Mouais (44) : future école en bois, paille et terre issus de la commune et construite collectivement

La future école de MouaisLa future école de Mouais
Mouais écoleMouais école
chantierpaille_mouaischantierpaille_mouais
MouaisMouais

Infos pratiques

Adhérent depuis 2007
Maire : Yves Daniel
Adresse : 5 Rue de la Mairie, 44590 Mouais, France
Téléphone : 02 40 07 73 41
Nbre d’habitants : 376
Superficie : 9,93 km²
Intercommunalité : Châteaubriant-Derval
www.mouais.fr
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de Mouais

A l’instar de la salle multifonctions construite en 2012 en bois paille et terre, la petite commune de Mouais planche actuellement sur la réhabilitation-extension de son école.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Une nouvelle école plus confortable et répondant aux besoins actuels

« Nous souhaitons proposer un bâtiment confortable et pratique pour les enfants et l’équipe pédagogique, le tout avec un budget contraint », témoigne le maire Yvan Ménager. L’école compte aujourd’hui 31 élèves soit une classe de maternelle et une classe de primaire. Le projet vise à rénover le bâtiment actuel pour y aménager une salle de motricité qui servira également aux activités périscolaires. « Le bâtiment existant date du début du XXème et n’a jamais été rénové depuis. Nous voulons le mettre aux normes de sécurité et de confort sans pour autant engager des travaux trop importants. ». Deux salles de classe, une salle de sieste et les sanitaires prendront place dans un bâtiment neuf relié à l’existant par un préau.

Une étude du CAUE

Afin de bénéficier d’un diagnostic et de déterminer la faisabilité du projet, les élus ont fait appel au CAUE de Loire-Atlantique. Besoins actuels et futurs, surfaces nécessaires, agencements des espaces, contraintes du site… cette première étude a permis de définir plusieurs scenarii d’implantation du futur bâtiment neuf. C’est sur cette base que la commune, toujours assistée du CAUE et avec l’appui de BRUDED, a lancé une consultation pour recruter une équipe de conception. C’est l’agence Loom Architecture (Nantes) qui a été retenue par la commune.

De l’esquisse à l’avant-projet… un bâtiment optimisé, compact et fonctionnel

Sur la base des travaux du CAUE, l’agence Loom a affiné le programme de surfaces et réalisé les premières esquisses. Celles-ci ont donné lieu à de nombreux échanges : interface entre les deux bâtiments, emprise du bâti neuf sur la cour, accès et visibilité de l’école depuis la rue…

Optimisation des surfaces

Les discussions ont également porté sur le fonctionnement intérieur du bâti. Au vu du budget limité de la commune (environ 400 000 € de travaux pour ce projet), les espaces de circulation ont été réduits au maximum : ainsi la desserte des classes sera réalisée depuis le préau couvert puis par un couloir ouvert sur l’extérieur et non chauffé. Un espace de circulation de 11 m² couvert complétera le couloir pour desservir les deux classes et les sanitaires. Ce choix permet de préserver un espace d’accueil et de rencontre avec les parents tout en limitant les coûts d’investissement et de fonctionnement (chauffage). Ainsi, entre les premières esquisses et l’AVP, ce sont environ 100 m² de surface de plancher qui ont été transformés en préau.

Regroupement des sanitaires

Les échanges avec les élus et enseignants ont porté sur le positionnement des sanitaires ; ceux-ci ont été regroupés en deux espaces, maternelles et primaires, chacun situé juste à côté de la classe. Après visite de l’école de Bouvron qui propose un espace sanitaire dans chaque classe, le projet de Mouais a été revu et prévoit désormais un accès direct aux sanitaires depuis l’une des deux classes, pour plus de confort dans le fonctionnement du bâtiment.

Une visite pour garder le cap !

Alors que les questionnements techniques, économiques et juridiques se multiplient en phase d’avant-projet, BRUDED propose aux élus, enseignants et à l’équipe de maitrise d’oeuvre de venir visiter l’école construite à Bouvron (44), située à une quarantaine de km au sud-ouest de Mouais. Initialement organisée pour apprécier la résistance des cloisons des couloirs réalisées en terre crue, cette visite a été l’occasion pour les élus d’enrichir leurs objectifs pour ce projet. Ils ont apprécié la démarche participative menée pour la réhabilitation du pôle enfance de Bouvron, qui a associé l’ensemble des usagers du bâtiment ; une approche qui a fait mouche auprès des visiteurs : « il est important que nous puissions donner la parole à tous les usagers, en créant des conditions propices à leur expression », analyse Yves Daniel. L’atmosphère dégagée par la présence de terre crue a également consolidé la volonté partagée des élus de donner une large place à ce matériau dans leur projet : « les murs n’ont subi quasiment aucune détérioration, et la terre crue donne une chaleur très agréable au bâtiment », admire Rachel Gautier, adjointe.

Un bâtiment écologique, économique et ancré sur son territoire

Aujourd’hui au stade du permis de construire, le projet prévoit un bâtiment neuf compact inspiré des hangars agricoles à l’image du nouveau bâtiment du pôle enfance de Bouvron, que les élus et bureaux d’études ont visité le 4 janvier dernier.

Nous sommes une petite commune et avons peu de moyens ; cela nous pousse à nous interroger et à rechercher des solutions innovantes, à faire nous mêmes et à sortir des projets standardisés. D’une certaine manière, notre manque de moyens est aussi une ressource ! », analyse le conseiller municipal et député Yves Daniel.

Terre crue, paille et bois local

Terre crue

Ainsi, les élus souhaitent recourir à des matériaux disponibles localement pour construire collectivement la future école, et pensent en particulier à la terre crue. “La terre rappelle notre identité rurale”, témoigne Yvan Ménager, maire. « Nous avons de la terre disponible sur le site, et il reste également des stocks de terre issus de la construction de la salle multifonctions que nous souhaitons mobiliser », complète-t-il.

Yves Martinez, directeur de l’école, se réjouit de cette démarche : « L’école pourra nous permettre de sensibiliser les enfants à l’écologie, en particulier s’ils peuvent participer au chantier pour la mise en œuvre de la terre crue. »

La mise en oeuvre de terre crue, qui suppose d’analyser la terre disponible sur le site et d’adapter le système constructif à ses propriétés, est venue questionner le déroulé classique d’un projet ; pour soutenir la municipalité et l’équipe de maitrise d’oeuvre, BRUDED a fait appel au Collectif des Terreux Armoricains pour bien définir le projet et anticiper sa mise en oeuvre concrète : période de réalisation des cloisons la plus adaptée, temps de séchage de la terre, etc.

Bois de la commune pour le bardage et l’ossature

En complément de la terre crue, les élus souhaitent mettre le bois à l’honneur, tant pour l’ossature du futur bâtiment que pour son bardage. « Nous disposons d’une parcelle communale boisée de chênes, que nous aimerions valoriser pour la façade du bâtiment, avec dans l’idéal la participation d’habitants au chantier. » Afin de bénéficier d’un premier avis sur le bois disponible et sur les étapes à suivre pour le couper, le sécher, etc., un premier contact va être pris avec l’association Des Hommes et des Arbres.

 Les élus souhaitent aller plus loin et recourir à du bois local pour la construction : ainsi le bardage extérieur sera réalisé à partir de hêtres et de chênes provenant d’une parcelle communale.

Nous voulons utiliser ce bois également pour certains poteaux porteurs de l’ossature ; cela a supposé d’estimer les volumes nécessaires et d’évaluer la ressource disponible sur la parcelle, en parallèle du travail sur les plans de la future école”, indique Yvan Ménager.

Pour évaluer la ressource disponible, BRUDED a orienté la commune vers l’association Des Hommes et des Arbres, en lien avec l’architecte du projet (Nathalie Debray – Agence Loom, Nantes).  Le bois va être coupé dans les prochaines semaines, et le chantier débutera à la fin de l’automne 2018.

Côté administratif, la commune a choisi son bureau de contrôle via un contrat qui prévoit que le projet soit visé en phase APD, PRO et PC ; le dossier de permis de construire a été déposé courant juillet.

Chantiers collectifs : des montages adaptés

“Nous prévoyons de recourir à des chantiers d’insertion, de formation et des chantiers participatifs, cela se prépare!”, indique le maire. Une préparation désormais facilitée par la possibilité d’identifier et de contacter les entreprises du territoire avant le lancement du marché public, le ‘sourcing’ rendu possible par la réforme des marchés publics.

Concrètement, les travaux sont envisagés comme suit :

  • construction de l’ossature bois par un charpentier à partir du bois issu de la commune qui aura été scié et stocké sous la coordination de l’association Des Hommes & des Arbres, avec la participation éventuelle de bénévoles encadrés par le charpentier et sous l’animation de l’association Des Homes & des Arbres
  • réalisation des briques de terre crue et montage des cloisons par un centre de formationr
  • isolation paille : fourniture de la paille par un agriculteur de la commune, puis pose de la paille par un chantier d’insertion encadré par une entreprise spécialisée en construction paille, faisant jouer sa décennale sur l’ensemble du lot.

Calendrier du projet

Les demandes de subvention ont été réalisées au premier semestre 2018 sur la base d’un dossier PRO. Suite au dépôt du PC en juillet, les travaux débuteront à la fin de l’automne 2018 et se dérouleront en site occupé : ils commenceront par la construction du bâtiment neuf, puis concerneront la rénovation du bâti existant. Le réaménagement de la cour, compris dans les propositions de l’architecte, sera réalisé essentiellement en régie pour limiter les coûts.

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Visite des élus de LocqueltasVisite des élus de Locqueltas
Pleyber-ChristBourg de Pleyber-Christ
Pleyber ChristPleyber Christ
  Recevez nos Brèves mensuelles !