Un pôle enfance fonctionnel et construit avec des matériaux écologiques, pour un coût maitrisé à Bouvron (44)

BouvronBouvron
BouvronBouvron
BouvronBouvron pôle enfance

Infos pratiques

Adhérent depuis 2009
Maire : Marcel Verger
Adresse : Rue Louis Guihot, 44130 Bouvron, France
Téléphone : 02 40 56 32 18
Nbre d’habitants : 2957
Superficie : 47 km²
Intercommunalité : Communauté de communes de la région de Blain
www.mairie-bouvron.fr/
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de Bouvron

Construction d’un nouveau bâtiment, extension et rénovation de l’école existante, transformation d’un bâtiment en accueil de loisirs et périscolaire : Bouvron dispose désormais d’un pôle enfance confortable, fruit d’une démarche globale et participative.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Bouvron est une commune rurale dynamique, située en entre les agglomérations de Blain et Savenay. Comptant 3 000 habitants, la commune jouit d’une attractivité réelle ; en 2010, l’augmentation de la population implique d’agrandir l’école publique. Les élus saisissent alors l’occasion pour repenser l’ensemble de l’offre scolaire et périscolaire.

Un projet conçu avec les usagers

Afin de donner une place aux usagers – enseignants, animateurs, enfants, parents d’élèves, agents municipaux – dans la conception du projet, la municipalité a choisi de recourir à la méthode du PCI, ou Processus de Conception Intégrée, avec l’aide du cabinet Wigwam. Cf. fiche-projet sur le PCI

La création d’une centralité pour les services à l’enfance

Le projet est ambitieux, et vise à transformer l’école actuelle prévue pour 7 classes en une école de 14 classes (comprenant une réserve de 3 classes pour le futur).

Il consiste en :

  • la réhabilitation de 4 classes de l’école primaire actuelle avec extension pour créer 3 nouvelles classes,
  • la construction d’un bâtiment neuf de 7 classes accueillant des élèves de la maternelle au CE2,
  • la transformation de l’école maternelle en accueil de loisirs et périscolaire,
  • la mutualisation des locaux entre restaurant scolaire, école, périscolaire et associations, pour optimiser les surfaces,
  • l’aménagement de la cour et des abords des bâtiments : jardins potagers, cheminements doux…

Un mode constructif qui fait écho à l’identité locale

Pour construire les 7 nouvelles classes, la municipalité a souhaité s’inspirer de l’architecture locale et des ressources disponibles sur la commune.

Parmi les objectifs poursuivis :

  • une intégration urbaine et paysagère du bâti (formes, matériaux…)
  • le recours à des matériaux disponibles localement et écologiques
  • la maitrise des coûts du projet
  • la limitation des déchets générés Le cabinet d’architecte Belenfant & Daubas, retenu pour le projet, a proposé un bâtiment reprenant la forme d’un hangar agricole.

Ce parti pris propose une structure porteuse métallique appuyée sur des poteaux de 4 m de hauteur, et assure l’étanchéité à l’eau de l‘édifice. Cette enveloppe abrite une construction en ossature bois non porteuse, dont les plafonds sont suspendus sur la structure métal, avant la mise en place des cloisons. L’avantage de ce mode constructif : une grande liberté laissée dans l’aménagement des cloisons intérieures et des coûts réduits.

Des matériaux simples, sains et écologiques

  • Les murs séparatifs entre les classes ont été réalisés en terre crue récupérée directement sur le site (130 tonnes soit 70 m³). Ce choix permet de réduire fortement les déblais et l’impact environnemental du chantier.
  • L’ossature bois et le bardage extérieur ont été réalisés en pin Douglas provenant de l’Ouest de la France.
  • Les murs extérieurs sont isolés avec de la ouate de cellulose.

Le confort des usagers au cœur du projet

« Ce bâtiment, cœur du nouveau Pôle Enfance, apportera par sa conception, ses dimensions et la qualité de ces espaces et matériaux, un confort inégalé aux enfants et à leurs enseignants », affirme Laurent Bissery, adjoint à l’éducation. Chaque classe abrite un espace de travail, une zone vestiaires pour éviter de surcharger les couloirs, des sanitaires et un atelier mutualisé, soit une surface de près de 110 m² par classe. Trois d’entre elles proposent également une « grotte », espace propice au repos des enfants construit tout en arrondis avec des briques de terre crue. Une terrasse privative prolonge chaque classe sur l’extérieur, et le bâtiment comprend un espace central librement appropriable. Appelé « le ventre », il a été imaginé par les usagers lors de la conception participative du projet. Deux salles de sieste, une salle de motricité, une salle des maîtres complètent les locaux. Côté matériaux, la terre crue utilisée pour les cloisons intérieures stockera tout au long de l’année les apports solaires et permettra ainsi de réguler l’hygrométrie du bâtiment. L’éclairage naturel a été optimisé avec une exposition au sud assortie de brise soleils pour l’été. Des puits de lumière de type solatube ont été installé dans les espaces centraux et de circulation.

Économe en énergie

La forme compacte du nouveau bâtiment, son orientation au sud, son isolation renforcée ainsi qu’un suivi attentif de l’étanchéité à l’air lors du chantier, réduisent le besoin en énergie du bâtiment (Bbio de 50 pour un Bbio max de 75 selon la RT 2012). Une simulation thermique dynamique, suivie d’une étude de l’approvisionnement en énergie, ont permis d’étudier le mode de chauffage. Désormais une chaufferie centrale bois-plaquette (150 kW), approvisionnée en bois local, alimente 4 sous-chaufferies. La ventilation est assurée par une VMC double-flux, qui récupère les calories lors du renouvellement de l’air intérieur. Une gestion centralisée de ces équipements est prévue, reliée à des enregistreurs des émissions de polluants pour un suivi de la qualité de l’air intérieur.

Chantiers de formation et d’insertion

La réalisation des cloisons et des grotte en terre, encadrée par Pierre Blandin (Plessé) et Samuel Dugelay/ Makjo (Béganne), a permis de former 7 stagiaires, « dont 4 ont par la suite été pris en CDD pour terminer le chantier». Par ailleurs, une douzaine de personnes en insertion ont été associées au chantier via les associations AIRE et Accès-Réagis.

Une maîtrise des coûts

La conception optimisée du nouveau bâtiment et le recours à des matériaux locaux ont contribué au coût de construction très maitrisé, de l’ordre de 1 070 € HT/m² SHON, « ce qui en fait l’école la moins chère de France », assurent les élus !

Coût travaux……….3 156 384 € HT

Maitrise d’œuvre……. 359 310 € HT

Prestations intellect….120 000 € HT

Financements :

Conseil départemental….564 428 €

DETR……………………………..75 000€

CAF……………………………….67 687 €

Conseil régional……………..50 000 €

ADEME…………………………20 787 €

Org. Partager la croissance…15 884 €

Autofinancement………….800 000 €

Emprunt………………..2 091 905 €

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

BouvronBouvron pôle enfance
BouvronBouvron
BouvronBouvron
MordellesMordelles
BreteilBreteil
LoperhetLoperhet
  Recevez nos Brèves mensuelles !