Retour sur la table ronde de la journée régionale EPCI à Montreuil sur Ille (35)

EPCI 2 Montreuil sur Ille 29 nov 2018EPCI 2 Montreuil sur Ille 29 nov 2018

 

La journée régionale « Intercommunalité et communes : quelle articulation des politiques pour des centres-bourgs dynamiques ? » s’est clôturée par une table ronde animée par Vincent Chassagne, expert associé à Territoires Conseils. Elle a réuni Loïg Chesnais Girard, président de la Région Bretagne, Dominique Ramard, président de l’Établissement public foncier de Bretagne, Christophe Martins, président de Montfort communauté, et Valérie Poilâne-Tabart, co-présidente de BRUDED et maire de Laurenan sur le thème : « Pour une redynamisation partagée et durable des centres-bourgs, de la Breizh cop à la mise en œuvre sur le terrain ».  Ils ont été interrogés sur la manière de mettre en œuvre concrètement les transitions énergétiques et écologiques, depuis les documents de planification régionale jusqu’aux actions portées par les territoires et dans la redynamisation des centralités ?

Co-construction, volonté politique et engagement

Ces trois termes sont revenus régulièrement dans les propos des intervenants et dans les réactions de la salle. Et aussi, la nécessité d’aller vers des ruptures négociées et assumées des modèles actuels. Voici la réponse de chaque intervenant à l’une des questions auxquelles ils ont répondu :

 « Comment la Région, dans le futur SRADDET, pense-t-elle s’impliquer et traduire cette nécessaire cohérence dans les politiques ? »

Loïg Chesnais-Girard répond que « la Breizh cop a pour objectif de définir tous ensemble la Bretagne de 2040 dans le respect de la diversité des territoires et de leurs centralités. Il en découlera des engagements politiques réciproques, une contractualisation entre la Région et les territoires, la mise en place de règles « acceptables » dans le SRADETT qui seront traduites dans les SCOT et PLUI »

« Peut-on imaginer que l’EPF puisse accompagner les territoires dans la densification des zones d’activités ? »

Dominique Ramard estime « qu’il faut avoir le courage de rompre avec l’étalement urbain. Nous constatons de plus en plus de reconversion de zones d’activités qui démontrent que c’est possible, comme au Parc d’activités de La Mézière au nord de Rennes. Les élus qui ont ces projets doivent être opiniâtres car il est plus facile d’en créer des extensions et chercher des soutiens si nécessaire auprès de partenaires qui peuvent les accompagner. »

« Comment Montfort communauté travaille-t-elle avec ses communes pour assurer cette cohérence des politiques de logement et de commerce ? »

Christophe Martins souligne « toute l’importance d’avoir une volonté politique forte et de ne pas y déroger, notamment face aux lotisseurs privés. Concernant le commerce, il faut adopter des règles de régulation dans nos documents d’urbanisme :  interdiction de nouvelles zones commerciales, ne pas accepter la création de commerces alimentaires en dehors des centralités, toute création de magasin de + de 300 m² doit passer en CDAC, interdire le changement de destination… A Montfort, nous avons créé un office du commerce car les unions commerciales ne sont plus adaptées. »

 « Au sein du réseau BRUDED, vous êtes convaincus qu’il faut relier la question des centralités avec la question de l’emploi. Comment en être venu à cette réflexion ? »

Valérie Poilâne-Tabart explique « que les élus du réseau ont pris peu à peu conscience que tout était lié en partageant leurs expériences. Il est évident que les projets de centres bourgs peuvent et doivent participer à soutenir l’emploi local et, ce faisant, à créer de la richesse qui reste sur le territoire.  Directement en soutenant le commerce ou l’offre de santé, indirectement en utilisant des éco-matériaux locaux dans les constructions ou en faisant le choix des circuits courts pour les cantines. »

S’appuyer sur les citoyens

Ils ont tous souligné très fortement l’importance des démarches participatives car elles sont nécessaires pour accélérer les transitions. Il a été dit que les communes ont un rôle d’animation sociale entre les habitants et que les élus locaux  doivent se positionner non pas comme des décideurs mais comme des animateurs de la vie locale.

« Si l’on veut que le citoyen s’implique, il faut inventer de nouveaux outils pour qu’il trouve sa place et proposer un contrat social. C’est la somme de tous les courages, petits et grands, qui nous permettront de construire la Bretagne durable de demain »

                                   Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région

Rédigé en janvier 2019
Thématique : Aménagements de bourgs et d’espaces publics, Centres-bourgs : Etudes et Habitat, Démarches globales et participatives, Économie locale, commerces et services

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !