Un arrêté municipal contre l’usage des pesticides près des habitations

Infos pratiques

Adhérent depuis 2005
Maire : Daniel Cueff
Adresse : 19 Rue des Chênes, Langouet
Téléphone : 02 99 69 92 30
Nbre d’habitants : 571
Superficie : 7 km²
Intercommunalité : Val d Ille-Aubigné
www.langouet.fr
Contact BRUDED : Mikael Laurent

Autres expériences de Langouët

Mi-mai 2019, la municipalité de Langouët a décidé de prendre un arrêté interdisant l’usage des pesticides à moins de 150 mètres des habitations ou locaux à usages professionnels.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Du glyphosate dans le sang des habitants

Le 4 mai, l’association PIG BZH (pisseurs et pisseuses involontaires de glyphosate de Bretagne) avec le concours de la municipalité avait organisé une campagne d’analyse d’urine auprès des habitants visant à détecter la présence de la molécule de désherbant.  36 particuliers y avaient participé, la majorité habitant Langouët. Parmi eux, deux enfants de 5 et 6 ans. Tous les tests se sont avérés positifs, avec des taux variant de 0,47 à 3,18 ng/ml. S’il n’existe pas de norme de pesticides dans le sang, il en existe une pour l’eau destinée à la consommation humaine : 0,1 ng/ml. Les résultats des tests se sont donc avérés de 4 à 31 fois supérieurs à la contamination acceptée pour l’eau potable. Une contamination d’autant plus surprenante que la municipalité est en “zéro phyto” pour l’entretien de ses espaces publics depuis 2000, que sa cantine est 100% bio locale depuis 2004 et que certains des habitants ayant participé aux tests mangent bio à la maison.

Protéger les habitants

Le 18 mai 2019, afin de protéger ses habitants  des dérives de pesticides épandus, le maire de Langouët a décidé de prendre un arrêté interdisant  l’utilisation de pesticides (à l’exception des produits à faible risque qui ne font pas I’objet de classement toxicologique et des produits autorisés en agriculture biologique) “à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel”. “Cette distance est réduite à 100 mètres dans les cas suivants :
1) Existence d’une haie anti-dérive continue en bordure de la parcelle traitée, de nature à limiter les transferts de produits phytopharmaceutiques par dérive de pulvérisation […]

2) Ou utilisation de moyens matériels permettant de diminuer d’au moins 66% les risques de dérive par rapport aux conditions normales d’application des produits […]”

Réaction de la Préfecture

La Préfecture a, dans un premier temps, émis un recours gracieux demandant au Maire de Langouët de retirer son arrêté. Elle estime qu’un maire est dans son rôle quand il exerce un pouvoir de police dans le domaine de la salubrité publique, comme écrit dans le Code général des collectivités territoriales. Mais que « l’utilisation des produits phytopharmaceutiques relève d’un pouvoir de police spéciale confiée au ministre chargé de l’agriculture ». Le maire peut intervenir au titre de ses pouvoirs de police générale si cette intervention est justifiée par des circonstances particulières locales ou en cas de péril imminent. La Préfecture estime que cela n’est pas démontré dans le cas présent.

Tribunal administratif le 22 août à 9h30

Suite au refus argumenté  du maire de Langouët de retirer son arrêté (cf réponse ci-dessous), la Préfecture a décidé de le convoquer  devant  le tribunal administratif de Rennes le 22 août à 9h30. Au-delà des considérations purement juridiques, force est de constater que la mesure bénéficie d’un fort soutien populaire, en témoigne les nombreux messages de soutien et les deux principales pétitions (change.org et mesopinions.com) qui ont recueilli à ce jour plus de 132 000 signatures (au 13/08).

 

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

bimby-plobannalec_2018bimby-plobannalec_2018
plobannalec-lesconil_2018-06-07
plobannalec-lesconil_2018-06-07
plougonven_20-juin
plougonven-2019_07_travail partagé
  Recevez nos Brèves mensuelles !