Comment mettre en œuvre et encourager les déplacements doux à l’échelle communale ? à Pordic (22)

Expérience > Comment mettre en œuvre et encourager les déplacements doux à l’échelle communale ? à Pordic (22)

Le trafic automobile est l’un des principaux émetteurs de GES, ne cesse de croitre. En ville comme à la campagne, cela entraine des nuisances (bruit, pollution de l’air, accidents, etc.) auxquelles les communes devront trouver des réponses. Il est donc urgent de réfléchir à la mise en œuvre d’alternatives à la voiture parmi lesquelles les modes de déplacements doux : vélo, marche à pied… C’est ce qu’ont fait une quinzaine d’élus en s’appuyant sur l’expérience de Pordic.
Au début du mandat, la thématique des déplacements doux n’était pas un axe majeur de l’action de cette nouvelle équipe municipale. Elle l’est devenue par la volonté de certains élus motivés pour résoudre des problèmes tels que la sécurité aux entrées des écoles et sur les voies d’accès, les liaisons bourg/côté mer pour les résidents comme pour les touristes, la création de nouveaux lotissements, l’ouverture d’un centre d’un foyer médicalisé pour personnes handicapées.La réflexion se fait généralement au sein de groupes de travail élargis aux représentants d’usagers, et en concertation avec les riverains des voies en projet. Dans une logique de cohérence et afin de pouvoir bénéficier d’aides financières et de soutiens techniques, les actions de la commune s’inscrivent dans les schémas de déplacements mis en place par le Conseil général et par Saint-Brieuc agglomération. 

Deux exemples concrets : le pédibus et le vélobus

– Un pédibus fonctionne régulièrement depuis avril 2008 chaque  mardi et vendredi uniquement le matin. Cette formule est   celle  qui, à l’usage, correspond le mieux aux attentes des parents ce qui est le gage de  la pérennité du projet.   Cette année,  la ligne est fréquentée en moyenne par 12 des 18 enfants inscrits qui sont encadrés par 4 accompagnateurs d’une équipe composée de parents et de retraités bénévoles. – Un vélibus a été créé à l’initiative d’un parent enseignant pour une formation universitaire en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Dans le cadre de cette formation et d’une convention entre la commune et l’université, des étudiants sont venus encadrer des sorties en vélo sur la commune. Il en a résulté la création d’un vélibus qui fonctionne sur le même principe que le pédibus. Ce service s’adresse cette fois aux CM1-CM2, les plus petits pouvant toutefois être transportés sur le porte-bagage.  

Quels sont les freins à la mise en place du pédibus et à sa pérennité ?

– La responsabilité des parents envers les enfants des autres : Une assurance permet de couvrir les accompagnateurs pour d’éventuels problèmes. – Les mauvaises conditions atmosphériques : Un équipement classique suffit à se protéger en cas d’intempéries.  

Schéma vélo sur le territoire de la communauté de communes Rance-Frémur mis en application par la commune de Plouër- sur-Rance (22)

La commune, dans le cadre de sa politique de déplacements doux a fait le choix de le décliner sur les deux axes proposés : – Touristique, en créant, dans l’esprit indiqué par les rédacteurs du guide édité par le CG22, une boucle découverte d’environ 9 kms. – Utilitaire, en créant une voie cycliste et piétonne qui permet aux enfants de certains quartiers de se rendre en toute sécurité vers les établissements scolaires (500 élèves).

Rencontre sur la restauration collective à Saint-LunaireRencontre sur la restauration collective à Saint-Lunaire
PluneretPluneret
  Recevez nos Brèves mensuelles !