Retour sur la rencontre « Développer un espace de travail partagé sur sa commune » à Auray (56) le 24 novembre 2021

Expérience > Auray (56) : Un espace de coworking soutenu par la municipalité

Une trentaine d’élus se sont retrouvés à Auray le 24 novembre 2021 sur la thématique “Développer un espace de travail partagé sur sa commune” dans le cadre d’un cycle d’événements sur la thématique de la mobilité. En effet, le travail est la première raison structurant nos mobilités, générant des migrations pendulaires quotidiennes. Dans une démarche de mobilité inversée, des collectivités répondent aux évolutions actuelles des formes de travail et d’emploi en proposant des espaces de travail collectifs, conviviaux et connectés, situés à proximité du lieu d’habitation. Lors de cette matinée, trois collectivités aux profils différents ont présenté pourquoi et comment, ils ont développé ou soutenu des espaces de coworking sur leur commune. Les participants se sont ensuite rendus à L’argonaute, espace de travail partagé associatif. La visite a permis de découvrir les différents espaces de travail et de convivialité et de questionner les salariés sur la gestion et l’animation du lieu.

Les témoignages

  • Cléguérec (56, 3 000 hab) : La collectivité porte et gère depuis 2018 un espace travail partagé composé de 3 bureaux réalisés dans l’ancien cabinet infirmier appartenant à la commune.
    • Xavier Robin, adjoint au maire, a décrit l’historique du projet et la volonté des élus de favoriser l’installation de nouvelles activités professionnelles en milieu rural. Pour cela, la mairie s’est adaptée aux besoins des professionnels et a été soucieuse d’apporter aux locataires de bonnes conditions de travail. L’espace de travail partagé est pensé comme une pépinière d’entreprise avec un loyer progressif sur 3 ans pour favoriser les jeunes entreprises. Seule des locations longues durées sont proposées pour limiter le travail de gestion. Xavier Robin note la fragilité d’une structure à 3 bureaux. Après un démarrage rapide et une extension à 6 bureaux envisagée, la crise du Covid a vidé les bureaux car les microstructures présentes ont souffert du manque d’activité. Cependant, une campagne de communication entreprise en 2021 a rapidement rempli les bureaux.
    • En savoir plus.
  • Mellé (35, 700 hab) : La commune vient d’inaugurer un espace de coworking « E-mellé » adossé à sa médiathèque. La commune gère et anime le service composé de 2 cellules de bureaux privés et un open space / salle de réunion pour des locations longues et courtes durées.
    • Thérèse Tylek, conseillère municipale et ancienne maire de 2014 à 2020 et Ewen Dréano, stagiaire en 2ème année de BTS “développement et animation des territoires ruraux” ont présenté la démarche de projet, les freins et les leviers ainsi que les difficultés rencontrées pour assurer la gestion du lieu.
    • En savoir plus.
  • Auray (56, 14 000 hab) : La collectivité soutient L’Argonaute, association qui porte un espace de travail partagé installé dans un bâtiment communal.
    • Adeline Ageneau, conseillère municipale déléguée aux tiers lieux, a présenté les externalités positives d’une telle structure sur le territoire et la manière dont la commune la soutient.
    • En savoir plus.

Des échanges fournis

Les échanges qui ont suivi les témoignages ont permis d’entendre d’autres retours d’expériences et d’identifier des ressources. Les sujets suivants y ont été partagés:
  • Autres forme de coworking et profils des participants :
    • Plutot que de créer des espaces dédiés, il pourrait être imaginé que ce soit les entreprises existantes qui accueillent les travailleurs nomades dans leurs locaux vacants .
    • Les profils de travailleurs sont variés mais dans l’ensemble, ils veulent avoir de meilleures conditions de travail que chez eux et séparer vie privée et vie professionnelle qu’il soit entrepreneur, indépendant ou salarié.
    • Xavier Robin note la surreprésentation des femmes de 25 à 40 ans dans les espaces de coworking. Le constat est partagé pour l’argonaute et « la coloc » à Lorient (56).
  • Témoignage de Jean-Jacques Videlo, maire du Sourn (56) : « L’espace de coworking bien-être du Sourn a vu le jour suite à la création du centre de santé. Nous avons eu une démarche similaire à Cléguérec en louant d’anciens locaux communaux. Notre démarche était empirique, sans étude de marché. Nous avons simplement répondu aux demandes qui nous arrivaient. Nous projetons aujourd’hui une 4ème extension. Nous n’avions pas envisagé un tel développement. »
  • Les espaces de coworking à l’échelle communale sont généralement réalisés dans du bâti existant en centre bourg. C’est une bonne manière de valoriser le parc immobilier communal.
  • Le tiers-lieu « Chez Yvonne » à Moncontour, géré par une asso a dimension sociale, a créé son propre logiciel (libre de droit) de gestion des locations, accès et paiement.
  • Les participants ont partagé des ressources :

Les points essentiels

En résumé, les témoignages ont mis en évidence :
  • La diversité des formes d’espaces de coworking
    • Des bureaux fermés en location longues durée (Cléguérec, Auray)
    • Des bureaux fermés ou ouverts en location courte durée (Auray, Mellé)
    • Des salles de réunions (Auray, Mellé)
    • Des ateliers d’artisanat ou d’art (Auray)
    • Des espaces communs (Tous)
  • Différents portages
    • Par la collectivité
    • Par une structure associative soutenu par la collectivité
  • L’importance des questions de gestion notamment pour la location courte durée ; gestion des réservations, des accès, de la facturation. Une bonne réactivité des gestionnaires est nécessaire pour les locations courtes durées. De plus, les retours d’expériences ont montré que ces aspects sont souvent sous-estimés en phase de conception, ce qui entraine des retards de livraison du projet ou des problèmes de fonctionnement.
  • L’importance de la mise en réseau avec les espaces de travail partagé du territoire a fortiori pour les petites structures : partage de support de communication, meilleure visibilité, partage des temps d’animation/formation
  • La nécessité de proposer un lieu accueillant et convivial comprenant des espaces communs.
  • Les charges, eau, électricité, internet sont généralement compris dans le loyer pour simplifier la facturation
  • Le ménage peut être intégré ou pas
  • Un règlement intérieur est souvent signé par les locataires.
En savoir plus :
guipelguipel

Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux

  Recevez nos Brèves mensuelles !