des services techniques est en autorisation spéciale d’absence partielle comme beaucoup de ses collègues mais maintien  l’astreinte téléphonique et mail de chez lui ».

Nous réfléchissons, en lien avec le CNFPT notamment, à proposer des modules de formations en ligne de type MOOC pour les agents.”

Les deuxièmes mesures concernent l’information tant en interne qu’auprès de la population des gestes barrières, des protections, des mesures de distanciation sociale, de réorganisation des services de la collectivité… “Nous avons relayé les messages via notre site et notre Facebook.

Nous avons identifié très rapidement les personnes fragiles et à risque susceptibles de rencontrer des difficultés. Un agent les a toutes appelées une première fois ; Pour une dizaine de personnes elle appelle deux fois par semaine pour s’assurer que tout va bien. Nous pouvons aussi compter sur des habitants qui nous ont spontanément proposé leur aide. Dans certains cas, faute de réponse téléphonique, deux élus doivent se déplacer.

Nous avons aussi pris des mesures pour maintenir le commerce ouvert et demandé une dérogation – que nous avons obtenue – pour que le marché du vendredi puisse se tenir. Pour l’un comme pour l’autre, les élus se sont impliqués pour accompagner les commerçants dans la mise en place de gestes barrières. Il a  fallu adapter entre la théorie de ce que nous avions imaginé et la pratique du terrain.

Les quatrièmes mesures ont concerné les professionnels et les associations locales.  Par choix, notre conseil municipal avait voté son budget avant les municipales. Une chance. Cela a permis de débloquer très rapidement les subventions d’associations qui en dépendent, comme l’école de musique. Nous avons par ailleurs gelé les loyers des salles que nous louons à des professionnels, en complément de l’action de l’Etat et de la région pour soutenir les acteurs économiques ».

Un temps important est également dédié à suivre les directives du gouvernement (circulaires, arrêtés, ordonnances…), intégrer les notes d’informations du centre de gestion et de l’Association des Maires d’Ille-et-Vilaine, du CNFPT… Nous restons mobilisés pour accompagner cette situation inédite et répondre aux besoins de la population.”

Rédigé en mars 2020
Thématique : Commerces, Démarches globales, Enfance, jeunesse et ainés, Santé et services de proximité

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !