Un chantier expérimental avec l’ENSAB pour l’extension de l’école en terre porteuse de Saint-Juvat (22)

Saint-Juvat école en terre porteuseSaint-Juvat école en terre porteuse

Infos pratiques

Adhérent depuis 2016
Maire : Dominique Ramard

Téléphone : 02 96 83 46 64
Nbre d’habitants : 665
Superficie : 17,41 km²
Intercommunalité : Dinan Agglomération
www.saint-juvat.fr
Contact BRUDED : Mikael Laurent

Autres expériences de Saint-Juvat

Commune avec un important patrimoine de bâtiments en terre (maisons, bâtiments publics…), Saint Juvat est labellisée « Commune du patrimoine rural de Bretagne » depuis 1988. La municipalité s’est fortement impliquée dans la restauration de bâtisses mais aussi dans le développement de nouveaux projets en terre (four à pain, abri de car). Avec l’association communale « A Fleur de Terre », elle organise chaque année  ‘La fête du bâti en terre’ qui s’est tenue cette année le 4 juillet 2020.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Repenser les espaces au sein de l’école

Courant 2018, des échanges entre les élus et les enseignants de l’école révèlent le besoin de revoir la disposition des espaces au sein de  l’école, notamment pour bénéficier d’une salle des maîtres et libérer de la place au sein de la mairie voisine. Afin de sensibiliser l’ensemble du groupe de suivi du projet à l’éco-construction, la municipalité visite avec BRUDED les bâtiments publics de Muel, réalisés en bois, paille et/ou terre. S’en suivra la construction du four à pain, en lien avec l’association « A fleur de terre » permettant à tout un chacun de mettre les mains dans la terre. Courant 2017, elle  fait appel au CAUE22 afin d’envisager des pistes de solutions d’extension et commencer à dresser son cahier des charges. Puis en 2018 elle se rapproche de Loïc Daubas, architecte-enseignant à l’ENSAB (Ecole nationale d’architecture de Bretagne) qui anime chaque année des sessions d’ateliers pratiques avec des étudiants de 4ème année. Un premier groupe d’étudiants viendra s’imprégner de l’atmosphère juvatienne, imaginer la place du matériau terre dans de futures constructions, et « pratiquer » ce matériau avec Samuel Dugelay, maçon-formateur de l’association Makjo.

Un partenariat avec l’ENSAB

La discussion entre Loic Daubas, architecte et Dominique Ramard, maire, amène à construire un projet pédagogique autour de la construction de la salle des maîtres de Saint-Juvat. De septembre à décembre 2019, les étudiants seront sensibilisés aux techniques de construction avec des matériaux locaux. Puis, sur la base d’un programme co-construit entre l’architecte et la municipalité, les étudiants travailleront seuls ou en petits groupes sur des propositions pour Saint-Juvat. Leurs réflexions seront alimentées par un voyage pédagogique au Bénin (2ème quinzaine de février) où ils seront amenés à participer à deux projets : l’un en ville sur la restauration d’un bâtiment classé au patrimoine de l’Unesco et l’autre à la campagne sur la construction d’un gîte rural en ‘banco’, l’équivalent de la technique de la bauge beaucoup utilisée à Saint Juvat. Début avril 2020, la municipalité réceptionne la quinzaine de projets proposés par les étudiants de l’ENSAB. Avec les enseignants, ils en sélectionnent 4, et auditionnent les équipes en visio, en plein confinement lié au covid-19. Au final c’est le projet de Paul Ancelin et Marie Amade qui est retenu. Il reprend des techniques anciennes, avec des murs en terre porteurs, en innovant dans les formes des murs ou la toiture. Il se distingue aussi par la volonté de mutualisation des espaces entre l’école et les associations.

Un vote de budget

En parallèle la municipalité vote un budget de 80 000 € « pour réaliser la salle des maîtres, améliorer l’isolation de l’école existante (isolation sous toiture, changement des fenêtres) et installer des panneaux solaires sur le toit du préau » précise le maire. Un financement via le contrat de territoire du Conseil départemental vient soutenir ce projet global d’évolution des locaux scolaires. La Région Bretagne est sollicitée au titre de l’expérimentation sur la construction en terre porteuse, car comme le dit André Crocq, conseiller régional : « Il nous faut trouver les moyens de convaincre les assureurs et les certificateurs que la terre, matériau ancien, est aussi un matériau moderne. »

De la théorie à la construction

Le  projet retenu consiste en une salle de 30m2, en déport du bâtiment principal de l’école, « essentiellement pour des raisons de gestion des eaux pluviales. Du coup l’accès se fera par l’extérieur ». Il sera réalisé sur une dalle chaux, avec un sol en tommettes. Les murs seront montés en bauge sur un soubassement en pierre, avec un enduit intérieur terre-chanvre. Le toit plat isolé en ouate de cellulose sera recouvert d’une toiture double-pentes  en ardoises. Après avoir formulé la commande, toujours avec le soutien de Loic Daubas et ses étudiants, la municipalité contacte des artisans locaux pour réaliser des devis. 3 artisans sont sélectionnés : Kevin Pommeret pour réaliser la charpente et les carrés de portes et fenêtre ; Vincent Gillouaye pour réaliser la dalle et le soubassement en pierre ; Samuel Dugelay pour le chantier terre. La fourniture de terre ne pose pas de problème car un habitant de la commune, passionné, en a stocké sur un terrain au fil des années et au  fur et à mesure de chantiers de terrassement réalisé dans les environs par son fils, terrassier, en vue d’un autre chantier de construction en terre pour la réalisation de toilettes publiques à la gare de Dinan.  Courant juin, des ateliers de co-conception entre la municipalité, l’architecte-enseignant, les artisans et les étudiants permettent d’affiner des détails techniques et les liaisons d’intervention entre les corps de métiers. Puis des ateliers de construction ont été lancés avec les étudiants, encadrés par les professionnels. Ces ateliers sont aujourd’hui portés par l’association Tycase, interne à l’ENSAB, créée par des étudiants pour promouvoir la construction en terre

Un cadre expérimental facilitateur

« Ce cadre de formation permet de réaliser des bâtiments prototypes. On aurait pu déposer un permis de construire avant mais le faire après la construction permet de faire évoluer le projet au fur et à mesure des discussions de conception collectives » explique Dominique Ramard. « Pour l’aspect thermique, la municipalité a envoyé le projet au CEP (Conseil en énergie partagé) de Dinan Agglomération pour qu’il donne un avis ». Le cadre expérimental du projet ne nécessite pas d’intervention d’un bureau de contrôle. Pour autant, pour Loic Daubas « aujourd’hui, il n’y a pas de problème particulier à construire en terre un mur porteur, y compris dans un cadre de construction plus classique. Cela nécessite de faire appel à un bureau d’étude structure qui puisse apporter les preuves de la solidité de l’ouvrage et d’impliquer très en amont le bureau de contrôle pour qu’il puisse valider les calculs réalisés ».

Un projet pédagogique de terrain

Etudiants et architecte intervenants sont unanimes sur l’intérêt d’un projet comme celui-ci où les enseignements théoriques en salle, puis sur le terrain au Bénin, sont directement mis en pratique grâce au partenariat avec Saint-Juvat. Pourtant, raisons budgétaires obligent, les interventions extérieures de professionnels au sein des formations supérieures sont de plus en plus remises en question par les universités et les écoles. « Il reste à espérer que nous pourrons toujours faire ce type de projets dans les années à venir » affirment de concert l’élu et l’architecte.

Financements :

Le projet est mené avec le soutien de :

  • Contrat de territoire : 42 000 €
  • Région Bretagne : 16 000 € attendus
  • Ecole nationale supérieur d’architecture de Bretagne
  • Ecomaterre-IAUR  : participation au financement de l’atelier de projet
  • Makjo, formateur terre

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Breteil vegetalisation espace publicBreteil vegetalisation espace public
landeda_terrasse-aber-wrach-2020-_4b
landeda_terrasse-aber-wrach-2020-_3b
landeda_terrasse-aber-wrach-2020-_1b
  Recevez nos Brèves mensuelles !