Un second projet éolien citoyen soutenu par les communes du territoire du Mené (22)

Infos pratiques

Adhérent depuis 2016
Maire : Valérie Poilâne-Tabart
Adresse : 22230 Laurenan, France
Téléphone : 02 96 25 67 00
Nbre d’habitants : 726
Superficie : 30,60 km²
Intercommunalité : Loudéac Communauté − Bretagne Centre
www.laurenan.fr
Contact BRUDED : Bruno Servel

Autres expériences de Laurenan, Le Mené

L’expérience réussie de la création d’un parc éolien citoyen en 2013 a donné l’envie à quelques citoyens de proposer un second projet dans le même esprit participatif et avec le même partenaire. Les municipalités soutiennent cette initiative qui bénéficie à ses habitants.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le pays du Mené est un territoire vallonné du sud-est des Côtes d’Armor, maillé de petits bourgs ruraux pour la plupart à l’écart des grands axes routiers. Son économie repose essentiellement sur l’agriculture et l’agro-alimentaire. A la fin du siècle dernier, il a su mobiliser ses forces vives pour s’opposer à la fatalité d’un déclin annoncé. Élus, agriculteurs et citoyens ont décidé d’inverser le processus et c’est ainsi que la communauté de communes du Mené – les 7 communes ont fusionné en 2016 – a entrepris de devenir un territoire pionnier dans le domaine de l’énergie. L’objectif affiché était l’autonomie à l’horizon 2025. Depuis, les projets de production d’énergies renouvelables se multiplient : réseaux de chaleur bois énergie, huilerie de colza, toitures photovoltaïques et logements communaux chauffés à l’énergie solaire, éolien participatif…

Un 1er parc éolien participatif réussi

Le Mené- éolien participatif-

Inauguration du 1er parc à Saint-Gouëno – Le Mené

C’est un groupe de citoyens qui est à l’origine de la création du parc de 7 éoliennes installé sur les communes de Saint-Gouëno et de Saint-Jacut du Mené, en activité depuis 2013. Leur intention était d’éviter que les profits d’un futur projet soient entièrement captés par une organisme financier étranger sans éthique, comme cela venait d’être le cas sur un territoire voisin. C’est pourquoi ils se sont adressés à la SICAP (Société coopérative d’Intérêt Collectif Agricole de Pithiviers), une entreprise de distribution d’électricité basée dans le Loiret. Cette structure, fondée il y a un siècle par des agriculteurs, se propose d’être l’actionnaire majoritaire aux côtés des habitants qui souhaiteraient investir au sein d’une société créée pour assurer la maîtrise d’ouvrage du parc éolien. Cette caution financière et technique a permis de réunir 137 contributeurs regroupés en 8 CIGALES (Clubs d’Investisseurs pour la Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire) qui détiennent 30% du capital de Citéol Mené. La SICAP possède les 70% restants. La production d’électricité annuelle est d’environ 14 500 MWh, soit la consommation électrique domestique( hors chauffage) de près de 5200 habitants.

Un second en route

Le Mené -éolien participatif-réu publique

Réunion publique pour le nouveau parc de Laurenan- Le Mené

Forts de cette réussite quelques cigaliers de ce groupe se sont dits, dès 2015, qu’il y avait de la place pour un second projet au sud du territoire, sur un secteur à cheval sur l’ancienne commune de Saint-Gilles du Mené et celle de Laurenan. Un partenariat est à nouveau envisagé avec la SICAP. Pour Gilles Aignel, l’un des initiateurs : « Un projet éolien doit respecter les volontés des municipalités et des habitants. Il est impératif qu’il génère des retombées économiques et sociales pour le territoire ».
Ces arguments ont convaincu les deux conseils municipaux de valider puis de soutenir le projet. A Laurenan, commune extérieure, il a fait particulièrement écho à la démarche de développement durable participative mise en place pour la revitalisation du bourg.
Près de 50 réunions publiques ont ensuite été organisées sur le territoire afin de favoriser son appropriation par les habitants. Il s’agissait aussi d’inciter ce derniers à investir leur épargne dans une énergie renouvelable produite localement.

Le soutien conjugué de CIGALES et des collectivités doit permettre de créer une dynamique de projets citoyens qui profitent au territoire et à ses habitants.

Valérie Poilâne-Tabart, maire de Laurenan

 

9 cigales = 40% des parts

Message entendu car, au final, l’objectif des 900 000 € (40 % du capital) a été dépassé : 1 034 000 € ont été réunis dont 964 000 € d’apport citoyen, 20 000 € par la commune de Laurenan et 50 000 € par la commune du Mené.
Les 152 contributeurs se sont engagés par le biais de 9 Cigales, à mobiliser sur ce projet des sommes entre 2 et 10 000 €.
Les cigaliers et la SICAP (60% des parts) ont créé ‘‘Laurmen Éole’’, la société qui sera maîtrise d’ouvrage du parc. Le permis est en cours d’instruction. Si tout se passe bien 5 éoliennes de 2,5 MW s’élèveront dans le ciel du Mené en 2022.


CIGALES solidaires

Il existe quarantaine de Clubs d’Investisseurs pour la Gestion Alternative et Locale de l’Épargne Solidaire en Bretagne. Pour Marc Soudée, le président du réseau breton : « Les CIGALES regroupent de citoyens qui souhaitent financer des projets locaux de toute taille. C’est un formidale outil de dynamisme pour l’économie locale, sociale et solidaire sur les territoires ».


Le soutien des communes

La SICAP et les citoyens impliqués sont convaincus qu’un projet éolien doit obtenir le soutien et l’implication des municipalités concernées, gage d’une bonne animation territoriale pour mobiliser ensuite la population. Jacky Aignel, ancien maire de Saint-Gouëno et aujourd’hui maire du Mené, a fait devant chaque conseil un retour d’expériences sur le parc de sa commune. Puis, la société imagin’ERe (filiale de la Sicap), développeur du projet, leur a présenté les prémisses du projet (lieux possibles d’implantation, principe participatif). Des élus des 2 conseils se sont aussi rendus sur le site de la SICAP à Pithiviers avant de valider le projet.
Les élus ont affiché leur soutien en coorganisant avec les porteurs du projet une première réunion d’information des habitants. Puis le groupe de citoyens a pris son autonomie dans la démarche de mobilisation sur l’ensemble du territoire et pour assurer des points d’étape réguliers avec le développeur.

Une dynamique d’économie sociale et solidaire

La participation financière des 2 communes à l’investissement leur rapportera de l’argent qui ainsi profitera à l’ensemble des habitants. Par ailleurs, si les CIGALES du Mené sont actuellement dédiés aux seuls parcs éoliens, ils pourraient à l’avenir aider des projets locaux plus modestes à voir le jour.
Cette dynamique vertueuse devrait ainsi favoriser l’émergence de nouvelles intiatives citoyennes qui conforteront le tissu économique et social du territoire

 

page rédigée février 2020

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Kergrist - éoliennes
  Recevez nos Brèves mensuelles !