Zéro chômeur de longue durée sur un territoire, c’est possible ! Pipriac et Saint-Ganton (35)

tezeatezea

Infos pratiques

Adhérent depuis 2017
Maire : Marcel Bouvier
Adresse : 13, place de la mairie, 36550 Pipriac
Téléphone : 02 99 34 42 87
Nbre d’habitants : 3685
Superficie : 76 km²
Intercommunalité : Pays de Redon
www.mairie-pipriac.fr
Contact BRUDED : Mikael Laurent

Autres expériences de Pipriac, Saint-Ganton

Les communes de Pipriac (3650 habitants) et Saint-Ganton (450 habitants) en Ille-et-Vilaine relèvent le défi des territoires zéro chômeurs! L’idée : rediriger les coûts de la privation d’emploi (RSA, CMU) pour financer des emplois répondant à des besoins locaux en assurant de bonnes conditions de travail.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Paradoxalement si les emplois manquent, ce n’est pas le travail qui manque. Il existe une multitude de besoins non satisfaits et de travaux utiles à la société qui aujourd’hui ne sont pas ou plus réalisés, simplement parce qu’ils sont insuffisamment lucratifs pour le marché classique. Ces emplois inexplorés ne sont ni des emplois publics ni des emplois du marché, c’est un concept intermédiaire pour une économie complémentaire.

Une démarche partenariale

En 2014, alors que le territoire est touché de plein fouet par la baisse d’activité de PSA avec un taux de chômage qui avoisine les 10%, la commune échange avec l’association Zéro Chômeur de Longue Durée, qui souhaite créer des emplois d’un nouveau type, utiles et non concurrentiels. “A première vue, cela paraissait un peu utopique », se rappelle le maire de Pipriac, Marcel Bouvier. « Mais avec un taux de chômage avoisinant les 10 %, on ne pouvait pas rester les bras croisés ! ». C’est pourquoi il se porte volontaire pour se lancer dans l’aventure, aux côtés du maire de Saint-Ganton. L’implication des maires des deux communes permet de mettre en œuvre concrètement le projet, notamment parce qu’ils possèdent la liste des chômeurs et sont habilités à les contacter.

Un travail social et de territoire

Pour Denis Prost, responsable du projet pour ATD Quart-Monde, « bien plus qu’un dispositif, c’est l’ensemble d’un territoire qui se mobilise. Tous les acteurs locaux ont participé au projet ». Un comité de pilotage local porte le projet, qui regroupe les pouvoirs publics, chefs d’entreprise, pôle emploi, banques, artisans, associations, chômeurs… L’objectif étant de créer une entreprise d’un nouveau genre : l’Entreprise à But d’Emploi (EBE). A vocation sociale, cette entreprise a pour objectif d’embaucher des demandeurs d’emploi de longue durée.

Courant 2014, l’ensemble des chômeurs des deux communes sont invités à des entretiens individuels. Sur les 172 chômeurs de longue durée contactés, la moitié est volontaire pour être embauchée par la future entreprise.

Identifier des travaux non concurrentiels et utiles

Début 2015, l’expérimentation entre dans une phase délicate : l’identification de travaux utiles non concurrentiels. Seize domaines d’activités sont identifiés : entretien d’espaces verts, recyclerie, épicerie ambulante, sécurité aux abords des écoles…

Un dialogue a été engagé avec la centaine d’entreprises présentes à Pipriac et Saint-Ganton, pour veiller à ne pas faire concurrence à leurs activités. « En tant que président de l’Union des commerçants et artisans, j’étais très vigilant sur le risque de concurrence déloyale. Pour chaque activité, nous avons évalué la situation, fait en sorte que cela créé des emplois, pas que cela en détruise“, témoigne Nicolas Cottais, chef d’une petite entreprise informatique… qui va désormais confier à l’entreprise le classement de ses factures, activité pour laquelle il manque de temps.

Réunion après réunion, une dynamique de groupe se crée. “Le courant est passé. On s’est parlé franchement et tout le monde a commencé à se battre dans la même direction“, se remémore Marcel Bouvier. Se battre, le mot est juste car pour sa mise en œuvre, le projet supposait l’existence d’un cadre légal.

Marche sur l’Assemblée nationale en avril 2015, participation à un colloque à l’assemblée nationale en septembre, accueil du Conseil économique et social début octobre 2015, et le même mois, “le coup médiatique”, une grève du chômage, “une journée où tout le monde travaille“, sourit le maire… autant d’actions qui ont abouti au vote à l’unanimité d’une loi autorisant le dispositif.

Février 2016 : autorisation d’essai du dispositif pour 5 ans

Le 29 février 2016, la loi d’expérimentation de Territoires Zéro Chômeur Longue Durée est votée à l’unanimité des députés ; elle habilite 10 territoires expérimentaux, dont celui de Pipriac & Saint-Ganton, à lancer l’expérimentation pour une durée de 5 ans.

Novembre 2016 : création de l’entreprise à but d’emploi TEZEA

Novembre 2016, l’Entreprise à but d’emploi (EBE), du nom de TEZEA est créée. Ses salariés, tous ex-chômeurs de longue durée, seront payés par un Fonds d’expérimentation financé par l’État via notamment des fonds de revitalisation. Cette enveloppe de 14,9 millions d’euros provient de la réaffectation d’allocations et d’aides anciennement réservées au chômage de longue durée (RSA, CMU).
En parallèle de l’entreprise TEZEA, le projet “Territoires zéro chômeur” est géré par une équipe projet dédiée en charge de l’animation territoriale de l’expérience. Celle-ci est soutenue par divers partenaires : Fondation de France, Communauté de Communes du Pays de Redon (devenue Redon Agglomération au 1er janvier 2018), Région Bretagne, FSE, Bretagne Active. L’équipe comprend 2,5 équivalents temps plein (ETP) en 2016-2017, et doit passer à 3,4 ETP en 2018.

Le comité local, pilote de l’opération, se réunit une fois par mois en présence de tous les acteurs, dont les services de l’Etat (Direccte) pour valider et donner ses orientations.

2017 : une cinquantaine d’emplois créés !

Un an après la création de TEZEA, plusieurs dizaines d’emplois ont été créés pour : le lavage intérieur des véhicules, la surveillance des sorties d’écoles, la surveillance des événements associatifs, le bois de chauffage pour les particuliers à revenus modestes, l’enlèvement de mobilier à domicile, la petite maintenance de bâtiment, le lavage de vitrines, ménage de locaux professionnels, jus de pommes aux associations, le désherbage de certains secteurs de la commune… et la liste est encore longue!

Aujourd’hui, TEZEA souhaite se développer et engager de nouveaux investissements pour créer quatre nouvelles activités :

  • La légumerie : Plutôt que de les jeter ou les perdre, TEZEA transformera les légumes.
  • Création en bois de palette sur mesure
  • Service de blanchisserie : auprès d’hôtels, chambres d’hôtes et associations
  • Conciergerie : Comptoir qui ouvrira l’accès à une offre multi-services de proximité permettant à ses utilisateurs de se libérer de nombreuses tâches du quotidien

Le besoin de financement est évalué à 50 000€ pour développer ces quatre ateliers. Une campagne de financement participatif a été mis en place.

De nombreux territoires volontaires réfléchissent mettre en œuvre la démarche dans l’avenir, dont plusieurs adhérents de BRUDED. Citons notamment le Pays Centre Ouest Bretagne, qui s’est positionné avec plusieurs communes dont Langoëlan, Locmalo, Ploërdut et Guémené sur Scorff.

Pour aller plus loin :

TEZEA à la radio ! Marcel Bouvier, maire de Pipriac sera interviewé le mardi 14 février prochain à 13 h 10,  dans l’émission On fait quoi demain sur Franceinfo, également retransmise sur le web et à la télévision, canal 27.

Pour en savoir plus sur TEZEA : www.tezea.fr

Pour accéder à la campagne de financement participatif : https://www.helloasso.com/associations/entreprendre-pour-la-solidarite-e-p-l-s/collectes/tezea

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Laurenan- salle actuelle côté rue principale
Laurenan-Salle actuelle
Laurenan
Pancé Bimby
  Recevez nos Brèves mensuelles !