Sainte-Anne-d’Auray (56) inaugure son projet de revitalisation de centre-bourg

Infos pratiques

Adhérent 2018
Maire : Roland Gastine

Téléphone : 02 97 57 63 91
Nbre d’habitants : 2938
Superficie : 4,97 km²
Intercommunalité : Auray Quiberon Terre Atlantique
www.auray.org
Contact BRUDED : Guillaume Josselin

Autres expériences de Sainte-Anne-d'Auray

Après des années de réflexion, conception et réalisation, les élus inaugurent les aménagements du bourgs qui s’intègrent dans un projet global de redynamisation de centre-bourg et un projet d’attractivité touristique.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le  6 octobre 2023, la commune de Sainte-Anne-d’Auray a inauguré son projet d’aménagement de cœur de bourg qui s’inscrit dans une démarche globale de redynamisation.

Suite à une marche commentée menée par Roland Gastine, maire et Jean-Michel Yannic, adjoint à l’urbanisme, travaux, aménagement, environnement, le ruban tricolore a été coupé sur la place Nicolazic devant la mairie en présence de Jimmy Pahun, député de la 2nd circonscription du Morbihan, Yves Bleunven, Sénateur du Morbihan, Murielle Jorda, Sénatrice du Morbihan, Baptiste Rolland le sous-préfet du Morbihan, Marie-José Le Breton, conseillère départementale, Michel Jallu, conseiller départemental,  élus communaux ainsi que des partenaires, des habitants, des commerçants et les entreprises ayant travaillés au projet et à sa réalisation .

La commune de 2938 habitants et 4,97 km² se caractérise par sa basilique, site de pèlerinage de renommé nationale, son collège – lycée de 1 200 élèves, ses écoles 370 enfants, une crêche, un Ephad de 170 places, son festival des galettes du monde qui accueille chaque année environ 22 000 personnes mais aussi son dynamisme associatif et sa situation géographique attractive à proximité d’Auray.

Un projet de redynamisation qui se construit de longue date

Le projet d’aménagement est l’aboutissement d’une longue réflexion où une démarche globale de requalification du centre-bourg s’est construite. La révision du plan local d’urbanisme mené de 2015 à 2018 a conduit les élus à une vaste réflexion sur le devenir de la commune et ses aménagements urbains. Cette réflexion s’est appuyée sur les études préalable qui mettent la commune en interface avec les territoires adjacents : schéma directeur d’assainissement pluviale (2010), schéma de déplacement (2011), inventaire des zones humides (2013).

La redynamisation du bourg commence par une première phase de travaux d’aménagement d’une entrée d’agglomération de 2017 à 2019. Une deuxième phase de réflexion s’engage ensuite pour la modernisation du centre bourg en ayant la volonté de porter un regard spécifique aux pôles d’intérêts touristiques forts liés au patrimoine existant. Un groupement d’études composé de Pro-tourisme et Artopia est mandaté pour une étude globale.

Les grandes orientations de cette étude trop largement tournées vers le tourisme, en vue de répondre à l’appel à manifestation intérêt « revitalisation des bourgs ruraux » sont retravaillées avec l’aide du CAUE, de la DDTM, d’AQTA, de BRUDED pour axer le projet de revitalisation de centre bourg sur le tourisme mais aussi, le développement des services à la population, les équipements, les aménagements…

En 2018, la commune est retenue par le département du Morbihan dans le cadre du contrat d’attractivité touristique qui prévoit sur quatre ans, des actions visant à développer l’attrait des sites cultuels et culturels et améliorer l’accueil des visiteurs.

En 2019, la commune est lauréate à l’appel à manifestation intérêt pour la revitalisation des bourgs ruraux pour la phase travaux.

Les axes d’actions :

  • Créer deux pôles de centralité, un autour de la mairie et un second à proximité d’équipements culturels, sportif et de loisir. Pour cela, la commune a acheté un ancien garage grâce à une convention avec l’EPF. En attendant sa nouvelle vocation, le lieu a été prêté à une association et s’est transformé en école de cirque.
  • Valoriser le patrimoine bâti historique
  • Création d’une aire de camping-car de 19 places à côté du camping municipal.
  • Créer des lieux de vie sur l’espace publique : place pour le marché et les animations, espace pour les lycéens en pause.
  • Créer un parcours intergénérationnel comprenant des étapes avec des jeux pour enfants, un terrain de pétanque, un terrain multisport, des tables de pique-nique….
  • Repenser les aménagements routiers :
    • Donner une esthétique moins routière et un caractère plus cœur de bourg
    • Donner une véritable place aux piétons et personnes à mobilités réduites
    • Limiter la place de la voiture sur l’espace public
    • Sécuriser les carrefours et placer le secteur aménagé en zone 20.

Des travaux longs sur un site bordé de commerces

Pour la partie aménagement, la maitrise d’œuvre de conception est recrutée sur la base des études précédentes. La phase de conception a lieu de 2019 à 2020 avec le groupement d’études composé d’Artopia et EGIS. La proximité de la basilique inscrite aux monuments historiques, la circulation des nombreux cars scolaires ainsi que la présence des commerces ont contraint et orienté le projet.

La conception et les travaux d’aménagement qui ont duré 21 mois (avril 2021 à janvier 2023) ont fait l’objet d’une information régulière des habitants et des commerçants par des publications des réunions, des rencontres particulièrement suivis par les commerçants. Les aménagements à proximité des commerces se sont faits en concertation avec eux.

Il y a de nombreux commerces le long de ces routes qui ont été fermés de longs mois. L’information et la concertation en amont et pendant la phase opérationnelle a permis aux riverains de comprendre les contraintes et les retards de chantier. Globalement ça s’est bien passé pour des travaux de cette ampleur mais l’inquiétude des commerçants et riverains étaient compréhensible. Il faut également relever le rôle des chefs de chantier des diverses entreprises qui ont toujours été à l’écoute des usagers.

Jean-Michel Yannic, adjoint à l’urbanisme, travaux, aménagement, Environnement

Des temps d’échanges entre les élus et les commerçants en groupe et en tête-à-tête ont eu lieu pour entendre les difficultés et informer de l’avancement et des évolutions du planning de chantier.

Des aménagements évolutifs

La place Joseph Le Barh, à proximité de l’Espace Camborne (salle associative, restaurant scolaire) et de l’école St Joachim-Sainte Anne peut évoluer de parking à esplanade en retirant les potelets amovibles. Sur la route, une partie des aménagements est devenu mobile pour permettre de dégager la voie en cas d’événement majeur ou pour transformer les terrasses d’été en stationnement l’hiver.

Les travaux de conception ont fait l’objet de concertation avec les riverains et les commerçants. Nous souhaitions limiter la place de la voiture et avoir des espaces publics multifonctions.

Roland Gastine, maire

Les aménagements ont aussi permis de mettre en valeur des perspectives vers des monuments comme le sanctuaire ou encore la Scala Sancta (le « saint escalier »). Le pavé granit sur certains tronçons de route ou de trottoir constitue un rappel de matériaux avec les monuments, il est le fruit des échanges avec l’architecte des bâtiments de France. L’emploi de pavés issus du réemploi a été un choix économique mais également écoresponsable, quelques marques de peintures attestent de leurs anciennes vies. La question du réemploi figurait dans le dossier de consultation des entreprises.

 

Des bénéfices pour l’environnement et la biodiversité

L’équipe municipale qui a validé, par ailleurs, son atlas de la biodiversité en 2022 est sensible à l’impact des aménagements sur l’environnement.

Jean-Michel Yannic liste les effets positifs pour l’environnement :

« L’éclairage public est passé en LED à intensité variable sur les secteurs à éclairage permanent, associé à une extinction des lumières sur la commune de 21h30 à 6h30,  cela contribue au renforcement de la trame noir par la réduction de la  pollution lumineuse et de la facture d’énergie.

La reprise des réseaux eaux usées et des eaux pluviales a permis de supprimer les eaux parasites du réseau d’eau usée, arrêtant de fait les débordements du poste de refoulement vers la station de traitement des eaux usées située à 7 km.

De plus, si les aménagements restent très « minéraux » une trentaine d’arbres ont été plantés.»

Un aménagement conforme pour les personnes à mobilité réduite

Pour s’assurer que les aménagements proposés répondent pleinement aux contraintes des personnes à mobilité réduite, la mairie a demandé l’intervention de Yannick Jondot, ambassadeur de l’accessibilité et ancien maire de Langoëlan, qui a parcouru les nouveaux aménagements. Il conclut : « Les aménagements sont conformes mais les pavés pas toujours confortables en fauteuil roulant. »

D’autres travaux en réflexion

Un autre chantier d’ampleur est en cours de réflexion sur le parc de la basilique : requalification paysagère, mise en valeur du patrimoine, réaménagement des éléments cultuels et culturelles…

« L’espace sanctuaire composé de plusieurs propriétaires fait l’objet d’un projet de requalification. Ce projet est porté par le diocèse. Tout va dans le sens d’une mise en valeur de la commune, renforcer son attractivité touristique et en faire un bourg répondant aux attentes de ses résidents” Roland Gastine, maire.

Bilan financier de l’opération

Au fur et à mesure des travaux, des ajustements sont fait pour se maintenir dans l’enveloppe définie initialement, en réduisant la surface pavée ou en béton désactivé, par exemple. Cependant, l’actualisation des prix en 2022 n’a pu être absorbée dans le budget initial.

« Nous sommes satisfaits du résultat qui donne un vrai coup de jeune à la commune. Nous avons cependant un regret, l’estimation trop faible du coût des travaux en amont des marchés n’a pas permis la poursuite des aménagements de la dernière tranche sur les rues de la Fontaine et de Ker Anna, marquant ainsi une rupture avec le secteur aménagé. » Jean-Michel Yannic, adjoint à l’urbanisme, travaux, aménagement, environnement

Bilan de l’opération de requalification des espace publics et création d’une place de marché :

 

Subventions attribuées :1 551 659,58 €
État : au titre de la DSIL 2019285 000,00 €
État : au titre de la DSIL 2020270 000,00 €
État : au titre de la DETR 202026 806,00 €
Amendes de polices : 202112 795,00 €
Conseil Départemental : Contrat d’attractivité669 068,76 €
Conseil Départemental : aide exceptionnelle 2021 et 2022100 000,00 €
Conseil Régional18 152,00 €
Auray Quiberon Terre Atlantique150 000,00 €
Morbihan Énergies19 837,82 €
Autofinancement de la commune1 124 615,45 €
Coût total de l’opération  (travaux et maîtrise d’œuvre)2 676 275,02 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rédaction : décembre 2023

 

 

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Abonnez-vous à nos Brèves mensuelles

Recevez les actualités du réseau, des adhérents et de nos partenaires ainsi que des invitations aux événements régionaux


  Recevez nos Brèves mensuelles !