La Vraie-Croix (56), une commune à la main verte tirant son dynamisme d’actions participatives et durables !

La Vraie-Croix commune fleurie

Infos pratiques

Adhérent depuis 2007
Maire : Pascal Guiblin
Adresse : 1, place du Palais, 56250 La Vraie-Croix
Téléphone : 02 97 67 23 62
Nbre d’habitants : 1501
Superficie : 17 km²
Intercommunalité : Questembert Communauté
lavraiecroix.bzh
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de La Vraie-Croix

Ce petit village du Morbihan aux jolies maisons de granit a trouvé un moyen original d’enrayer le processus de dévitalisation qui le menaçait : miser sur un fleurissement remarquable, embellissant son cadre de vie, puis plus largement sur une politique de développement durable fédératrice.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

La politique d’embellissement de la Vraie-Croix (1 501 habitants) ne date pas d’hier. Il faut remonter en 1971, lorsque les élus s’inquiétaient de l’état du bourg, peu entretenu. En plein centre, la jolie chapelle classée est menacée par les ronces, donnant un sentiment d’abandon, reflet de la diminution du nombre d’habitants depuis les années 1920.

Le pouvoir des fleurs

Le maire lance alors le fleurissement de la place et incite ses concitoyens à faire de même chez eux. C’est le début d’un travail de longue haleine qui apportera 15 ans plus tard à La Vraie-Croix le premier prix d’une longue série de décorations : 1er prix Arrondissement et Département en 1985, 1ère Fleur en 1988, 4ème Fleur depuis 1993, Grand Prix national en 1994, Grand Prix Européen en 1996, consécration en 2018 avec la très convoitée Fleur d’Or. Un palmarès impressionnant lorsque l’on connait l’exigence des critères d’attribution. « Les jurys demandent davantage de plantes pérennes, des plantations en pleine terre plutôt que dans des jardinières, pas de désherbants chimiques, des cheminements doux… Le tournant a été difficile ! » témoignent les élus.

Un coup de main (verte) des habitants

Pour mener à bien cette embellissement, la commune fait appel aux bonnes volontés. Une liste de bénévoles appelés les Bourboutes, se constitue au fil des années et réunit une trentaine d’habitants qui répondent aux sollicitations des services techniques. « Chacun a ses compétences : bouturage, mise en pot, plantations, débroussaillage, nettoyage des massifs et des sentiers, mise en place des jardinières », précise Monique Danion, maire de 1995 à 2020. Les bénévoles se retrouvent avec plaisir sur ces divers chantiers qui rythment l’année. Après l’effort, les bénévoles se retrouvent autour d’un pot ou d’un repas prolongeant ce moment de convivialité !
En remerciement de leur investissement, les bénévoles sont régulièrement invités à des voyages appréciés de découverte d’autres villages fleuris. « Travailler avec les habitants est aussi une occasion d’avoir des retours sur les autres politiques de la commune » note M. Danion.

L’impact sur l’attractivité de la commune

Si les fleurs étaient à l’origine un moyen de fédérer les habitants, elles confèrent surtout au village son identité, un « faire-valoir » plus large aux retombées économiques et touristiques visibles, notamment suite aux récompenses nationales et internationales.

Les jardins particuliers ouvrent leurs portes !

Depuis 2013, les services techniques ont créé le « Circuit des jardins », en association avec des naturalistes et une artiste locale : il s’agit d’un parcours cheminant à travers les divers jardins de la commune, balisé de totems colorés. Un concours des jardins, mobilisant chaque année une trentaine de participants, rencontre également un beau succès.

Des Agendas 21, fédérateurs et transversaux

La commune prend en 2009 un nouveau tournant avec l’adoption de son premier Agenda 21 et la mise en place d’une gestion différenciée des espaces verts. En 2012 un deuxième Agenda 21 est adopté: « Nous avons organisé au moins trois réunions de sensibilisation par an concernant le fleurissement, mais aussi la consommation de l’eau, le zérophyto… ». Ces rencontres remportent un franc succès : « il nous faut relancer des évènements de sensibilisation simples et conviviaux pour maintenir la dynamique » témoigne Dominique Rouillé, alors adjoint aux affaires sociales, à l’environnement et au tourisme.
En 2015, la commune prévoit une nouvelle évaluation de son Agenda 21 pour mieux prendre en compte les acteurs et dynamiques économiques. Pour cela, elle rejoint la démarche exploratoire Néolab² portée par la DREAL, qui vise à intégrer les enjeux d’économie durable et de bien-être de la population. Afin que la population soit au cœur du projet, plusieurs séances de travail ont réuni une trentaine de citoyens, acteurs économiques, élus et représentants de Questembert Communauté.
Par petits groupes, les participants ont identifié différents facteurs de bien-être, de mal-être et d’économie durable qui ont permis de dégager une vision partagée du territoire.

Des actions concrètes et collectives

Dès 2016, plusieurs actions voient le jour, facilitées par le recrutement d’une animatrice développement local :
• Plantation d’un verger conservatoire partagé et installation de ruches produisant du miel ; le tout avec des chantiers participatifs et des animations conviviales !
Objectif : créer un support d’éducation à l’environnement, de transmission de savoir-faire, et générer du lien entre les habitants. La gestion et l’animation du site est assurée par le collectif de citoyens Graines&Jardins, en lien avec les services municipaux.
• Création d’une boite à dons et organisation d’une gratiferia (marché du troc, gratuit) en parallèle d’un troc de graines et de plants en 2017.

La participation à la vie communale, l’affaire de tous !

Depuis 2017, les élus de La Vraie-Croix multiplient les actions pour intéresser l’ensemble des acteurs locaux à la vie communale :
• Conseil municipal des enfants
• Participations des enfants des écoles au nouveau fleurissement suite à nouvel aménagement du bourg.
• Ateliers d’échanges avec des habitants éloignés de la vie communale. Sur la trentaine de citoyens tirés au sort parmis les inscrits sur la liste électorale, environ la moitié a répondu présent. La démarche consiste à s’appuyer sur les avis de ces personnes lors de deux matinées d’échanges en mairie, sur les projets communaux.
« L’une des clés de réussite est l’animation de ces rencontres afin de mettre les participants à l’aise et de permettre à tous, même aux timides, de s’exprimer », précise Pascal Guiblin, 1er adjoint. Autre facteur de réussite, le fait de laisser une liberté de parole aux participants, d’accepter d’entendre ce qui est dit, sans jugement. Pour favoriser l’expression libre de tous, les élus ont décidé d’être en retrait lors de ces réunions. Seuls la maire et le premier adjoint assistent aux débats sans intervenir. « Les gens sont satisfaits, et même enthousiastes ! Plusieurs participants ont découvert et appris des choses sur la vie de la commune, donnent leur avis et aimeraient continuer…

Effet boule de neige sur la participation

De nouvelles personnes participent aux multiples événements et réunions proposés. « Cette convivialité tissée au quotidien créé de nouvelles amitiés », se réjouissent les élus. « Des jeunes retraités qui ont plus de temps prennent également part à la démarche». Et d’ajouter : « L’objectif est que les citoyens soient acteurs de la politique de développement durable. Plus largement, cela les prépare à s’impliquer plus largement dans la vie municipale ! »

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

schéma-vélo-landéda 2018
Le Juch commerce atelier 2020
Le Juch commerce atelier 2020
  Recevez nos Brèves mensuelles !