Alban Le Roux, adjoint et Yannick Labreuche, conseiller à Carantec (29)

Alban Leroux et Yannick Labreuche, Carantec (29)

Située en Baie de Morlaix, Carantec est une station balnéaire d’un peu plus de 3 000 habitants qui multiplie sa population par quatre en période estivale. Très attractive, sa petite taille et sa configuration en presqu’île lui confèrent des contraintes fortes en termes de fonctionnement et d’aménagement pour accueillir des populations estivales et permanentes.

Parole est donnée à Alban le Roux, adjoint au développement durable et Yannick Labreuche, conseiller délégué à ses côtés.

Quels sont les projets structurants de votre mandat ?

La salle du Kelenn constitue LE projet de la mandature. L’architecte Jean François Madec réalise la reconversion de cette ancienne salle de sports en une salle polyvalente de grande capacité. Outre cette fonction, ce bâtiment, sur lequel seront installés des panneaux photovoltaïques, doit devenir un véritable espace de vie, de rencontres et d’activités à l’année pour les habitants de la commune et de l’intercommunalité.

La crise de l’accès au logement, la spéculation immobilière et l’augmentation du nombre de résidences secondaires (ou type AirBnB) ont des conséquences importantes sur notre cadre vie. L’autre enjeu majeur du mandat repose donc sur la maîtrise du foncier sur les derniers hectares à construire. Pour cela, notre mandature a recours à des actions de préemption via l’aide de l’Établissement Public Foncier (EPF Bretagne) afin d’orienter les futurs projets dans une logique d’aménagement respectueuse du cadre de vie et de l’environnement : logements sociaux, résidence pour personnes âgées, maison médicale, cheminements doux, parking relais, espaces partagés, etc.

Quelle place donnez-vous aux enjeux de la transition écologique dans vos projets ?

Depuis 2020, de nombreux maires ont choisi de confier la thématique de l’environnement en délégation à leur 1er adjoint, révélant la place centrale prise par la question environnementale au sein des politiques publiques communales. Notre équipe a également fait ce choix face aux enjeux quotidiens : érosion du trait de côte, nécessité d’opérer une rénovation thermique et énergétique des bâtiments communaux, d’assurer une meilleure gestion des ressources (eau, électricité, déchets).

Face à ces enjeux, nous nous sommes rapprochés de BRUDED afin d’alimenter notre réflexion à partir de projets innovants mis en œuvre dans d’autres communes. Par exemple, la création de notre jardin partagé, qui a vu le jour en début d’année, est le résultat d’échanges avec des élus partageant la même sensibilité que nous.

Vous avez notamment choisi de travailler sur une « charte de l’arbre » afin de préserver l’arbre en tant que marqueur paysager, historique et patrimonial, qu’attendez-vous de ce travail ?

Avec une telle pression foncière, nous avons constaté que les arbres constituaient une variable d’ajustement dans les projets de construction, d’urbanisation. Le mitage annoncé sur le bois de la Pointe de Pen Al Lann, lieu emblématique de la Baie de Morlaix, a été un déclic dans notre action politique.

Ainsi le CAUE du Finistère nous a accompagnés pour l’écriture d’un cahier des charges pour la mise en place d’une charte de l’Arbre dont les attendus sont les suivants :

  • La préservation du patrimoine végétal existant avec l’inscription des arbres et de nouveaux espaces boisés classés dans le PLUi.
  • Le renforcement du patrimoine végétal avec l’élaboration de fiches actions pour les particuliers (règles de plantation, liste d’essences d’arbre à planter, etc.) et pour la collectivité afin de proposer des règles de plantation pour les nouveaux quartiers.
  • L’identification de cinq sites prioritaires de mise en valeur d’arbre remarquable sur la commune, nécessitant des aménagements.

Ce sont  « Vivre avec l’Arbre » et « Amar Paysage » qui ont été retenus pour mener à bien cette Charte de l’Arbre.

Vous avez choisi de mettre en œuvre des actions très concrètes comme celle de réaménager la place Clouët…

La première action concrète est la protection et la mise en valeur d’un cyprès de Lambert bicentenaire sur la plage du Clouët. L’imperméabilisation du sol, le passage et le stationnement de véhicules représentaient de réelles menaces pour sa pérennité. Avec l’aide de l’atelier Bivouac, nous avons donné un second souffle à la vie de ce cyprès en créant un jardin à son pied. Nos objectifs étaient également d’offrir un espace accueillant pour les promeneurs où s’arrêter, pique-niquer, et de dégager la vue sur la baie en créant une transition entre le parking et la plage. Ces modifications ont entraîné la suppression d’une trentaine de places de stationnements.

L’ensemble des travaux a été réalisé par les services techniques et jardin, en régie, limitant les coûts du projet. Une visite est organisée le 10 novembre prochain en écho à une visite le 9 novembre sur l’aménagement de la place de mairie de Saint-Georges-de-Reintembault : inscrivez vous ! Nous vous accueillerons en compagnie de ceux et celles qui accompagnent la commune dans cette réalisation : le CAUE, l’atelier Bivouac, Vivre l’arbre et Amar Paysages.

Alban Le Roux, adjoint, et Yannick Labreuche, conseiller à Carantec (29)

En savoir plus

Programme des visites et inscription

La charte de l’arbre à Carantec

Rédigé en octobre 2022
Thématique : Actions pour la biodiversité, Aménagements de bourgs et d’espaces publics, Matériaux écologiques et locaux

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?


Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :