Les activités culturelles associatives donnent un nouvel élan au centre-bourg de Mellionnec (22)

Atelier participatif pour l'aménagement de la place

Infos pratiques

Adhérent depuis 2007
Maire : Marie-José Fercoq
Adresse : Le Bourg, 22110 Mellionnec
Téléphone : 02 96 24 23 26
Nbre d’habitants : 424
Superficie : 24 km²
Intercommunalité : Kreiz-Breizh
www.mellionnec.fr
Contact BRUDED : Bruno Servel

Autres expériences de Mellionnec

Le dynamisme des associations culturelles de cette commune rurale attire de nouveaux habitants et de nouvelles activités. La municipalité accompagne cette dynamique et transforme le bourg pour répondre aux besoins en logements et aux nouvelles attentes des habitants.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le centre-ouest Bretagne est un territoire rural à l’écart des pôles d’activité économique où les communes peinent à conserver leurs jeunes, leurs commerces et services. A Mellionnec, 420 habitants, on refuse cette fatalité en explorant de nouvelles voies de développement et de vivre- ensemble. Des associations locales proposent régulièrement avec le soutien de la municipalité des évènements culturels de qualité qui contribuent à donner une image de dynamisme à la commune. Le festival annuel du film documentaire proposé par l’association Ty films draine des centaines de personnes de Bretagne et d’ailleurs.

Commune attractive …

Cette identité culturelle associée à un cadre de vie préservé attire désormais des jeunes ménages, ce qui permet ainsi de maintenir les effectifs de l’école publique. Elle a aussi séduit des acteurs désireux de s’installer avec des modèles écomiques différents. Ainsi l’épicerie-bar Folavoine (SCIC) propose toute la gamme des produits issus de l’agriculture biologique avec une priorité sur les produits locaux. Une micro-brasserie s’est installée en 2012 dans une ancienne menuiserie et un café-librairie s’est ouvert sur la place en 2019. Un café restaurant mis en gérance par la commune complète l’offre.

… mais bourg à repenser

Deux logements communaux en cours de rénovation

La municipalité s’est retouvée confrontée à une forte demande de logements et de locaux dans le bourg alors que de nombreuses maisons restaient vacantes. Marie-José Fercoq se souvient : ‘‘ Nous avons constaté que les habitations vétustes sans jardin ou garage ne se vendaient pas. Il fallait trouver des solutions pour satisfaire une demande croissante dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur le développement du bourg qui associerait tous les acteurs qui le font vivre et ses usagers‘‘.

 

Une approche globale

En 2016, le cabinet d’études TerreàTerre a ensuite mené une étude pré-opérationnelle pour un coût de 20 000 euros. Il en a résulté un programme d’actions avec quatre axes principaux : diversifier l’offre de logements, améliorer l’offre de services et soutenir les commerces de proximité, améliorer la convivialité des espaces publics et créer du lien social, accompagner les projets associatifs innovants qui sont porteurs de développement local.
En 2017, l’appel à projets régional de redynamisation des bourgs ruraux aura été une aubaine car il encourageait un développement porté à la fois par les communes et des acteurs privés. Or, deux projets associatifs déjà bien avancés répondaient aux critères attendus.

La synergie entre des projets associatifs culturels et la démarche globale de développement de la municipalité dessine un avenir pour notre commune.

Marie-José Fercoq, maire

Un mix de projets communaux et associatifs

Le programme a été décliné en 8 fiches actions qui ont été le socle du dossier de candidature à l’AAP régional.

  • Commune (6) : réhabilitation de 2 maisons communales pour y faire du logement et des espaces de travail, référentiel foncier et remembrement dans les jardins, réaménagement des espaces publics, création d’un éco-lotissement de 8 lots, optimisation du site des ateliers municipaux, veille foncière.
  • Ty films : construction d’une école du film documentaire en partenariat avec l’université de Bretagne occidentale pour accueillir des stagiaires durant leur licence en arts.
  • Association Kreizh Breizh : construction d’une auberge européenne des cultures pour accueillir des visiteurs étrangers.

Ce partenariat public-associatif a séduit les quatre partenaires financeurs (État, Région, EPFB, Caisse des dépôts) : « Le projet s’appuie sur les aspirations et modes de vie des habitants : disposer d’une maison de bourg avec jardin, verdir l’espace public, proposer des espaces de travail pour les indépendants, faciliter l’activité du magasin de producteur… L’activité associative est un vecteur d’économie locale et de lien social. ». A la clé, une aide globale de 870 000€ pour des investissements estimés 3,3 millions, dont 250 000€ pour les deux projets associatifs estimés l’une et l’autre à 1,14 million d’euros.

Des obstacles à surmonter

Paradoxalement, cet important soutien financier a provoqué des remous au niveau local. ‘’ Crainte que la commune doive assumer les investissements associatifs en cas de défaillance, doutes sur le fait que la culture soit l’avenir de la commune, résistance au changement. : il a fallu réexpliquer, même au sein du conseil municipal, que c’était une chance pour le développement de la commune ! ‘’ se souvient Marie-José Fercoq. Elle estime que le manque de moyens humains est une difficulté pour les petites communes même s’il est en partie compensé par l’accompagnement des services de la Région et de l’EPFB.
Didier Ollivier, qui porte le projet de l’auberge dit « avoir manqué d’une aide technique car nous ne sommes pas des spécialistes dans le montage et la conduite de projets aussi importants’’.

Les projets avancent

Le bâtiment de Ty films devrait sortir de terre avant la fin de l’année. Celui de l’auberge a évolué : la SCIC ‘’ Le village coopératif’’ qui le porte dorénavant a préféré racheter l’ancien presbytère pour y faire une rénovation-extension passive. Ce sera une auberge culturelle avec un hébergement de 38 lits
Côté communal, le projet de remembrement foncier en coeur de bourg n’a pas encore abouti car certains propriétaires refusent le principe d’échanger tout ou partie de leur bien familial. .
Par contre, la rénovation des maisons communales est quasi achevée. Les travaux de l’aménagement du bourg pensés de manière participative vont bientôt démarrer. Ainsi les agriculteurs ont été consultés afin que leurs contraintes soient prises en compte
De quoi satisfaire la maire qui sait ‘‘qu’il va falloir faire encore plus de pédagogie, tout en respectant chacun. C’est la base du bien-vivre ensemble et il ne se décrète pas”.

 

 

rédaction : juin 2021

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

logo ancpen

Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux

  Recevez nos Brèves mensuelles !