Visite du pôle enfance de Bouvron (44) : zoom sur la démarche de conception atypique

 

Le 9 novembre, BRUDED et la commune de Bouvron, représentée par Laurent Bissery, adjoint en charge de l’éducation, donnaient rendez-vous aux élus, enseignants et parents d’élève de Peillac (56) et Notre Dame des Landes (44), pour une visite du pôle enfance, inauguré 4 ans plus tôt.

Petit retour en arrière : les effectifs étant en croissance constante, l’école devait être agrandie. Les élus ont alors saisi cette occasion pour repenser l’ensemble et transformer l’école pour accueillir 7 nouvelles classes et toute l’activité périscolaire.

Au démarrage du projet, la commune a travaillé avec une facilitatrice du cabinet Wigwam pour monter le Processus de Concertation Intégré, qui consiste à placer les usagers au cœur de la conception. Enseignants, animateurs du péri-scolaire, enfants, parents d’élèves, agents des espaces verts, conducteurs de car ont été associés aux élus, à la maîtrise d’œuvre, lors d’ateliers participatifs.

L’approche est tout à fait intéressante. La démarche n’a pas vocation à partir du général pour aller au précis, ni à partir des besoins primaires. Ce sont au contraire les points de détail qui ont façonné le pôle enfance : dans le cas présent, ce sont les sanitaires et les porte-manteaux, deux sources d’insatisfaction, qui ont été les catalyseurs du projet. Les sanitaires, vieillissant, rebutaient les enfants à les utiliser, et réunis en un seul bloc concentré, étaient source de transmission d’épidémie et donc d’absentéisme. Les porte-manteaux, positionnés dans les couloirs, causaient des « embouteillages » de parents qui devaient jouer des coudes le matin, pouvant apporter des tensions. Aujourd’hui, chaque classe est dotée de sanitaire, ce qui a permis de diviser par 2 l’absentéisme. Les porte-manteaux, rapatriés à l’intérieur de chaque classe ont ramené du calme au moment de déposer les enfants.

Tout l’enjeu de cette méthode est de faire émerger les besoins sous-jacents. Tout son intérêt est l’acceptation du projet par les parties prenantes qui travaillent ensemble dès le départ et au même niveau. C’est aussi de cadrer le cheminement : la réponse ne doit pas arriver avant le diagnostic ; ce n’est pas aux parties prenantes qu’il incombe de se projeter, mais à l’architecte. La répartition des rôles doit être ainsi faite : les premiers posent les questions, le second apporte les réponses.

La phase de conception a duré plus d’un an, et la facture de la « matière grise » a été plus onéreuse que d’habitude pour la commune. Mais cela a permis un bon déroulement dans la phase travaux, sans avoir à revenir sur les décisions, sans surprise budgétaire et une satisfaction par tous du bâtiment.

Le budget est un autre point fort du projet. Conçu avec des matériaux qualitatifs sur le plan sanitaire et environnemental, le prix au m2 s’élève à 1 070 € HT. C’est le résultat d’un mode constructif industriel : une charpente métallique qui fait office de parapluie, sous laquelle a été construite la thermos, qui ne comporte pas de murs porteurs. Grâce à lui, chaque classe a presque doublé sa surface pour un même budget. La caractéristique low tech du bâtiment et l’équipement progressif en mobilier, parfois récupéré, concourent à en faire l’école la moins chère de France mais pas la moins qualitative, bien au contraire.

Le pôle enfance est une nouvelle illustration de la participation citoyenne dans les projets communaux, ancrée depuis de nombreuses années à Bouvron.

Pour en savoir plus :

Un pôle enfance fonctionnel et construit avec des matériaux écologiques, pour un coût maîtrisé à Bouvron

Plaquette de la commune de Bouvron

Rédigé en novembre 2019
Thématique : Associer la population à ses projets, Matériaux écologiques et locaux, Écoles et périscolaire

 

Vous souhaitez valoriser l’une de vos initiatives dans nos prochaines Brèves ?

Votre collectivité
n’est pas encore adhérente ?
Rejoignez-nous !

Suivez nous aussi sur :

  Recevez nos Brèves mensuelles !