Evran (22) une chaufferie bois amortie sur 8 ans

évran réseau de chaleurévran réseau de chaleur
chaudière bois évranchaudière bois évran
chaudière bois (2) évranchaudière bois (2) évran

Infos pratiques

Adhérent depuis 2017
Maire : Patrice Gautier
Adresse : 22630 Rue de la Mairie, Évran, France
Téléphone : 02 96 27 40 33
Nbre d’habitants : 1742
Superficie : 23,60 km²
Intercommunalité : Dinan Agglomération
www.evran-bretagne.fr
Contact BRUDED : Camille Ménec

Autres expériences de Côtes d'Armor, Evran

La commune d’Evran vient de mettre en service une chaufferie bois permettant d’alimenter la mairie, un groupe scolaire, le restaurant scolaire ainsi que des logements communaux attenants. D’un coût total de 560 000 €, la part communale s’élève à 208 000 € une fois les subventions déduites. Le retour sur investissement est prévu au bout de 8 ans.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le constat

Le projet s’inscrit dans la stratégie communale d’optimisation des consommations énergétiques des bâtiments (270 000 kWh en moyenne de 2018 à 2021) et la volonté de relocaliser l’approvisionnement énergétique. Les bâtiments concernés par l’implantation de la chaufferie bois sont :

  • La mairie d’Evran
  • Le restaurant scolaire
  • Le bâtiment scolaire Jules Verne
  • Les anciens logements communaux attenants au bâtiment Jules Verne

Cette chaufferie vient en remplacement d’une chaudière gaz (bâtiment Jules Verne), d’une chaudière fioul (mairie) et de radiateurs électriques (restaurant scolaire).

Les objectifs du projet

Remplacement de l’énergie fossile par une ressource durable afin de réduire l’impact environnemental du système de chauffage

  • Valorisation de la ressource bois sur le territoire
  • Optimisation des dépenses publiques

Les étapes

2020

Janvier : Diagnostic et pré-étude par le CEP (Conseil en Énergie Partagée, Dinan Agglomération) et l’association AILE.

Juin : Décision de consultation des entreprises pour la réalisation d’une étude de faisabilité pour la création d’une chaufferie bois en conseil municipal

Juillet : Attribution du marché pour la réalisation d’un pré-diagnostic et d’une étude de faisabilité à l’entreprise EXOCETH en conseil municipal

Novembre : Étude de faisabilité par le bureau d’étude EXOCETH finalisée puis approbation de la création d’une chaufferie 100% bois en conseil municipal

Décembre à janvier 2021 : Préparation du dossier de consultation pour le recrutement d’une équipe de maîtrise d’œuvre (MOE).

2021 :

Janvier : Lancement de la consultation pour la maîtrise d’œuvre (MOE)

Mars : Notification du marché MOE ; phase d’étude menée par le bureau d’étude et maîtrise d’œuvre retenu “Armor Ingénierie”

Juillet : Validation de l’Avant-Projet Définitif en conseil municipal

Août : Dépôt de permis de construire

Septembre Octobre : Dossier de consultation des entreprises (7 entreprises qui ont répondu). 2 lots distincts

2022

Février : Attribution des entreprises

Avril : Début des travaux Voirie et Réseaux Divers

Mai : Début des travaux gros œuvre et des travaux de chaufferie

Octobre : le 4 : Première livraison de bois et premier test de mise en chauffe ; le 25 : réception des travaux ; le 26 : mise en chauffe.

Détail du projet

L’implantation d’une chaufferie bois a nécessité la création d’un bâtiment chaufferie bois comprenant un  local avec les deux chaudières à bois déchiqueté de  marque HARGASSNER de type EcoHK 90 (27-90 kW), deux ballons tampons de 2000 litres ainsi que d’un silo bois permettant le stockage (50m3 utile) et la  distribution du bois déchiqueté.

Les Hargassner sont la Rolls Royce des chaudières. Il est intéressant d’en avoir deux. Si l’une tombe en panne, l’autre se met en marche.

Une voie d’accès, permettant la circulation de véhicules pour la livraison de bois a été réalisée.

Les 145 mètres de réseau de chaleur sont connectés aux deux sous-stations (anciens locaux des chaufferies de la mairie et du bâtiment Jules Verne) dont la fonction est la distribution de la chaleur dans les bâtiments Mairie, Restaurant scolaire et le bâtiment scolaire Jules Verne). La création de ce réseau de chaleur a été réalisée en même temps que les travaux de réaménagement du boulevard Gaultier afin de mutualiser les frais de terrassement.

La création d’un réseau de chaleur dit secondaire dans le restaurant scolaire a été nécessaire avec l’implantation des radiateurs en remplacement du système de chauffage électrique.

Le personnel des services techniques a suivi une formation spécifique pour assurer la maintenance quotidienne des 2 chaudières et la vérification de la qualité des approvisionnements en bois.

Équipe de maîtrise d’œuvre

Mandataire maîtrise d’œuvre : BET ARMOR INGENIERIE
Architecte : FELT
Bureau d’étude voirie et réseaux divers : QUARTA

Liste des lots :

Lot 1 :
Installation de chantier – Gros œuvre – Travaux Tout Corps d’Etat (TCE) : entreprise SCOBAT, Trégueux (22)

Lot 2 :
Equipement chaufferie bois – Chauffage – Electricité : Engie Energie, Rennes (35)

Budget

Coût total : 560 582,57 € TTC

  • Maîtrise d’œuvre (Armor Ingénierie + Felt + Quarta) : 47 059,20 €
  • Travaux Lot 1 TCE (SCOBAT) : 139 433,62 €
  • Travaux Lot 2 (Engie Energie) : 290 149,84 €
  • Réseau de chaleur et voirie (Eiffage) : 61 625,52 €
  • Etude Amiante Plomb (logements) : 1 020,00 €
  • Etude Amiante (cantine) : 682,00 €
  • Etude de sol : 5 340,00 €
  • Relevé topographique : 998,40 €
  • Mission SPS (Sécurité et protection de la santé) : 1 680,00 €
  • Mission CT : 4 242,00 €
  • Etude faisabilité bois (Exoceth 2020) : 8 352,00 €

Financements : 560 582,57 € TTC

  • Région Bretagne (Plan bois énergie Bretagne) : 76 861,00 € (13,71%)
  • État Subvention AAC – FNDAT (Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire ) : 114 000,00 €  (20,34%)
  • État DSIL 2021 (Dotation de Soutien à l’Investissement Local) 50 000,00 €  (8,92%)
  • Ademe : Étude de faisabilité 2020 : 4 872,00 € (0,87%)
  • SDE 22 : ORECA (Opération de Rénovation Énergétique en Côtes d’Armor) : 15 000 €  (2,68%)
  • FCTVA (dotation compensation TVA) 91 957,96 € (16,4%)
  • Autofinancement 207 891,60 € (37,08%)

Enseignements

Ce choix, d’un intérêt économique aujourd’hui incontestable, relève également d’un engagement volontaire de la municipalité à s’engager dans la décarbonation des énergies utilisées par la commune et dans une démarche globale de développement durable que la municipalité s’efforce de mettre en place.

Approvisionnement

Le bois qui alimente les chaudières provient de l’entretien des haies d’un agriculteur voisin de la commune via la SCIC Bois énergie avec laquelle il travaille. La commune a lancé un appel d’offre pour l’approvisionnement auquel seule la SCIC Bois Energie a répondu. Un cahier des charge caractérise le type de bois nécessaire (séchage, taille…).

Ce qui est vraiment important, c’est la qualité du bois : un bois trop sec, trop petit ou trop poussiéreux peu coincer ou colmater la chaudière et provoquer des pannes précise Patrice Gautier, maire.

Gestion et maintenance

Sur les 5 agents techniques de la commune, deux ont été formés sur le sujet (un agent principal et un suppléant).

Le temps de travail des agents a été estimé à 3h30 par semaine pendant les périodes où les chaudières tournent. Cela couvre l’assistance, la surveillance à distance (via les smartphones), la gestion des approvisionnements. C’est un travail intéressant pour les agents, qui change des missions habituelles.

 

Bilan

Cet investissement, conséquent pour la commune, a été rendu possible par le montant important de subventions accordées à cette opération (260 733 €), soit en réintégrant la dotation de TVA (FCTVA), une couverture de 63% de l’investissement.

Cette opération qui concerne les 3 blocs de bâtiments les plus énergivores de la commune : 139 000 kWh (source CEP, corrigés en moins de la partie fonctionnement électrique des équipements de la cantine), vise 51% de la consommation globale de la commune. C’est donc un large périmètre couvert par cet investissement et donc un gros levier de maitrise possible de la dépense en chauffage.

Le coût annuel d’approvisionnement en bois sera d’environ 9 600 € TTC, bien inférieur au coût des dépenses annuelles observées sur une moyenne des 4 dernières années connues (2018 à 2021) qui était de 30 000 €. L’économie espérée serait donc d’au moins 20 000 € dès 2023. Si l’on intègre la hausse tarifaire de l’électricité sur 2022/2023 et impactons uniquement la partie d’électricité dédiée au chauffage dans la cantine (21 000 kWh), l’économie pourrait être de 27 000 €. Au coût d’achat de bois, il faut ajouter environ 3000 euros / an de main d’œuvre (service technique municipal et prestataire) pour la gestion, surveillance et maintenance.

L’amortissement de cette installation se fera au bout de 8 ans (cf graphique ci-dessous), plus rapidement que les 14 années prévues (Analyse financière AVP à 45% de taux de subvention) compte tenu des importantes économies dégagées par ce nouvel équipement, du renchérissement du coût de l’énergie et un volume de subventions conséquent.

graphique-evran

 

Rédaction janvier 2023

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux


  Recevez nos Brèves mensuelles !