Préservation, développement et valorisation de la biodiversité à Saint-Lunaire (35)

Saint-Lunaire_ infos cimetière
Saint-Lunaire_cimetière enherbé

Infos pratiques

Adhérent depuis 2008
Maire : Michel Penhouet
Adresse : 22800 Boulevard Flusson, Saint-Lunaire, France
Téléphone : 02 99 46 30 51
Nbre d’habitants : 2402
Superficie : 10,27 km²

www.saint-lunaire.fr
Contact BRUDED : Bruno Servel

Autres expériences de Saint-Lunaire

Des observations régulières depuis 2009 permettent d’affirmer que la biodiversité n’a cessé de se développer grâce à la mise en place d’actions concrètes et cohérentes. Ces résultats significatifs contribuent largement à valoriser l’image la communet à la rendre plus attractive

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

La Vallée de l’Amitié

La commune avait acquis de grands espaces dans la Vallée du Crévelin, le petit fleuve communal, pour les ouvrir au public. La grande qualité paysagère du site, la volonté de le préserver en a fait un parc urbain semi-naturel. Cet espace de promenade était simplement tondu, doté de beaux chênes et de haies.

Désormais, après de nombreuses actions, une large communication, des partenariats, la Vallée de l’Amitié a totalement évolué dans sa composition et sa gestion. Ces 3 dernières années ont été très propices et ont vu naître :

  • Un verger conservatoire local avec 170 variétés locales de pommiers, poiriers et pruniers, dont certaines menacées directement de disparition, planté avec une association, les enfants, un chantier d’insertion. Cet espace sera en accès libre pour la population
  • Une haie fruitière plantée par les enfants avec l’accompagnement d’un pépiniériste local
  • La plantation d’un arbre de la tolérance pour le souvenir des attentats qui ont touché notre pays,
  • La création d’une mare pour voir réapparaître certaines espèces de batraciens
  • Le développement d’un parcours de type chasse au trésor de la biodiversité avec l’accompagnement d’une association,
  • Une gestion de l’ensemble par de l’éco-pâturage. Les tondeuses sont désormais des moutons des landes. Les avantages sont multiples : économies de CO2, une ressource non perdue et valorisée, le maintien de l’agriculture locale avec une espèce locale adaptée, l’appauvrissement des sols ce qui a pour conséquence un réel développement de la biodiversité avec le retour d’espèces végétales et animales.
  • Une veille assurée sur la qualité des eaux avec le constat de présence d’anguilles et de truites fario, renforcé cette année par des passes à anguille dans une porte à flots,
  • Des actions pédagogiques menées avec les écoles mais également dans le cadre d’animations pour les résidents principaux et secondaires.

L’inventaire de la biodiversité communale, participation citoyenne et communication

Saint-Lunaire est l’une des seules communes d’Ille-et-Vilaine à disposer d’un inventaire de la biodiversité communale, qui s’enrichit au fur et à mesure des données que nous collectons. Nous avons ainsi plus de 720 taxons végétaux recensés, soit le 2ème plus grand nombre d’espèces végétales recensées sur une commune après Crozon et 113 espèces d’oiseaux pour ne citer que ces deux groupes !

Et nous poursuivons dans ce domaine avec le lancement récent d’un observatoire communal des oiseaux participatif, recensés à la parcelle. Cet outil n’est pas une simple base de données statistique. Elle participera à des actions concrètes en termes d’aménagement (continuités écologiques, trame verte et bleue).

La commune a accueilli et accueillera prochainement une rencontre sur la gestion des espèces invasives. Nous sommes reconnus comme pilotes et exemplaires dans ce domaine avec de nombreuses actions menées. Il faut d’ailleurs saluer également les initiatives citoyennes dans ce domaine, que nous accompagnons par ailleurs.

Les actions transversales

Des actions visant à favoriser la biodiversité sont menées dans tous les domaines.

La commune a renforcé ses actions de communication et de prévention en vue de limiter l’introduction de produits phytosanitaires dans le milieu naturel auprès des particuliers et pour sa propre activité. Les espaces verts ont subi de nombreuses modifications dans leur gestion. Des plantes vivaces, qui ne demandent pas d’arrosage, locales, qui résistent à nos conditions climatiques et de salinité, sont les premiers choix de nos massifs. Une gestion différenciée est appliquée sur toute la commune. Moins de tontes, une végétation adaptée, et une biodiversité qui augmente. Les moutons fleurissent aussi ! De nombreux espaces, et pas seulement la vallée de l’Amitié sont désormais entretenus par éco-pâturage. Les produits phytosanitaires ne sont plus utilisés dans nos cimetières. La végétation reprend parfois quelque peu ses droits mais est entretenue, et contenue de manière sélective en apportant des explications sur cet intérêt. Le lieu est désormais plus vivant !

A l’occasion de la réfection de bâtiments, une réflexion est portée sur le sujet. Lors du rejointoiement des murs de l’église, des orifices adaptés ont été laissés pour permettre aux martinets de nicher. Des réfections sont en cours pour en faire de même sur certaines toitures pour l’hivernage des chauve-souris.

59 km de haies parcourent la commune. Oui, 59 km ! En dehors des bienfaits pour nos yeux, pour la biodiversité, pour le paysage, pour nos papilles même, pour la lutte contre l’émission de gaz issus des énergies fossiles, les haies jouent un grand rôle contre l’érosion des sols et retient les intrants agricoles. Un atout de plus pour la qualité de nos eaux également. Les nouvelles haies sont systématiquement protégées dans notre document d’urbanisme. Autant d’espaces pour l’abri de la faune et la diversité de la flore.

En concertation avec le Conservatoire du Littoral et le Conseil Général au titre des espaces naturels sensibles, nous participons à la préservation des espaces et des espèces de la Pointe du Nick. En concertation avec l’ONF pour le bois de Ponthual, acquis sur fonds propres, nous en faisons de même. Ainsi, nous exigeons de conserver certains arbres morts, véritables nids à insectes et habitats d’oiseaux nocturnes.

La gestion de nos plages est naturelle. La laisse de mer contribue fortement au maintien de la biodiversité et participe grandement au maintien du sable. Aucun « ratissage » n’est pratiqué pour éviter toute artificialisation de ce milieu vivant.

La commune s’emploie pour acquérir la dune de Longchamp, en proie il y a quelques années à la pression des aménageurs. Désormais, la dune est totalement inconstructible. Avant même l’acquisition, la commune a obtenu l’autorisation de canaliser les cheminements à l’occasion d’un chantier participatif avec les habitants, ce qui permet à la flore et à la faune de se maintenir et de se développer. Ce chantier a également été l’occasion de présenter, par l’intermédiaire d’experts et d’associations environnementales, la richesse du lieu.

La communication

La communication et les actions pédagogiques sont riches et nous y attachons une attention particulière. Elles permettent d’avancer ensemble, collectivité et population, vers de meilleures pratiques. Pour ne revenir que sur cette dernière année, sans exhaustivité, je citerais :

  • Les dispositifs : « argent de poche » pour permettre aux jeunes de la commune de travailler ponctuellement dans nos services et notamment dans le développement durable,
  • De multiples conférences : « Jardiner autrement, jardiner avec la nature », « économies d’énergie », « l’apiculture »,
  • Des manifestations : Saint-Lunaire fête la nature en ville (avec une quinzaine de rendez-vous étalés sur 2 semaines), opérations de ramassage des déchets sur la plage et sensibilisation sur la laisse de mer et l’herbier de zostères, bienvenue dans mon potager, semaine pour les alternatives aux pesticides,
  • Des articles, des affiches, sur les espèces invasives ou envahissantes (renouées asiatiques, frelon asiatique, chenille processionnaire, chardons, …), sur la préservation des arbres et sur les règles en la matière, sur la gestion différenciée des espaces communaux : éco-pâturage, pesticides, entretien des cimetières, sur les précautions d’usage de la pêche à pied, la préservation de l’herbier de zostères de la Grande Plage, sur le sable et son rôle écologique, l’intérêt d’en prendre soin, les mouillages, les laisses de mer, les aménagements cyclables et les stationnements prévus à cet effet, le bois de Ponthual, les mégots, le tri des déchets, …
  • Des expositions régulières, y compris en extérieur, sur la laisse de mer, les loutres, les papillons, le Conservatoire du Littoral,…

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

Guipel bâtiments coopérative agricoleGuipel bâtiments coopérative agricole
Guipel bâtiments coopérative agricoleGuipel bâtiments coopérative agricole
Guipel bâtiments coopérative agricoleGuipel bâtiments coopérative agricole
Allaire, un centre bourg végétaliséAllaire, un centre bourg végétalisé
Allaire maison vétérinaireAllaire maison vétérinaire
  Recevez nos Brèves mensuelles !