Épissure à Arzano (29)

arzano_2015-régal épissurearzano_2015-régal épissure
arzano_2015-régal épissurearzano_2015-régal épissure

Infos pratiques

Adhérent depuis 2006
Maire : Anne Borry
Adresse : 1 Place de la Mairie, 29300 Arzano, France
Téléphone : 02 98 71 74 67
Nbre d’habitants : 2164
Superficie : 9 km²
Intercommunalité : Quimperlé communauté
www.arzano.fr/
Contact BRUDED : Maïwenn Magnier

Autres expériences de Arzano

Soutenue par la municipalité, l’association « Épissure » s’est mobilisée pour ouvrir une épicerie en centre bourg alors que la dernière avait fermé ses portes quelques mois plus tôt : un défi relevé par une petite commune qui s’appuie sur une démarche des habitants, moteur du projet.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Arzano est une commune rurale du sud Finistère de 1 404 habitants, située à une dizaine de kilomètres au nord-est de Quimperlé au sein de Quimperlé Communauté. Ces dernières années, elle présente les symptômes d’une dévitalisation, caractérisée par la disparition successive des médecins et le déclin progressif des commerces de centre-bourg. La dernière épicerie du bourg a d’ailleurs cessé son activité en avril 2014. Refusant de voir ce déclin du centre bourg comme une fatalité, une dizaine de personnes s’est organisée en collectif après la fermeture de l’épicerie pour réfléchir à la revitalisation du tissu social et économique du bourg.

Naissance du projet

À l’occasion d’une réunion publique à l’orée des municipales en 2014, deux personnes évoquent l’idée de créer un marché de producteurs dans le but de créer du lien social et valoriser les producteurs locaux. La municipalité élue entend cela et propose d’accompagner le collectif dans ses démarches : suivi technique et moral notamment pour défendre l’idée de rouvrir une épicerie alors que l’autre venait de fermer ses portes…. Pour susciter les échanges autour de ce projet et discuter des conditions de sa faisabilité, un débat public, ouvert à la population et aux partenaires potentiels, est organisé. À la suite, une enquête auprès de la population communale sur ses modes de consommation et ses besoins est lancée. Des visites d’opérations similaires sont aussi organisées dans le communes et départements voisins.

Comment ça marche ?

Après comparaison des différentes formes juridiques possibles, le collectif se fédère en association « Épissure », forme préférée à celle d’une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif). Pour poursuivre le travail engagé par le collectif en commission et cadrer le montage du projet, l’association provoque des rencontres avec différentes structures d’accompagnement (espace associatif de Quimper, Quimperlé Communauté, experts comptables).

Une convention

Soucieuse de voir ce projet innovant et original aboutir, la commune conclut une convention d’objectifs avec l’association définissant leurs actions respectives. L’association procède à différents travaux d’aménagement (façade, rayonnage…). Le local est alors prêté pendant les premiers mois à l’association qui paiera ensuite un loyer mensuel.

En savoir plus : convention téléchargeable sur la page

Des financements

Un dossier de financement du projet est monté sur les bases du chiffre d’affaires annuel de l’épicerie précédente (175.000 €). Des aides sont obtenues auprès du Conseil départemental du Finistère (5 000 €) et de la commune (10 000 €). Quimperlé communauté a été sollicitée sur un fonds de concours qui permettrait à l’association de bénéficier d’un soutien financier. L’association a également lancé un appel à fonds privés par le biais d’internet pour le financement du matériel et du fonds de départ (15 000 €).

Une ouverture réussie !

Le « Régal d’Épissure » ouvre ses portes le 6 mai 2015 et vit dès les premiers mois un succès important. Le gérant de l’épicerie est recruté dès l’ouverture par l’association pour permettre le fonctionnement du commerce en plus de l’implication d’une quarantaine de bénévoles. Si le souhait de l’association était bien celui de privilégier les produits issus des circuits courts et/ou Bio, la réalité est celle d’une demande différente : un sondage effectué auprès de la population a révélé une faible demande en produits bio. Les produits frais locaux et transformés (le gérant est cuisinier de formation) fonctionnent bien. En 2016, à l’occasion du premier anniversaire de l’épicerie, un emploi est maintenu et les clients se fidélisent.

La communication

Un des outils de l’épicerie est leur site internet : le consommateur peut prendre connaissance de l’histoire du projet et les produits disponibles. C’est aussi l’occasion de valoriser les idées et choix de l’association, tels les « produits en vrac ».

Ce que l’on en retient

Anne Borry tire trois leçons principales de cette belle initiative :

Pour qu’un tel projet existe, perdure et soit réaliste, il doit être à l’initiative de citoyens, la collectivité doit l’accompagner et les usagers doivent se l’approprier et le faire fonctionner.

On note toutefois la difficulté d’un fonctionnement associatif et bénévole : le manque de savoir-faire en matière de commerce, la baisse ponctuelle de motivation ou de disponibilité rendent les choses parfois compliquées. Au final, c’est une opération fragile mais réussie qui demandera beaucoup de travail et de vigilance pour durer dans le temps. La demande locale était forte et l’offre produite cohérente.

 

màj septembre 2016

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

La Vraie CroixLa Vraie Croix
La Vraie Croix chapelle mairieLa Vraie Croix chapelle mairie
La Vraie CroixLa Vraie Croix
Plouneour MenezPlouneour Menez
Plouneour MenezPlouneour Menez
Plouneour MenezPlouneour Menez
  Recevez nos Brèves mensuelles !