La transformation du presbytère en logements sociaux à Saint-Médard-sur-Ille (35)

Saint-Médard-sur-Ille école presbytèreSaint-Médard-sur-Ille école presbytère
Saint-Médard-sur-IlleSaint-Médard-sur-Ille
Saint-Médard-sur-IlleSaint-Médard-sur-Ille

Infos pratiques

Adhérent de 2008 à 2017
Maire : Noël Bournonville
Adresse : 2 Rue de la Mairie, 35250 Saint-Médard-sur-Ille, France
Téléphone : 02 99 55 23 53
Nbre d’habitants : 1323
Superficie : 18 km²

www.saint-medard-sur-ille.fr
Contact BRUDED : Mikael Laurent

Autres expériences de Saint-Médard-sur-Ille

Situé en cœur de bourg et utilisé par les associations de la commune, le presbytère avait perdu tout usage une fois la rénovation de la salle polyvalente réalisée.  « Nous nous sommes beaucoup interrogés sur ce que pouvait devenir le presbytère : une nouvelle mairie ? une bibliothèque ? des locaux associatifs ? » exprime Lionel Van Aertryck, maire. « Mais à chaque fois, on ne trouvait pas d’utilité réelle à ce bâtiment ». Jusqu’à ce que les élus envisagent  sa rénovation en logements, avec le bailleur social Néotoa (ex. Habitat 35). Il est aujourd’hui rénové et agrandi pour proposer un T2, un T3 et un T4, proches des services et des transports en commun. « Ce projet a permis de réhabiliter un bâtiment ancien, qui reste au patrimoine de la commune sans en avoir l’entretien, tout en proposant des logements d’excellente qualité, à loyers modérés » estime le maire.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Un presbytère sans destination

Appartenant au patrimoine communal depuis de nombreuses années, le presbytère était utilisé par les associations de la commune : tennis de table et atelier peinture au RDC et artiste en résidence à l’étage. Des activités qui ont trouvé à se reloger dans un bâtiment jouxtant l’école (tennis de table) ou lors de la rénovation de la salle polyvalente (atelier peinture). « Nous nous sommes beaucoup interrogés sur ce que pouvait devenir le presbytère : une nouvelle mairie ? une bibliothèque ? des locaux associatifs ? » exprime Lionel Van Aertryck, maire. « Mais à chaque fois, on ne trouvait pas d’utilité réelle à ce bâtiment ». Jusqu’à ce que les élus envisagent sa rénovation en logements.

Des logements aidés

La municipalité contacte alors 2 bailleurs sociaux. L’un deux refuse immédiatement, pour des raisons de coûts. L’autre, Néotoa (ex Habita 35), en convention avec la communauté de communes dans le cadre de sa compétence « logements locatifs sociaux en cœur de bourg », accepte. Dans le cadre de cette convention, Néotoa apporte des fonds propres plus importants sur des projets de petites tailles, qu’elle compense par des apports moins élevés sur des opérations de plus grande envergure dans les communes les plus attractives du territoire.

Côté commune

Néotoa propose de réaliser 3 logements sociaux juxtaposés, pour éviter les superpositions : un T2 de 58 m2 (loyer de 289 €/mois), unT3 de 71 m2 (369 €/mois) et un T4 de 85 m2 (438 €/m2). Chaque logement dispose d’un jardin. Deux ont été réalisés dans la partie ancienne. Un, dans une partie neuve, à la place de la partie la plus vétuste qui a été démolie. La municipalité, liée à Néotoa par un bail emphytéotique de 55 ans, a été consulté à différentes phases du projet. « Nous leurs avons fait confiance sur l’aspect bâti » indique le maire. « Nous avons pu faire des remarques sur les plans, puis lors du CCTP nous avons notamment pu faire des proposition concernant l’impact sur la santé de certains matériaux et nous étions invités aux réunions de chantier ».

Côté bailleur

Le loyer mensuel que percevra le bailleur est arrêté au niveau national (4,96 €/m2 de surface utile en 2014), majoré de 6% dans le cas d’une performance BBC, ce qui est la cas de cette opération. Côté dépenses, Néotoa prévoit des frais d’entretien et de gestion de 850 €/logement/an (frais de gestion, état des lieux, petits travaux, …), une provision pour grosse réparation à partir de la 6ème année et un risque de vacance de 1% du temps. « Sur une base de 40 ans de loyers, nous savons donc à l’avance les recettes que nous procurera une opération et pouvons donc évaluer la faisabilité financière d’une opération, une fois les travaux estimés» explique Johan Landry de Néotoa. En pratique, «une opération n’est souvent excédentaire qu’au bout de 15 à 20 ans ».

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Kergrist Salle KaméléonKergrist- Salle Kaméléon
Kergrist
KergristKergrist
KergristKergrist
KergristKergrist
Langouet bourgLangouet bourg
  Recevez nos Brèves mensuelles !