Bouvron (44) : Municipalité, habitants et associations ensemble pour construire le nouveau tiers-lieu

tiers-lieux-bouvrontiers-lieux-bouvron
bouvron_réunion-publique-tiers lieuxbouvron_réunion-publique-tiers lieux

Infos pratiques

Adhérent depuis 2009
Maire : Emmanuel Van Brackel
Adresse : Rue Louis Guihot, 44130 Bouvron, France
Téléphone : 02 40 56 32 18
Nbre d’habitants : 3161
Superficie : 47 km²
Intercommunalité : Communauté de communes de la région de Blain
www.bouvron.eu/
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de Bouvron

En 2018, la commune lance le projet d’un tiers-lieu « circuit court » du partage et des échanges. L’objectif est de disposer d’un espace commun fédérateur, partagé quotidiennement pour se rencontrer, échanger des services, des « recettes », des envies, à tout âge et sur tout sujet.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Bouvron, située entre les agglomérations de Blain et Savenay en Loire-Atlantique, est une commune rurale dynamique qui compte plus de 3 000 habitants. Elle travaille depuis plusieurs années sur le « Bouvron de demain ». Parmi les projets, l’idée de créer un tiers-lieu au sein de la bibliothèque fait son chemin pour s’inscrire dans un ensemble ouvert à tous.

Un tiers-lieu, c’est quoi ?

Il n’existe pas de tiers-lieu type, hébergé dans un lieu type. Chaque territoire en fait un espace singulier, à son image. Bouvron le caractérise à travers trois mots clés :

  • Rencontres : le tiers-lieu est destiné à être un espace de rencontres physiques ou virtuelles, entre personnes qui n’ont pas forcément vocation à se croiser naturellement.
  • Projets : de nature collectifs, matériels ou immatériels, mettant les membres dans la situation de créer et de développer ensemble.
  • Animation : c’est un lieu vivant, animé, accompagnateur et/ou révélateur de capacités et de talents.

Un levier de dynamique communale

La baisse d’activité de la bibliothèque est l’élément déclencheur de ce projet. Les élus municipaux constatent : « la bibliothèque est vitale pour la commune, nous voulons absolument la maintenir et éviter son transfert à Blain ». Il faut repenser son fonctionnement, imaginer son évolution comme «un vrai lieu d’interconnaissance, d’échanges, d’ateliers », indique Emmanuel Van Brackel, alors conseiller délégué pour porter le projet et élu maire en 2020.

C’est une autre façon de faire du lien social. Je peux proposer une activité de cuisine et participer à l’atelier de jardinage. L’idée est de valoriser les savoir-faire de chacun dans une démarche collaborative.

Emmanuel Van Brackel, élu au pilotage du projet

Ce tiers-lieu concerne tous les publics, il est collaboratif et constructif.

La démarche participative au cœur du processus

Le tiers-lieu est bâti par et pour les habitants. La commune veut s’appuyer sur l’intelligence collective. Pour orchestrer le projet, la municipalité fait appel à l’agence nantaise Retiss, spécialisée dans la mise en place de tiers-lieu, pour la réalisation du diagnostic et l’animation destinée à l’implication citoyenne.
Quatre ateliers participatifs et une réunion publique se tiennent en 2018 pour poser les contours de ce que pourrait être ce tiers-lieu en termes de valeurs partagées, de gouvernance, d’usages, de services proposés. Pour inviter les habitants à s’impliquer dans le projet, la commune a déposé dans toutes les boites aux lettres un flyer de présentation et a communiqué via le bulletin municipal.
Chaque atelier réunit entre 30 et 40 personnes. L’idée forte exprimée par les bouvronnais est d’inventer un lieu fédérateur, un outil connecteur, produisant une communauté active.

Des idées à la concrétisation, quel chemin ?

À l’issue de cette première phase, pour faciliter la mise en œuvre du projet, le recrutement d’un animateur du tiers-lieu est décidé. Des habitants participent à la rédaction de la fiche de poste et aux entretiens d’embauche. En avril 2019, Adeline Mutel prend ses fonctions. « Mon rôle est d’accompagner les bénévoles, d’être facilitatrice, sans toutefois décider à leur place » explique-t-elle.
En parallèle, 3 commissions sont lancées. Composées d’élus, d’associations, d’habitants, elles sont gérées de façon autonome. Leurs réflexions s’appuient sur les idées qui ont émané des ateliers.

  • La commission Statut est chargée de définir et rédiger le statut du tiers-lieu et le mode de gouvernance, souhaité collectif.
  • La commission Aménagement planche sur les futurs plans du tiers-lieu et organise l’aménagement des locaux.
  • La commission Premières Actions propose les premières activités et animations du lieu.

Son fonctionnement

Bien qu’à l’initiative du projet, la commune n’a pas vocation à prendre les décisions. Le tiers-lieu est géré par une association collégiale d’habitants. Il n’y a pas de hiérarchie entre les membres ; les responsabilités et les décisions sont partagées. Le rôle de l’association est d’organiser le fonctionnement du lieu, veiller à ce que les initiatives restent dans le cadre et les coordonner.
Elle a fixé des garde-fous, notamment l’absence d’activité professionnelle, telle les cours de Yoga. Toute personne qui souhaite participer au tiers-lieu, y compris à une animation, doit adhérer à l’association. Toutes les animations ont lieu sur inscription. Les horaires d’ouverture ont aussi évolué et la bibliothèque tiers-lieu est désormais ouverte 13 heures par semaine, contre 6 auparavant. Une réduction à 10 heures est à l’essai pour concentrer davantage la fréquentation.

Des activités qui foisonnent

Le démarrage s’est fait sur les chapeaux de roues avec une vingtaine d’animations organisées entre septembre et décembre 2019 : réaménagement du tiers-lieu par les habitants sur un week-end, atelier chocolat avec une boulangerie de Bouvron, soirée soupe et contes… il y en a pour tous les goûts. Comment ça se passe ? Les habitants à initiative de l’animation, soumettent leur proposition auprès d’Adeline Mutel. La commission « Actions » se réunit ensuite pour valider et inscrire l’animation au planning.
Des initiatives plus pérennes sont aussi mises en place : grainothèque, étagère à dons, troc de magazines.
Des contacts sont également pris avec des partenaires et autres acteurs du territoire (associations, école, maison de retraite) afin qu’ils s’approprient le tiers-lieu. L’enjeu étant de voir comment monter ensemble des projets, mutualiser du matériel. Le Pays de Blain est intervenu pour une animation sur le thème du zéro déchet, sollicité par les habitants.

Les gens ont plein d’idées et sont au rendez-vous des activités

Adeline Mutel, facilitatrice du tiers-lieu

Au-delà des chiffres, une dynamique se développe. Et la Minothèque, nom choisi pour le tiers-lieu à l’issue d’un vote citoyen, n’est qu’au début de son histoire.

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Commune Le Mené- Étude bourgs _visite Saint-Gilles du Mené
Logo Eau du bassin rennais - Terres de sources
Eau - barrage de chèze-canut
Eau du bassin rennais - producteurs
  Recevez nos Brèves mensuelles !