Soirée-débat sur l’éclairage public et la biodiversité à Daoulas (29)

Expérience > Soirée-débat sur l’éclairage public et la biodiversité à Daoulas (29)

C’était le thème de la 2ème des 4 rencontres co-organisées par l’IRPA et BRUDED sur la réduction de l’éclairage public. Une soirée très riche par la diversité de ses interventions.

Aspects réglementaires et techniques, avec le SDEF

François Jeffredo, responsable du pôle Energie au SDEF (Syndicat Départemental de l’Energie et d’Equipement du Finistère), après avoir rappelé le rôle de cet organisme, a apporté quelques éléments sur les aspects réglementaires et techniques  :
  • Le choix d’éclairer est régi par le pouvoir de police du Maire
  • Différentes normes européennes aident à définir les besoins en éclairage. Sans constituer une obligation réglementaire, elles sont une référence sur laquelle le SDEF recommande de s’appuyer. Elles ont été conçues en premier lieu pour éviter le sur-éclairage, et veillent en particulier à s’adapter à l’usage (pas les mêmes besoins pour un chemin piétonnier et un centre bourg)
  • 49 diagnostics réalisés par le SDEF ont montré que la grande majorité des communes (45) éteignent totalement l’éclairage public une partie de la nuit, 4 autres ne conservent qu’une petite partie de leurs points d’éclairage en continu
  • Des solutions pour réduire l’éclairage : une meilleure définition du besoin, les horloges astronomiques, les réducteurs de puissances (préférables à la réduction du nombre de mâts, qui favorise l’aveuglement) ou encore la détection de présence
Le SDEF peut aider les communes dans ces choix. Contact : François Jeffredo – SDEF à Quimper – Tél. : 02 98 10 36 36 – courriel : contact@sdef.fr

Retour d’expériences du réseau BRUDED

Le diaporama reprenant les différents retours d’expériences du réseau BRUDED a été rapidement présenté. Les actions concernent les durées d’éclairage, le nombre de candélabres, la mise en place de nouvelles technologies, des décorations de Noël non électriques, mais aussi des démarches comme l’adhésion à EcoWatt, la participation au Jour de la nuit, …

Impact sur la biodiversité par Bretagne Vivante

Luc Guihard, chargé d’études de l’association Bretagne Vivante à Brest, a présenté les résultats d’une première étude bibliographique qu’il a réalisée pour l’occasion. Peu d’organisme de protection de la nature ne sont intéressés à la question en France, mais des données existent qui proviennent d’autres pays. Et ces retours sont assez alarmants : l’impact de l’éclairage en continu est loin d’être négligeable. Si certaines espèces s’en sortent bien, comme le renard, le pigeon ou la pipistrelle, ce n’est pas le cas par exemple des grands rhinopholes qui arrêtent quasiment toute activité de chasse en cas d’éclairage. Les insectes nocturnes sont également de grandes victimes. Attirés par les points lumineux, ils sont ensuite paralysés par la lumière et finisent pas se brûler les ailes, par s’épuiser, ou par se faire manger par d’autres prédateurs opportunistes. D’autres espèces connaissent des impacts comme la désorientation (c’est le cas des oiseaux migrateurs) ou encore sur la reproduction. Premières recommandations : limiter les zones éclairées ou sinon éteindre l’éclairage une partie de la nuit, éviter l’éclairage par le bas. N’hésitez pas à contacter Bretagne Vivante pour en savoir plus… Contact : Luc Guihard – Bretagne Vivante – tél. : 02 98 49 07 18 – 06 07 16 54 81 – luc.guihard@bretagne-vivante.org

Le retour d’expérience de Daoulas

Jean-Claude Le Tyrant, maire de Daoulas, rend compte des actions mises en place par la commune depuis plusieurs années maintenant pour réduire l’éclairage public, en particulier en limitant les durées d’éclairage. Quelques points lumineux fonctionnent toujours toute la nuit. C’est le cas par exemple d’une ruelle dans le vieux bourg sans place de stationnement, pour que les personnes puissent simplement regagner leur voiture. A noter également, la mise en place de quelques équipements à base de LEDs à titre expérimental. Parmi les difficultés rencontrées : la mise en valeur des monuments historiques, qui vont souvent à l’encontre de la réduction de l’éclairage. Sur le nouveau lotissement du Pouligou, la municipalité a opté pour un balisage plutôt qu’un éclairage. “Le balisage est bien adapté pour les lotissements” commente Jean-Claude Le Tyrant. “L’exposé de Bretagne Vivante nous donne de nouveaux arguments pour continuer à agir dans ce sens”. Car au Pouligou également, la municipalité a choisi de rénover une ancienne grange en lien avec le GMB pour offrir un refuge à des chauves-souris.

Un document synthétisant les enjeux

Pour aider les communes à réduire l’éclairage public, l’IRPA, l’ATTF et Bruded, ont, dans le cadre du réseau rural breton, compilé dans ce recueil les points essentiels à intégrer dans un projet de réduction de l’éclairage public illustrés de témoignages d’élus bretons et d’experts.

Rencontre sur l'éclairage public à LailléRencontre sur l'éclairage public à Laillé
La Chapelle Bouexic : produits d'entretien
  Recevez nos Brèves mensuelles !