La rénovation – extension du restaurant scolaire de Saint-Dolay (56)

Saint-DolaySaint-Dolay
Saint-DolaySaint-Dolay
Saint-DolaySaint-Dolay

Infos pratiques

Adhérent depuis 2008
Maire : Patrick Géraud

Téléphone : 02 99 90 20 69
Nbre d’habitants : 2290
Superficie : 48 km²
Intercommunalité : Arc Sud Bretagne
www.saintdolay.fr
Contact BRUDED : Ivana Potelon

Autres expériences de Saint-Dolay

Plutôt que de reconstruire un équipement neuf, la commune a choisi de rénover et agrandir ce bâtiment des années 1950 idéalement situé entre les deux écoles. Au menu de cette opération : confort des enfants et du personnel, ainsi que qualité environnementale.

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette expérience

Située à 12 km au sud de Redon, à la frontière du département de Loire-Atlantique, Saint-Dolay (2 300 habitants) est une commune rurale influencée par les aires urbaines de Redon, Nantes et Saint-Nazaire. Après avoir connu un déclin démographique jusque dans les années 2000, la commune a connu une nouvelle phase de développement (+ 300 habitants), liée au prix modéré des terrains et à la situation proche des axes de communication reliant les bassins d’emplois. Cela a induit en 2009 la réouverture de l’école publique, fermée vingt ans plus tôt faute d’effectifs.

A l’étroit dans la cantine

Le nombre d’enfants scolarisés s’est alors envolé, passant de 170 (école privée) à plus de 260 au total en 4 ans. Le restaurant scolaire a rapidement atteint sa capacité limite de 120 enfants, jusqu’à la dépasser (140 enfants y déjeunaient en 2013). « Et les perspectives pour la rentrée suivante laissaient envisager une nouvelle augmentation… » commente Joël Bourrigaud, maire. « Une solution devait donc être rapidement conçue et mise en œuvre pour répondre à la demande dans de bonnes conditions ».

Rénover et agrandir plutôt que reconstruire

Situé à moins de 200 mètres à pied de chacune des deux écoles, l’emplacement du restaurant existant est idéal. Ainsi, bien que le bâtiment datant des années 1950 nécessite de gros travaux pour améliorer les conditions d’accueil des enfants et du personnel, les élus prennent la décision de le conserver pour le rénover et l’agrandir. Une extension est possible, la commune étant propriétaire du terrain adjacent.

Concerter les usagers

Afin de définir les besoins, l’équipe municipale a interrogé en amont le personnel du restaurant ainsi que le fournisseur de repas (fonctionnement en liaison chaude). Les discussions ont surtout porté sur la réduction des nuisances sonores, sujet important de désagrément pour l’ensemble des usagers, et sur l’aménagement intérieur, en particulier sur l’équipement mobilier. Les familles ont également été conviées à l’occasion d’une réunion publique, mais faute de participants, une commission « Restauration scolaire » a été créée pour les représenter tout au long du projet. Autre point prioritaire à traiter : l’amélioration des performances thermiques du bâtiment existant.

Mobiliser les compétences

La municipalité s’est donc entourée une équipe pluridisciplinaire composée d’un cabinet d’architectes (BURGAUD, La Roche-Bernard), un BET Ingénierie des fluides, un acousticien, un bureau ingénierie des sols et un cabinet d’étanchéité à l’air. Elle a associé en parallèle différents partenaires : le CEP du Pays de Vannes, l’association AILE (Association d’Initiatives Locales pour l’Energie et l’Environnement) et BRUDED. Dès le départ, les élus ont affiché une forte ambition en termes de qualité environnementale du bâtiment. Pour conforter cet esprit et bénéficier d’autres expériences, ils ont visité plusieurs équipements.

Les points forts du projet

Choix des matériaux : une attention toute particulière a été portée sur le choix des matériaux et de leurs paramètres énergétiques et écologiques, pour le confort des utilisateurs et pour la qualité sanitaire de l’air :

  • Ossature et bardage bois en pin maritime d’origine de l’Ouest de la France (producteur de l’Atlantique), avec traitement certifié CTB-P+
  • Bardage bois thermochauffé (traitement thermique), en alternative aux bois exotiques et aux traitements chimiques. Pose d’un produit de lasure écologique ;
  • Isolation de l’extension en laine de bois ;
  • Construction de 2 murs de BTC (briques de terre crue), provenant de Vendée « Les entreprises, un peu réticentes au départ, étaient ravies de toucher à d’autres produits » note l’architecte ;
  • Panneaux acoustiques en textiles recyclés (Métisse®) ;
  • Carrelage en matériaux recyclés, labellisés A+ sur la qualité de l’air (Imola Ceramica, 50% de contenu recyclé de déchets de production)
  • Cloisons en plâtre labellisées A+ sur la qualité de l’air, et absorbant jusqu’à 80% des COV (Placo®) ;
  • Peintures et lasures labellisées Ecolabel Européen ou NF Environnement, classées A ou A+ concernant la qualité de l’air ;
  • Colles classées EC1. Qualité de l’air : choix de matériaux sains. VMC double-flux avec capteurs de CO2. Rôle hygrométrique des murs de BTC.

Chauffage : après étude du CEP, choix de la solution chaudière bois granulés.

Energie : isolation performante et optimisation des apports solaires passifs (surface vitrée importante au sud).

Economies d’énergie : blocs sanitaires équipés seulement de l’eau froide (eau chaude dans les vasques proches de l’entrée).

Eclairage naturel : puits de lumière sur la partie nord du bâtiment, larges surfaces vitrées sur la façade sud.

Acoustique : panneaux acoustiques en métisse et tapisseries épaisses sur les murs (3 mm) absorbant les sons et lavables. Rôle acoustique des murs de BTC.

Lien intergénérationnel : une quinzaine de bénévoles se relaie pour accompagner les plus jeunes au moment du repas, des personnes en retraite surnommées « Mamies » qui viennent en renfort du personnel habituel du service.

Insertion paysagère : facilitée grâce au bardage bois, au toit plat et à la faible hauteur de l’extension. Conservation de l’ensemble des murs en pierres apparentes pour préserver le patrimoine architectural traditionnel de la commune.

Accès et déplacement : Suppression du parking voiture (sauf 2 places PMR et 1 pour la livraison des repas) afin de sécuriser et favoriser les accès piétons et vélos.Sécurisation des cheminements piétons école – cantine (zone 30, …)

Développement local : construction d’un abri vélo sur mesure en bois local par un artisan de la commune.

Gestion des déchets de la cantine : installation d’un composteur.

Documents techniques

Expériences similaires

Ils nous soutiennent

PeumeritPeumerit
PeumeritPeumerit
DaoulasDaoulas
Daoulas pouligouDaoulas pouligou
  Recevez nos Brèves mensuelles !