Aménagement participatif de la place de l’église avec des ressources locales au Cloître-Saint-Thégonnec (29)

le-cloitre-st-thegonnec_visite_2018-10-15-3
Le Cloitre Saint ThegonnecLe Cloitre Saint Thegonnec

Infos pratiques

Adhérent depuis 2014
Maire : Véronique Pereira
Adresse : 10 Rue de la Libération, 29410 Le Cloître-Saint-Thégonnec, France
Téléphone : 02 98 79 70 36
Nbre d’habitants : 667
Superficie : 28 km²
Intercommunalité : Morlaix Communauté

Contact BRUDED : Maïwenn Magnier

Autres expériences de Le Cloître-Saint-Thégonnec

Alors que la vie du bourg semble un peu ternie par la fermeture du bar/restaurant et le manque d’un lieu de rencontre, les élus choisissent de réaménager la place de l’église en s’appuyant sur une démarche participative forte et avec des ressources «vraiment» locales.

Une visite de la place s’est tenue en octobre 2018 >> lire le compte-rendu pour mieux comprendre le projet

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Le Cloître-Saint-Thégonnec est niché au cœur des monts d’Arrée et recèle de nombreux atouts : le musée du loup qui fait sa renommée, une réserve naturelle régionale et une vie associative et culturelle dense. Les 670 habitants (dont 64 enfants scolarisés dans la commune) cohabitent sur ce territoire, au sud de Morlaix et aspirent à profiter d’un cœur de bourg plus animé.

Histoire du projet

Le «Capsell», dernier bar-tabac-restaurant de la commune ferme ses portes en 2014. La commune le rachète (60 K€) et y projette un nouveau lieu de vie. Elle se tourne vers l’ADESS du Pays de Morlaix qui fait plancher un groupe d’étudiants sur le projet, en lien avec les habitants en 2015. En 2016, la commune contacte le CAUE 29 qui réalise un diagnostic global du bourg. Ces derniers resteront aux côtés de la municipalité tout au long de ce projet d’aménagement. En 2017, grâce au réseau BRUDED, la municipalité rencontre l’Atelier Bivouac, une équipe  d’architectes paysagistes qui abordent les questions d’aménagement d’espaces publics de manière originale. Leur pratique du projet se fonde sur une démarche d’immersion afin d’aller à la rencontre des habitants. Ils se positionnent dans une économie de moyens pour tirer le meilleur parti des ressources locales ou de réemploi ou de recyclage.

Étude et résidence

Les élus, emballés par cette démarche de projet, choisissent de passer commande directement auprès du collectif pour réaliser une étude (en dessous des seuils des marchés publics, il n’est pas nécessaire de faire un appel d’offre). L’Atelier Bivouac s’installe dans les locaux du Capsell en « résidence » pendant deux semaines en mars 2017, ce qui redonne un peu de vie ponctuellement dans ce lieu. L’équipe est hébergée gratuitement dans les locaux de la maison des associations. Le restaurant est ainsi transformé en « maison du projet » ouverte tous les jours (de 16h30 à 19h) pour accueillir le public : c’est à la fois un atelier de recherche et un lieu de rencontres et d’échanges autour de la vie de la commune.

On a vu les gens de tous âges venir de plus en plus nombreux.

explique Véronique Pereira, maire.

Travail avec les habitants

Le collectif de paysagistes présente sa démarche aux habitants pour qu’ils s’impliquent dans la conception d’un espace public. Jeunes et moins jeunes se retrouvent pour parcourir le cœur de bourg et réaliser un diagnostic partagé qui fait émerger des sujets sensibles à traiter : circulation automobile parfois dangereuse, stationnement, piétonnisation, entretien des espaces, fabrication de mobilier, d’abris… De ces échanges émerge le constat que la place de l’église rassemble l’ensemble de ces sujets. Elle est ainsi choisie comme site d’expérimentation, pour imaginer son réaménagement.
Des temps d’ateliers spécifiques sont organisés et des supports créés : cartes, inventaires, boite à idée, maquette, photos, blog… À l’issue d’une première semaine de permanence se tient sur la place un atelier de préfiguration grandeur nature, à l’aide de balises créées avec les jeunes de la commune : bornes, signalétiques et totems. Ils permettent de changer la perception qu’ont les habitants du site, de tester des usages directement sur site et non plus seulement en maquette, et de s’accorder collectivement sur une transformation future de l’espace.

On a entendu le besoin des habitants : ce projet leur a permis de donner leurs avis, de faire des choix avec une équipe qui a su gagner la confiance de tous, élus et habitants.

Véronique Pereira, maire

La réalisation concrète

Devant le succès remporté par le projet auprès des habitants et des élus, ces derniers valident le mémoire technique remis par Bivouac et décident d’enclencher la phase de travaux avec la même équipe et un nouveau contrat. Ils réalisent l’aménagement de la place de l’église avec l’aide des services techniques et des habitants, en octobre 2017 à l’occasion d’un second séjour en « résidence » pendant 3 semaines. Une quinzaine de personnes en plus de l’équipe Bivouac et des services techniques sont au rendez-vous. Pendant deux jours, l’équipe recherche et rassemble les 25 rochers qui constituent l’ossature principale de l’aménagement. Les futures fosses de plantations sont creusées et les rochers ensuite installés. Le groupe plante plus de 400 plants de vivaces et arbustes et trace au sol des espaces de stationnement.

Des ressources locales

Un des objectifs de l’atelier Bivouac est de travailler avec les ressources vraiment locales. C’est ainsi que les pierres et la terre proviennent de la commune. Le bois est issu de la commune et façonné à la scierie du bourg. Ce projet réalisé dans une optique de réemploi permet une maitrise du coût : son bilan carbone est excellent !

Un projet valorisant

Le CAUE valorise ce travail et une émission de « Archi à l’ouest » est même consacrée au projet en novembre 2017. Cette démarche de projet «frugal» « est transposable ailleurs, même si chaque place est différente » souligne fièrement Véronique Pereira. Il est une fois encore la preuve qu’avec peu de moyens et beaucoup d’implication, les collectivités trouvent les solutions adaptées à leurs besoins. « Ce mode de faire est innovant et colle bien avec les problématiques des petites communes rurales : moyens limités et souhait de travailler en circuit court » précise Nicolas Duverger, directeur du CAUE.

Déroulé du chantier

  • Dessin d’implantation des structures (blocs rocheux, mobilier…)
  • Découpage de l’enrobé
  • Creusement des fosses de plantations
  • Disposition des rochers
  • Apport de terre végétale (de l’aire de stockage services techniques + matière organique des fossés des routes communales)
  • Paillage et plantations
  • Création de mobilier (bois local : chêne, châtaignier, cyprès)

Bilan chiffré

Superficie: 1 000 m²
étude : travail de résidence (2 semaines) : 9 214 €
travaux : (3 semaines) : 19 000 € (honoraires) + 3 000 € (fournitures et location matériel)
Coût total : 30 K€ : soit 31 €/m² : étude + matériaux (3€)+ main d’œuvre

 

Contacts :

Véronique Pereira, Maire – 02 98 79 70 36

Atelier Bivouac site internet

 

page mise à jour : 24 octobre 2018

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

lamballe-terre-et-mer-ph TClamballe-terre-et-mer-ph TC
  Recevez nos Brèves mensuelles !