Plans de sobriété communaux, les élus se mobilisent

illustration eclairage-public-noel

La flambée des coûts de l’énergie amène les communes du réseau BRUDED à mettre en place un plan de sobriété communal. Si le contexte particulier de fin d’année 2022 met en avant la réduction des traditionnelles illuminations, la plupart des actions s’inscrivent dans une stratégie globale et transversale de diminution énergétique de l’ensemble des équipements communaux. Retrouvez sur cette page une liste d’initiatives recensées au sein du réseau en novembre 2022.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

De nombreuses communes adhérentes à BRUDED travaillent depuis plusieurs années à réduire leurs consommations d’énergie, et à produire des énergies renouvelables localement pour diminuer leur empreinte carbone et gagner en autonomie. Cette logique de sobriété, principal levier pour atteindre la neutralité carbone en 2050, devient d’autant plus urgente face à la flambée des coûts de l’énergie.

Dans ce contexte, les administrateurs de BRUDED vous partagent les actions mises en place sur leurs communes pour aller vers toujours plus de sobriété en matière énergétique : éclairage public, illuminations de Noël, chauffage et éclairage des bâtiments publics, déplacements des services communaux, entretien des espaces verts, etc.

Retrouvez, pour chacune des thématiques citées ci-dessus, une synthèse des mesures mises en place dans ces communes.

Avec la participation de :

  • Anne Borry (Arzano, 29, 1400 habitants)
  • Sarah Müller (Concoret, 56, 735 habitants)
  • Ronan Le Délézir, (Crac’h, 56, 3490 habitants)
  • Isabelle Joucan (Guipel, 35, 1711 habitants)
  • Pierre-Yves Richard (Lannédern, 29, 290 habitants)
  • Thierry Nicolas (Lanvallay, 22, 4070 habitants)
  • Gwénaël Crahès (La Grigonnais, 44, 1711 habitants)
  • Christine Blanchet (Loireauxence, 44, 7480 habitants)
  • Patrick Tanguy (Le Juch, 29, 725 habitants)
  • Hervé Jan (Locqueltas, 56, 1637 habitants)
  • Murielle Douté-Bouton, (Plélan-le-Grand, 35, 3852 habitants)
  • Aurélie Mézière (Plessé, 44, 5250 habitants)
  • Emmanuel Cibert (Plouër-sur-Rance, 22, 3500 habitants)
  • Yannig Robin (Plouguerneau, 29, 6640 habitants)

Éclairage public

Les leviers d’économie actionnés par les collectivités sont multiples : réduction des horaires d’allumage de l’éclairage public, mise en place d’ampoules LED, réduction des secteurs éclairés, et réflexion sur l’éclairage patrimonial. Plusieurs communes s’interrogent sur la nécessité d’équiper les nouveaux quartiers d’éclairage public.

Plouër-sur-Rance (22)

Nous avons pris une mesure forte d’extinction de l’éclairage public à 20h, sauf sur le cœur du centre-bourg et sur quelques points clés où l’éclairage est maintenu jusqu’à 21h. Le matin, l’éclairage commence à 6h30 avec les premiers cars pour les élèves.

Emmanuel Cibert, adjoint à Plouër-sur-Rance

Crac’h (56)

  • Plan de passage en LED de l’ensemble de notre parc d’éclairage public et développement de lampadaires solaires LED – Mise en place d’un pilotage de l’éclairage public sur l’ensemble de la commune (objectif de favoriser la trame noire)
  • Suppression de douze lampadaires très énergivores au niveau de deux grands ronds-points sur une départementale
  • Depuis 10 ans, éclairage public ciblé entre 6h30 et 22h avec un travail sur l’intensité lumineuse- Réduction de la durée d’allumage des illuminations de Noël (3 semaines) et centralisation dans le centre bourg.

La Grigonnais (44)

« Sur l’éclairage public, nous étions sur une extinction de 23h à 5h30 et la Route Nationale était allumée toute la nuit. Nous avons décidé de couper l’intégralité de la commune à 22h et de rallumer à 6h30. Nous rallumons uniquement la zone de covoiturage à 5h le matin. » indique Gwenaël Crahès, Maire.

Par ailleurs le maire s’interroge : « Une question de fond se pose : Faut-il continuer à déployer des candélabres dans nos nouveaux lotissements ou assimilés ? »

Lanvallay (22)

« Pour l’éclairage public, nous avions mis en place pendant le confinement un groupe de travail élus-habitants qui nous a permis de dégager quelques tendances. » indique Thierry Nicolas, adjoint au cadre de vie.

Actuellement : allumage à 6h30 (pour le transport scolaire) et extinction 21h30, dans tous les secteurs, y compris le centre bourg.

Je partage l’interrogation des élus sur l’équipement en éclairage public des nouveaux quartiers. Sur la commune, nous demandons aux lotisseurs des mâts de 4m max avec foyer LED. Suffisamment espacés, avec au besoin du balisage hauteur 0,60m pour les cheminements doux.

Thierry Nicolas, adjoint au cadre de vie à Lanvallay

Plessé (44)

L’éclairage public est déjà limité avec une extinction de 22h à 6h la semaine. Le weekend l’éclairage est éteint à minuit, l’extinction va être avancée à 22h.

Plélan-le-Grand (35)

  • Réduction de 1 heure de l’éclairage public à partir du 1er novembre 2022
  • Arrêt de l’éclairage patrimonial
  • Plan pluriannuel de passage en LED
  • Révision du maillage de l’éclairage public
  • Arrêt de l’éclairage public entre mai et août à l’étude

Le Juch (29)

La labellisation Villes et villages étoilés nous a amené à travailler déjà sur des plages d’éclairage réduites, en différenciant les zones résidentielles des voies de circulation principales.

Patrick Tanguy, maire du Juch

Pour ce faire, la sectorisation a été définie et les outils de pilotage aux points ou aux armoires sont installés. Le parc est en LED à 100% depuis déjà quelques années suite à une politique volontariste de rénovation initiée dès 2012 et renforcée en 2014. Sur cette base, il y a peu de marge d’économies sur le fonctionnement de l’éclairage public, si ce n’est en optimisant les horaires d’allumage et d’extinction :

  • décalage de l’allumage à 7h au lieu de 6h30 : « Pensons aux scolaires qui prennent leur bus au petit matin »
  • extinction le soir à 21h au lieu de 21h30 : « Il y a des usagers qui rentrent assez tard dans certains quartiers, ainsi que les professions paramédicales qui interviennent aussi chez leur patientèle »
  • les vendredi soir et samedi soir, l’éclairage restait jusqu’à présent allumé dans le bourg jusqu’à du matin. Cette extinction vient d’être ramenée à 23h le samedi, et aux mêmes heures que les autres jours de la semaine pour le vendredi
  • la commune a appliqué une gradation à 30% sur les points lumineux qui l’acceptent, à partir de 21h dans les zones de circulation qui sont coupées à 22h30 au lieu de 23h auparavant.
  • les élus ont validé le délestage des armoires d’éclairage public en cas de pic de consommation par les alertes EcoWatt.

« On escompte ainsi une économie tarifaire d’environ 15% par rapport à la situation antérieure. Pour l’année 2021 nous étions à une dépense d’éclairage public aux alentours de 1600€ annuels. Il reste encore une marge d’évolution mais on est sur des coûts qui restent faibles. » précise le maire.

Retrouvez le bilan des consommations de la commune du Juch réalisé par le Conseil en Energie Partagé (CEP).

Locqueltas (56)

La commune est actuellement sur un allumage à 6h30 et une extinction à 23h. Elle va passer sur une extinction à 21h et la suppression de l’éclairage des “monuments” : église, lavoir, calvaire classé.

Lannédern (29)

Éclairage public de 6h45 au lever du jour, et de début de nuit à 22h (horloge astronomique).

Loireauxence (44)

Tout l’éclairage public sera éteint de 22h à 6h et les bâtiments publics, gérés en régie et possédant un éclairage qui leur est propre, ne seront plus illuminés. Une évaluation du coût économisé est en cours.

Guipel (35)

Nous avons décidé de réduire l’éclairage public en ramenant l’heure d’extinction à 21h15 le soir, avec un allumage à 6h15 le matin en semaine et aucun allumage le matin pendant le weekend. Nous nous sommes calés sur les horaires de bus pour les collèges du secteur et nous poursuivons le travail entamé depuis quelques années concernant le passage en LED des points lumineux.

Isabelle Joucan, maire de Guipel

Arzano (29)

L’extinction nocturne et la réduction des horaires d’éclairage public dans le bourg est mis en œuvre depuis plusieurs années, “sans délibération du Conseil”, précise la maire. Les horaires actuels d’extinction sont : 22h-6h.

Pour répondre au besoin de sobriété, nous envisageons de réduire encore davantage les horaires d’éclairage en passant à 21h30-6h30 et d’allumer plus tard les samedis et dimanches matins est également envisagé. Nous souhaitons aussi adhérer aux mesures de délestage proposées par le syndicat départemental d’énergie du Finistère (SDEF) sur le réseau d’éclairage public du bourg, sauf sur la route départementale. Pour demain, nous souhaitons remplacer progressivement les lampes de l’éclairage public par des LED. Et comme de nombreux collègues élus, nous nous interrogeons sur la pertinence des extensions de réseau d’éclairage public dans les projets d’aménagement.” indique Anne Borry, maire d’Arzano

Concoret (56)

Cela fait déjà plusieurs années que nous éteignons l’éclairage public pour l’opération “Le Jour de la nuit”, en partenariat avec le CPIE qui fait des animations autour de l’observation de la faune nocturne et de l’astronomie. Cela aide grandement à sensibiliser la population locale au phénomène de pollution lumineuse. 

Sarah Müller, adjointe à Concoret

 “En parallèle, nous avons lancé une tranche de rénovation du parc des luminaires avec des LED. Et nous avons supprimé des candélabres dans un des hameaux où nous ne jugions pas utile d’en avoir autant, même si son emplacement à la croisée de deux départementales et deux départements est particulière ».

Nous avions complètement éteint l’éclairage lors des périodes de confinement. Nous ne l’avons remis que récemment.”

« Nous nous interrogeons sur l’utilité de l’éclairage des arrêts de bus dans nos campagnes, sans avoir arrêter la réponse. L’éclairage est intimement lié à la sécurité pour beaucoup de nos concitoyens mais est-ce pertinent dans les territoires ruraux? »

A l’heure actuelle, l’éclairage est stoppé à 22h00 avec un allumage lorsque la luminosité baisse.

La commune est également labellisé Village étoilé. Le label, délivré par l’ANPCEN incite à faire un état des lieux du parc existant des luminaires et à son amélioration dans un souci d’économie d’énergie et d’attention à la faune nocturne. Ces actions sont également en lien avec l’Atlas de la Biodiversité Communal.

Plouguerneau (29)

L’éclairage public est le premier levier sur lequel la mairie souhaite agir. Il sera maintenu uniquement dans les hypercentres, le centre-bourg et le bourg de Lilia, et seul un candélabre sur deux sera allumé. En dehors de ces secteurs, l’éclairage se cantonnera aux arrêts de car. L’extinction des feux se fera à 21h au lieu de 22h, voire 23h à certains endroits.


Illuminations de Noël

Avec l’arrivée de la fin de l’année, la question de l’installation des traditionnelles illuminations de Noël se pose dans toutes les communes. Si elles se révèlent peu énergivores grâce à la généralisation des LED, elles représentent néanmoins un enjeu symbolique fort et un levier d’économies.

Le Juch (29)

En ce qui concerne l’éclairage de Noël, des guirlandes et quelques projecteurs sur l’église seront installés en cœur de bourg, le tout en LED. « Nous avons installé un pilotage sur nos prises guirlandes qui nous permet de réduire à la demande les créneaux d’allumage indépendamment de l’éclairage public, et donc de choisir les horaires et durée des périodes selon les jours. Gardons un peu de lumières festives ! », témoigne Patrick Tanguy, maire.

Par exemple : allumage des guirlandes de 8h30 à 9h au moment de l’arrivée des enfants à l’école. Les petits apprécient !

« Si nous analysons le rapport du Conseil en Energie Partagé (CEP) sur les consommations 2020, on y voit que la consommation des éclairages de Noël correspondait à 0,55€ au quotidien soit à une dizaine d’euros sur la durée des illuminations. C’est vraiment anecdotique au regard d’un budget communal. L’économie se fait plutôt sur le coût humain de pose des guirlandes », précise-t-il. Retrouvez le document complet ici.

Lanvallay (22)

Les illuminations de Noël seront allumées du 9 décembre 2022 au 9 janvier 2023.

La Grigonnais (44)

Les décorations de noël sont limitées sur la commune. Elles ne représentent que huit guirlandes LED sur la RN. « Par rapport à l’an passé, nous passons d’une illumination toute la nuit à une illumination coupée de 22h à 6h30. »

Plessé (44)

Pour les lumières de Noël, nous nous sommes posé la question de ne pas en mettre, puis on s’est dit que deux années de COVID, c’était déjà une épreuve et que sobriété ne signifiait pas forcément austérité. Mais nous avons fortement diminué le nombre de points et plutôt concentré à des endroits stratégiques. Ayant trois bourgs, nous allons faire trois points.

Aurélie Mézière, maire de Plessé

Plélan-le-Grand (35)

Réduction de la durée d’allumage des illuminations de Noël : 13 décembre 2022 au 4 janvier 2023, soit 15 jours de moins qu’en 2021. Les illuminations sont toutes en LED.

Loireauxence (44)

Le coût des illuminations de Noël pour l’ensemble de la commune est aujourd’hui de 1200 euros. Le nombre de guirlande sera réduit de façon à diminuer le parc de 50%.

Guipel (35)

La pose est prévue semaine 50. Elles seront retirées au tout début du mois de janvier.

Concoret (56)

La commune a décidé de ne pas prévoir d’éclairage de Noël cette année. Les élus souhaitent développer une décoration diurne et revoir les décorations qui sont pour certaines, anciennes et consommatrices d’énergie. Cette pause va permettre de redéfinir et d’améliorer le matériel.

Plouguerneau (29)

Pour marquer la période de Noël, le choix de maintenir quelques illuminations à LED est acté. Elles se concentreront sur les places de l’église et de l’Europe dans le centre-bourg, dans le bourg de Lilia et au Grouaneg. Ces décorations scintilleront de 7h à 9h et de 18h à 21h, du 16 décembre 2022 au 3 janvier 2023, soit un mois de moins qu’auparavant.

Lannédern (29)

Pour Noël, nous nous limitons à trois semaines d’éclairage et en concentrant les équipements sur la place de la mairie. On limite en guirlandes, mais les lampadaires équipés de prise seront “habillés”.

Pierre-Yves Richard, adjoint à Lannédern


Éclairage du stade de foot

Le Juch (29)

“Nous sommes en réflexion avec le club de foot pour éteindre les éclairages dès la fin de l’entraînement sur le terrain ; la phase de débriefing post entraînement qui dure parfois plus longtemps devrait se faire terrain éteint. Pour information, la puissance installée sur le terrain de four est de 4KW, alors que celle de l’ensemble de l’éclairage public de la commune est de 4,4 KW. La question du passage des projecteurs en LED se posera bien sûr, mais les coûts sont rédhibitoires sans aides“, précise Patrick Tanguy, maire de la commune

Guipel (35)

Pas d’éclairage du terrain de foot car le terrain est impraticable pour l’instant depuis la fin de l’été à cause de la sécheresse.


Bâtiment communaux

Isolation des bâtiments, sensibilisation des usagers, réduction de la température de chauffe, optimisation des périodes d’utilisation… les leviers sont nombreux pour tendre vers la sobriété dans les bâtiments communaux.

Crac’h (56)

Nous équipons progressivement tous nos équipements communaux de détecteurs de présence.

Ronan Le Délézir, adjoint à Crac’h

Plélan-Le-Grand (56)

  • Sensibilisation des agents à l’extinction de l’éclairage des locaux et des veilles
  • Sensibilisation des usagers des salles et équipements communaux à l’extinction de l’éclairage
  • Poursuite de la pose de détecteurs de présence pour l’éclairage dans les locaux communaux
  • Terminer le passage en LED de l’éclairage des locaux

Le Juch (29)

“Le chauffage de nos locaux est malheureusement électrique. Sur la mairie, en complément d’une base en dalle chauffante, nous avons remplacé il y a trois ans nos convecteurs par des appareils apportant une meilleure inertie, et surtout pilotables. Nous pouvons donc réduire les températures des locaux à 19 degrés dans l’accueil et le bureau, l’adapter aux heures d’utilisation de la salle de conseil (réunions), et surtout abaisser de manière substantielle la température en période de non-ouverture de la mairie (nuit et week-end)”.

“Nous avons installé le même système de pilotage sur la salle socioculturelle et sur le foyer des jeunes. La contrainte est qu’il faut avoir un bon suivi du calendrier d’occupation.”

“Ceci permet de responsabiliser nos associations et autres usagers sur leur participation à la sobriété. Sans planning préalable établi, il faut relancer les aérothermes en manuel toutes les demi-heures.” nous précise Patrick Tanguy, maire

Crac’h (56)

  • Mise en place d’un pilotage des trois grands équipements communaux sur le chauffage
  • Création de sas d’entrée pour deux grands bâtiments

Lanvallay (22)

  • Chauffage des salles communales : sensibilisation des usagers via des affiches inspirées du SDE 22.

La Grigonnais (44)

En termes de chauffage, le fait d’être équipé d’une chaufferie avec réseau de chaleur en bois plaquette limite la casse. La facture ne serait pas la même si nous étions au gaz au fioul ou à l’électricité.

Gwénaël Crahès, maire de La Grigonnais

En savoir plus sur le réseau de chaleur de la commune de La Grigonnais (44)

Sur les bâtiments, la température est limitée à 19° : « À voir si cela n’est pas trop bas pour les services administratifs. »

Plessé (44)

Pour le chauffage, nous sensibilisons les écoles, les associations et agents sur les lumières, le chauffage pour être au minimum de consommation tout en pouvant continuer les activités.

précise Aurélie Mézière, maire

Plélan-Le-Grand (35)

  • Optimisation de la régulation de la ventilation et du chauffage
  • Extinction de la ventilation nocturne en période de chauffe dans les locaux tertiaires
  • Réduction de la température de consigne du chauffage dans les équipements chauffés à l’électricité

Lannédern (29)

  • Baisse de 1,5°C pour les radiateurs à l’école (chaudière à granulés)

Loireauxence (44)

Nous reconduisons un budget dédié à la rénovation énergétique des bâtiments de 50 000 euros (comme en 2022). L’école qui représente 25 % de la consommation énergétique va bientôt faire l’objet de travaux grâce au budget 2022. Un plan pluriannuel de fonctionnement et d’investissement est en cours de finalisation avec le SYDELA pour programmer dans les années à venir les dépenses d’investissement dans les autres bâtiments ainsi que les gains en consommation d’énergie.

Christine Blanchet, maire de Loireauxence

Les températures minimales arrêtées sont applicables aux locaux municipaux de la façon suivante :

  • école maternelle : 20°C
  • école primaire : 19°C
  • locaux administratif : 19°C
  • salle de sport de Varades : pas de chauffage dans la salle et une température de 12°C dans les vestiaires
  • salle polyvalente de la Prée Baron à Belligné : au même titre qu’aujourd’hui, pas de chauffage dans la salle et dans les vestiaires

Guipel (35)

Le réseau de chaleur bois permet de chauffer l’école et le bâtiment des Pontènes (garderie, cantine, bibliothèque, micro-crèche et espace bien être). Un travail de communication et de sensibilisation est prévu auprès des présidents des différentes structures concernées par l’usage des salles communales (chauffées au gaz) pour limiter leur utilisation.

Arzano (29)

Le fonds de concours Energie a été sollicité pour réaliser des diagnostics énergétiques, puis pour accompagner les travaux réduisant les consommations d’énergie et les principaux bâtiments ont fait l’objet de travaux d’amélioration des performances énergétiques.

La commune est accompagnée par un Conseiller Energie partagé au niveau du pays de Quimperlé et piloté par Quimperlé Communauté. C’est un vrai atout pour une commune. Les diagnostics réalisés ont déjà permis de mener des actions à court et moyen terme dans le but d’améliorer les performances énergétiques / de contribuer à la transition écologique.

Anne Borry, maire d’Arzano 

Le réseau de chaleur lié à la chaufferie bois, actuellement en construction, sera opérationnel pour la saison de chauffe 2023/2024, il desservira : l’Ehpad, le centre Alzheimer, l’école, le bâtiment mixte, le CIAL et la future cantine. Ce programme correspond à une énergie renouvelable décarbonée (plaquettes réalisées à partir de bois local), complété par du gaz en appoint/secours. Le modèle actuel prévoit un coût de la chaleur de 120 €/MWh.

Nous avons également mis en place des robinets thermostatiques et une programmation évitant le chauffage des locaux inutilisés. Concernant l’eau chaude sanitaire, nous avons installé des dispositifs de chauffage instantané dans les locaux où l’eau chaude est peu sollicitée. Cela évite de maintenir chauds des volumes d’eau importants.

Enfin, nous avons identifié des actions à mettre en place à court terme:

  • Actualisation du diagnostic des bâtiments communaux par le conseiller en énergie
  • Vigilance sur les programmations de chauffage et les températures de chauffage
  • S’assurer que les radiateurs sont dépoussiérés, non encombrés par des objets divers

 Et à moyen et long termes :

  • Installer des détecteurs de présence pour l’allumage là où cela est possible et non encore réalisé
  • Réduire les débits de ventilation en-dehors des périodes d’utilisation
  • Remplacer les éclairages par des LED, là où ce n’est pas encore réalisé

Concoret (29)

La chaudière FUEL de l’école publique a été remplacée par une chaudière à pellets dans le mandat précédent avec la rénovation des classes pour gagner en confort et diminuer la consommation d’énergie.


Déplacements des agents municipaux

Le Juch (29)

Les agents communaux sont équipés en vélos électriques et remorques adaptées pour leurs déplacements.

« Nous incitons nos agents à utiliser au minimum le 3,5t diesel, et à recourir au Kangoo électrique de l’auto-partage pour leurs déplacements ne nécessitant pas un gros volume de transport.» précise Patrick Tanguy, maire.

L’utilisation des voitures en auto partage a bien augmenté dès le mois de septembre : plus d’usagers, réservations courtes plus nombreuses et aussi réservations longues.

Lanvallay (22)

Achat de deux vélos électriques de fonctions pour les élus et les agents

Arzano (29)

Acquisition d’un véhicule électrique pour les services techniques (Kangoo)


Entretien des espaces verts

Si les dépenses énergétiques liées à l’entretien des espaces verts restent modiques, elles peuvent également être pensées dans une logique de sobriété qui soit compatible avec un entretien durable et respectueux du vivant.

Le Juch (29)

Au niveau des équipements de tonte, les robots-tondeuses restent sobres, et le mulching (laisser le produit de la tonte sur place) généralisé supprime tout transport et exportation de tonte.« On devra être vigilant sur l’évolution du coût des recharges, qui aujourd’hui est inclus dans le tarif de location. » précise le maire.


Production d’énergie

De nombreuses communes ont initié des démarches de production énergétique : réseaux de chaleur bois à La Grigonnais (44), Plélan-le-Grand (35), Plouaret en lien avec Lannion Trégor Communauté (22), panneaux photovoltaïques… Retrouvez ces démarches sur cette page de notre site.

Crac’h (56)

Réflexion sur un plan communal de production d’énergie. Achats d’espaces naturels (bois, zones humides…) pour préserver et/ou développer des puits de carbone.

Arzano (29)

Dans les actions à moyen et long termes, nous souhaitons développer des projets de production d’énergie renouvelables, solaire, photovoltaïque, peut-être hydroélectrique. Nous nous interrogeons également sur l’adhésion à des projets portés par la société publique locale bois (SPLB), dont la commune est actionnaire afin d’acheter une partie de l’énergie.

conclut Anne Borry, maire d’Arzano

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

la grigonnais cantine rebelle
la grigonnais restaurant scolaire
la grigonnais restaurant scolaire
la grigonnais restaurant scolaire
la grigonnais cantine rebelle 2
la grigonnais restaurant scolaire

Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux

  Recevez nos Brèves mensuelles !